Thierry Breton est content de lui. Cela se voit et il veut surtout que cela s’entende. Ainsi, interrogé par Léa Salamé sur France Inter, ce 26 octobre, à propos de la régulation des réseaux sociaux, affirme-t-il : « Nous sommes une très grande démocratie de 450 millions de concitoyens, la première démocratie du monde libre à avoir mis en place une régulation de nos réseaux sociaux. »

Passons vite sur le second point de cette déclaration. Faire la police sur Internet ? Autant vider l’océan avec une paille ou dessabler le Sahara à l’aide d’une fourchette. Et puis, ne s’agirait-il pas d’une énième loi liberticide ? En revanche, le premier point est autrement plus intéressant. Il y a d’abord le « nous » de majesté. Parle-t-il de la France ? Évidemment que non. De l’Europe, alors ? Mais le Vieux Continent n’est pas une nation. L'Union européenne, une démocratie, donc ? Cela demeure à vérifier, Thierry Breton ayant été, à l’instar de ses pairs européistes, coopté et non point hissé à son rang de commissaire européen au Marché intérieur par le vote du peuple.

Il se croit encore au temps de la guerre froide…

« Commissaire », déjà, rien que ce nom, qui fleure bon la « démocratie »… Et pas n’importe quelle « démocratie », une démocratie du « monde libre ». Là, c’est Hibernatus qu’on aurait exhumé au bout de trois décennies de son glacis soviétique mais qui n’aurait même pas compris que la guerre froide, c’était fini.

Et que dire de l’Inde, cette nation démocratique forte de plus d’un milliard d’habitants ? Surtout que son Premier ministre, Narendra Modi, lui, au moins, a été élu par une grande majorité de ses compatriotes, au contraire d’un Thierry Breton ou d’une Ursula von der Leyen. Car ces technocrates ne sont pas élus, préférant se coopter entre eux, avec des règles au moins aussi opaques que celles permettant de désigner les hiérarques chinois. À ce titre, les autorités européennes n’ont rien à envier à la Cité interdite.

Pour tout arranger, Thierry Breton parle de l’Union européenne comme d’une « démocratie », tentant en quelque sorte de nous faire croire qu’il s’agirait d’une nation ; ce qu’elle n’a jamais été. Bref, il parle au nom d’une oligarchie qui ne tient compte de l’avis des peuples européens uniquement quand ces derniers n’ont pas l’outrecuidance de la contredire. Comme modèle de « démocratie », on a vu mieux, mon neveu.

Si, au moins, ce cénacle se démenait pour faire entendre la voix du Vieux Continent au sein du concert des nations, telle la Chine dont le moins qu’on puisse prétendre est que ses dirigeants ne ménagent pas leur peine pour défendre leurs intérêts nationaux. Mais là, qui peut définir la diplomatie européenne, si ce n’est par son inconditionnel alignement sur celle de la Maison-Blanche ?

Le digne fils de Jean Monnet, l’Américain ?

Il est vrai que dès l’origine, le ver était dans le fruit, avec Jean Monnet, père de la construction européenne et par ailleurs salarié des Américains ; ce qui se savait depuis longtemps, mais qui a été rendu officiel par Marie-France Garaud en 2017. Avec Thierry Breton et ses comparses, la relève paraît assurée. Ce, d’autant plus qu’à la tête des entreprises françaises où il a officié, des fleurons tels que Bull, Thomson ou Atos, il est un fait largement avéré qu’il n’a pas transpiré plus que de raison pour les maintenir dans le giron national ; voire même européen.

L’année prochaine, il se chuchote qu’il pourrait mener la liste macroniste aux élections européennes. À en croire les sondages, cette dernière serait devancée de plus de huit points par celle de Jordan Bardella, le président du Rassemblement national. Ça devrait lui faire tout drôle, de briguer les suffrages de ces gens bizarres et qu’il ne connaît que par ouï-dire : le peuple. Et de faire, au passage, l’apprentissage de ce truc bizarre qu’on appelle « démocratie ».

Il n’est pas impossible qu’une telle épreuve puisse le conduire à un peu plus d’humilité, Thierry Breton n’étant visiblement pas né le jour de la Saint-Modeste.

8055 vues

27 octobre 2023 à 18:35

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

46 commentaires

  1. Mais pourquoi se priveraient ils de la prise d’iniques de décisions, de s’arroger des droits illégaux, de s’auto féliciter fièrement, de s’envoyer des propos dithyrambiques.. ? Nous avons abandonner lâchement notre doit à la parole. Nous les laissons libres de tout, ils se permettent sans compter, ils s’imposent arbitrairement, ils nous ignorent grassement…. Jusqu’à quand nous les laisserons nous nous dénigrer, nous voler même notre soir à la parole.

  2. La commission des Affaires constitutionnelles (AFCO) au parlement européen vient de voter un projet de réforme des Traités européens qui transformerait officiellement l’UE en un État, effaçant la France et nos pays !

    – Commission européenne transformée en un gouvernement de l’UE
    – Suppression de tous les droits de véto nationaux
    – Environnement : désormais une compétence « exclusive » de l’UE
    – Santé, Éducation : compétences nouvelles de l’UE
    – Défense, politique étrangère, frontières : l’UE prend officiellement le pouvoir ! Vers une « armée européenne »

    Bien sûr tout ça sans élection, sans peuple européen, sans avoir demandé leur avis aux peuples !

  3. J’ai un collègue de travail Indien. Il est moins convaincu que vous sur la démocratie Indienne. En apparence, oui les élections ont l’air démocratique. En pratique c’est joué d’avance car tous l’espace médiatique, les panneaux d’affichage etc sont réservés au gouvernement. L’opposition n’y a qu’une place marginale. Dans ces conditions, gagner est beaucoup plus difficile. Ceci dit quand on se compare on se console: Au sein des BRICS, l’Inde est certainement un assez bon élève au côté du Brésil, contrairement à la Chine et à la Russie où là, pour le coup, personne n’essaye même pas de dire que les élections sont démocratiques….

  4. Ces gens là croient-ils vraiment ce qu’ils disent ?
    Si oui, ils ont perdu toute lucidité. Sinon, ils sont de fieffés menteurs. Dans les 2 cas, ils sont extrêmement dangereux.

  5. Citation :
    >>> Passons vite sur le second point de cette déclaration. Faire la police sur Internet ? Autant vider l’océan avec une paille ou dessabler le Sahara à l’aide d’une fourchette.<<<
    Fin de citation/

    Erreur fatale !
    Il convient, au contraire, de surveiller avec la plus grande vigilance la bulle politique, ses media inféodés, et le comportement du "législateur" sur la question, tant l'encadrement de la liberté d'expression sur le net est d'ores-et-déjà aussi intense que manipulateur.
    C'est sur le net que la bataille planétaire pour la liberté d'expression, et donc, pour la liberté de notre civilisation, va se gagner ou se perdre.
    Big Brother et ses sbires le savent trop bien pour laisser échapper ce secteur de la communication !

Les commentaires sont fermés.