Une presse régionale qui roule pour la gauche et contre le RN ?

pile-journaux-table-blanche_144627-3786

La campagne des élections législatives est terminée et les masques tombent. L’occasion, pour Aurélien Rousseau, ancien ministre d’Emmanuel Macron qui vient de rallier le Parti socialiste pour ce dernier scrutin, de révéler le nom de son allié de l’ombre. Un soutien de poids insoupçonné… Dans une publication sur ses réseaux sociaux, le nouveau député des Yvelines exprime ainsi « [s]a gratitude à la presse ». « Je pense en particulier à la PQR [presse quotidienne régionale, NDLR], aux antennes de France Bleu et au journal Le Monde, mais aussi La Croix, Libération ou L’Humanité. Leur travail a été indispensable et à la hauteur de ce moment historique. Une presse libre de très haut niveau », s’enthousiasme-t-il. Entre les lignes, l’ancien ministre de la Santé reconnaît donc le rôle joué par la presse, et notamment la presse locale, dans son élection et contre le Rassemblement national. Que Libération ou L’Humanité, et même Le Monde, aient fait le jeu du Nouveau Front populaire et du barrage républicain n’étonnera pas grand monde. En revanche, que la presse régionale, qui se revendique neutre et proche de ses lecteurs - et notamment la presse publique régionale -, ait tenté d’influencer la campagne pose davantage question.

France 3 et France Bleu dans la bataille

Aurélien Rousseau n’est d’ailleurs pas le seul à souligner le rôle joué par la presse régionale dans le « barrage républicain » contre le RN. Sophie Taillé-Polian, députée sortante du mouvement Génération.s réélue, dans une longue diatribe contre les médias du groupe Canal - sa marotte -, finit par reconnaître, elle aussi, le soutien des médias régionaux à la campagne du NFP, puis au « front républicain ». « Bravo cependant aux antennes [régionales] de France 3 et France Bleu qui n’ont jamais reculé à présenter la réalité raciste et antisémite du RN et qui ont permis de nuancer le récit selon lequel ce parti avait changé. » Après examen des articles et éditos produits par France 3 et France Bleu, force est de constater que la députée LFI dit vrai. Sur les différentes pages régionales de France 3, on trouve ainsi pléthore d’articles qui décrédibilisent certains candidats RN. « Propos racistes, complotistes, insultes : ces candidats du RN qui posent question en Bourgogne-Franche-Comté », titre France 3 Bourgogne, à moins d’une semaine du second tour. « Complotisme, racisme, accusation de viol : les casseroles de certains candidats investis par le RN en Centre-Val de Loire », peut-on lire sur le site de France 3 Centre-Val de Loire, le même jour. Les journalistes exhument des tweets, parfois tronqués ou décontextualisés, de ces candidats et leur collent ensuite l’étiquette de « raciste » ou « complotiste ». En revanche, Raphaël Arnault, candidat insoumis antifa et fiché S, suspecté d’avoir participé à des actions violentes, est simplement présenté comme « un homme politique au parcours controversé » avant le premier tour sur France 3 Provence. Aucun article de cette antenne régionale ne revient sur les actions violentes commises par la Jeune Garde, le collectif fondé par Raphaël Arnault, ou sur les plaintes qui visent le jeune homme. Aly Diouara, le candidat insoumis sulfureux en Seine-Saint-Denis, n'est pas non plus épinglé.

Sur les ondes de France Bleu, même constat. « Une candidate RN des Deux-Sèvres taxée de racisme », « Casquette nazie, propos racistes et antisémites, prise d'otage : ces candidats RN aux législatives qui font polémique », « les publications de la candidate RN de la 4e circonscription du Nord épinglées »… L’accent est mis sur la décrédibilisation des élus RN.

