Elle n’en est plus à un paradoxe près. Alors que l’on fêtera, en 2023, le 150e anniversaire de sa naissance, elle est restée une jeune fille à l’esprit d’enfance intact. Religieuse carmélite normande, cloîtrée dès l’âge de 15 ans, elle est devenue sainte patronne des missionnaires du monde entier ; sans étude ni bagage autre que son intelligence vive et intuitive, elle est l’une des rares femmes érigées en docteur de l’Église, au milieu des plus grandes sommités intellectuelles des 2.000 ans de chrétienté. Et voici qu’aujourd’hui encore, la petite Thérèse de Lisieux – puisque c’est d’elle qu’il s’agit – s’apprête encore à bousculer les codes et renverser les ordres établis.

L’UNESCO, noble institution mondiale, lance pour la biennale 2022/2023 une belle initiative : « honorer la mémoire de personnes qui ont œuvré dans les domaines de la Paix, de l’Education, des Sciences, des Sciences Sociales, et de la », précise l’organisation. Ainsi, soixante personnalités de par seront honorées par l’UNESCO, pas une de plus. Autant dire que la sélection s’annonce délicate pour les nations souhaitant proposer leurs candidats à cette distinction planétaire.

Alors, il a fallu choisir. En compétition avec une autre grande dame, accompagnée de son illustre père, sainte Thérèse vient de l’emporter à l’échelle de la sélection française. Ce ne sera donc ni la tour Eiffel, ni Gustave, le créateur qui l’a mise debout, mais bien notre petite fille de Normandie qui représentera la à cette sorte de prix Nobel du rayonnement. Dans ce choix, la France bénéficie, en outre, du soutien de la Belgique et de l’. C’est en novembre prochain que la liste définitive devrait être validée en assemblée générale. Mais la candidature est en bonne voie, si l’on en croit les déclarations de l’UNESCO : Pour l’UNESCO, la célébration de cet anniversaire contribuera à apporter une plus grande visibilité et aux femmes qui ont promu, par leurs actions, les valeurs de la paix. Étant donné la célébrité de Thérèse de Lisieux dans la communauté catholique (la ville de Lisieux étant le second lieu de pèlerinage de France après Lourdes), la célébration de son anniversaire peut être une opportunité de mettre en valeur le rôle des femmes au sein des religions dans la lutte contre la et la promotion de l’inclusion. »

Une personnalité française, mais au rayonnement déjà mondial, en quelque sorte, que l’UNESCO ne saurait être la dernière à honorer comme un patrimoine de l’Humanité. Étonnante puissance qui se déploie dans la petitesse d’une simple jeune fille, capable de toucher tous les cœurs, de déplacer toutes les montagnes, de faire advenir les choses les plus inattendues… Et si c’était un peu tout cela, que le monde attend de la France ?

26 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

5 6 votes
Votre avis ?
27 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Patrimoine : Prenez part aux « années folles de la visite »

Parce que le beau fait du bien... …