« Des organes de propagande »

Et la PQR privée ne déroge pas à la règle. La Montagne, diffusé en Auvergne et Limousin, revient régulièrement sur les « brebis galeuses » du RN, mais sur Raphaël Arnault, rien. Seulement un petit encart sur leur site. Dans Sud-Ouest, les éditos donnent le ton. Les journalistes qualifient ainsi l’arrivée en tête du RN au premier tour d’un « échec » et ajoutent : « Prêt à gouverner, le RN ? Le Titanic, peut-être, la France sûrement pas. » La Provence qualifie de « déshonneur » la décision d’Anne-Laurence Petel (Ensemble) de ne pas se désister contre le RN. Et Nice Matin, qui dans un édito revendique son indépendance, rédige tout de même un papier contre Jordan Bardella. Autant d’exemples qui montrent bien que la presse locale, qu'elle soit privée et se revendique indépendante ou publique et donc neutre, n’hésite pas à prendre parti. Lors de l’examen du projet de loi finances 2024, le sénateur Bernard Filaire avait ainsi souligné : « Les collectivités, parfois sous le prétexte vertueux de soutenir la presse locale […] en profitent pour exercer leur influence : certains titres sont des organes de propagande. » Encore faudrait-il avoir accès aux subventions accordées par les collectivités territoriales pour s'en rendre compte...

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

39 commentaires

  1. Dans Midi Libre, Quotidien unique dans le Gard, propriété de la famille Baylet militant déclaré à gauche,vous avez une orientation gauchiste permanente et en particulier son rédacteur en chef qui fait un édito quasi quotidien ouvertement hostile à la droite avec une préférence pour le RN , c’est gens là sont nourris par une grande partie de lecteurs qui votent RN, 6 députés sur 6 dans le Gard, mais régulièrement ils les insulte, personne ne s’offusque et les politiques se taisent.
    Lamentable ce journal

  2. La presse quotidienne régionale , c’est parfait pour emballer le poisson ou allumer le feu . Si vous connaissez un seul journaliste capable d’écouter , donnez-moi ses coordonnées , ça tient du miracle . Tout est expliqué dans l’excellent livre de Laure BELOT :  » les élites déconnectées  » .

  3. Journalistes de gauche….
    Un pléonasme ? Pour une trop grande majorité : OUI.
    Organes de presse, propagandistes ? OUI.
    Si les électeurs ne savent pas réfléchir, ni voir plus loin que les feuilles de leur presse régionale…. C’est grave, en effet. Voter en conscience implique un minimum de réflexion et de conviction personnelles. Malheureusement, dans notre société, tout est fait pour que les citoyens ne pensent plus. Tout est fait pour les abetir, les infantiliser, les déresponsabiliser.

  4. Quelque quarante années de bons et loyaux services dans l’un des titres de la presse quotidienne régionale cités dans cet article m’ont appris que, bien que grassement subventionnés par de l’argent public – tant en subventions directes qu’en dégrèvements postaux -, les journaux de province ont de l’indispensable objectivité journalistique une étrange vision. La principale faute en revient aux diverses écoles de journalisme qui sont à la presse ce que furent à l’enseignement de nos enfants les écoles normales d’instituteurs, des sanctuaires de pensée unique et formatée, bien à gauche et présumés « progressistes »… Naturellement, un journaliste a le droit de se positionner à la gauche de l’échiquier politique, mais pas dans l’exercice de son métier. Un (rare) journaliste de droite aussi !

  5. Il faudrait quand même qu’un jour un analyste neutre et impartial (si ça existe) nous dise clairement en quoi le RN actuel est moins républicain et moins démocrate que les autres partis et en particulier que LFI. Analyse appuyée sur des faits et pas sur des racontars, des fausses nouvelles ou des propos remaniés à la sauce sectaire. A moins que le seul fait de se déclarer Français et patriote soit une preuve accablante d’extrême-droitisme.

  6. Tout comme l’école nationale de la magistrature, les écoles de journalistes sont pourries et la gauche, le wokisme et les antifascistes y règnent en maîtres incontestés et malheur à celui où celle qui se rebiffe, ses jours sont comptés.

  7. Je vous confirme que la Voix du Nord, dans ses éditoriaux et aussi par la présentation de certains articles a pris partie de façon claire contre le RN. Ce journal auquel je suis malheureusement abonné est le seul dans la région des Hauts de France, à part quelques titres tels Nord Eclair qui appartient au même groupe Rossel et qui reprend le plus souvent les mêmes articles.

    • En Bretagne et grand ouest , Ouest France ,  » ouest torche  » pour les intimes est également d’un bon calibre , chaque foyer reçoit sa propagande , les médias télé du 13 h et 20h font le reste , on comprend pourquoi cette zone est tant de gauche .

      • Je confirme que depuis les années d’après guerre et jusque dans les années 80 , OF était un journal de droite ( type le parti MRP) . Puis il a viré sa cuti ~ sans savoir ce qui l’a psrovoqué ~ et est devenu un quotidien très bienveillant pour la gauche . Il suffit de lire les articles de fond et généraux et même certains locaux pour s’en rendre compte . Quant à la radio , une majorité n’écoute qu’ INTER ou RTL . Et pour la télé qui regarde Cnews ? ( JB , 86 ans ~ en Kreizh Breizh = Centre Bretagne à

    • Ce n’est pas qu’une question de candidats, bons ou mauvais. ( Il y en a dans tous les partis)  » L’extrême droite » relève d’une conception idéologique stupide et manichéenne. Et d’une évaluation des réalités historiques et actuelles à géométrie variable. Tout ce qui est à gauche et extrême gauche est forcément le camp du bien, quand l’extrême droite est le camp du diable ! )
      Dans une démocratie saine, les journalistes ne doivent pas être des militants, mais informer et dire la vérité.

  8. Evidemment que la presse roule contre le RN. D’ailleurs, aucun des faits de société quotidiens, égorgements, viols, autres assassinats, n’y sont relatés. Par contre, si un élu ou un candidat du RN a dit un mot de travers il y a 50 ans, on le rappelle sans arrêt. On ne rappelle jamais que Mitterand allait fleurir tous les ans la tombe de Pétain, ….

  9. A force de ressasser sans cesse les mêmes inepties , les attaques sulfureuses contre le RN et l’extrême droite en règle générale, traitant ses membres et au delà en sous texte tous ces gueux qui votent pour ces pestiférés racistes, xénophobes, et toute la litanie habituelle ; en fait ces médias n’engendrent ils pas un climat de haine vis à vis de l’autre ? et par là même un ressenti raciste & xénophobe pour le coup bien orienté , à mon sens c’est ce qu’ils cherchent de toute évidence afin d’alimenter leurs prétendues idéologies. Le proverbe ne dit-il pas « que quand on veut se débarrasser de son chien on dit qu’il a la gale »….

  10. La presse régionale du groupe EBRA est vindicative à l’encontre du RN depuis bien longtemps, mais pas seulement. Régulièrement leurs articles de société font l’apanage de l’idéologie bobo-gauchiste (derniers exemples en date : glorification de la génération No kids, la France qui s’est faite par l’immigration, immersion au sein de la marche des fiertés…). L’éditorialiste Léa Boschiero est particulièrement critique envers toute forme de tradition, qualifiant de fond de commerce la ruralité, de récupération la crise agricole, de climatosceptique les français affirmant qu’il pleut plus que la normale en ce printemps… Je ne connais pas son parcours mais elle a toute sa place dans les colonnes de Libération. Un autre magazine s’est montré particulièrement critique envers le RN ce mois dernier, et qui m’a très surpris, allant jusqu’à même rechercher les électeurs de la droite qui vont voter LFI, c’est Le Point ! Moi qui estimait que c’était un hebdomadaire à tendance droite libérale, je m’étonne qu’ils aient été autant vent debout contre Jordan Bardella et beaucoup moins contre le NFP, eux qui n’ont pourtant jamais assez de mots assez durs pour parler de la gauche le reste du temps…

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois