Distraire le public et promouvoir le patrimoine, l’histoire et la culture française, c’est l’objectif poursuivi par Saint Louis Studio, une association de bénévoles et d’acteurs amateurs à travers cette minisérie Un dîner aux chandelles, dont la série 1 est à voir ici. Pour permettre la sortie de la série 2, une cagnotte participative est mise en ligne.

Présentation du projet en vidéo et commentaires de Jean-Baptiste Salmon, trésorier de l’association.

 

Pouvez-vous présenter votre mini-série ?

Cette série s’appellera Un dîner aux chandelles. Nous venons de terminer le tournage de la deuxième saison au château de Gizeux et au château Champchevrier, en Touraine. Saint Louis Studio est une association qui a pour but de promouvoir le patrimoine français, ses bâtiments, sa culture et son histoire à travers l’audiovisuel, à travers des séries, des petits clips, voire plus tard, à travers des films. L’histoire de cette mini-série se passe au cœur d’une famille noble française dans un château. On y retrouve les mêmes personnages que nous avions dans la saison 1 plus quelques nouveaux personnages. Il s’agit d’une intrigue policière, mais surtout d’une histoire familiale.

À l’ère des Netflix et autres grosses productions, y a-t-il un créneau pour votre travail ?

Notre objectif est différent. Nous ne voulons pas juste divertir le public, même si c’est un des objectifs, nous voulons également soutenir le patrimoine, la culture et l’histoire de France par le biais de cette série et de nos productions.
À notre niveau, nous sommes actuellement sur un tout petit segment. Notre première saison a été diffusée sur internet gratuitement sur YouTube. Nous prévoyons la création d’un DVD pour la deuxième saison. Notre objectif étant de grossir, d’augmenter notre visibilité et de pouvoir trouver les moyens nécessaires à la création de plus gros projets.

Y a-t-il une démarche autre que le plaisir de créer ?

Notre plaisir outre la création du tournage de cette série est de valoriser ce patrimoine, mettre en avant les lieux où nous tournons, les costumes que nous portons, les époques que nous traversons tout en suivant une trame, une histoire, un roman, en quelque sorte, afin de rendre vivant le patrimoine culturel.

Travaillez-vous avec des professionnels ou est-ce du travail d’amateur revendiqué ?

Notre objectif est de nous professionnaliser. Une partie de l’équipe est professionnelle. Le réalisateur est un professionnel et une bonne partie de l’équipe technique est composée de professionnels. En revanche, l’association est composée de bénévoles. Les acteurs qui jouent dans cette série sont des amateurs puisque dans la vie de tous les jours, ils font tous des métiers différents ou des études autres que celles d’acteurs. Pour autant, l’investissement de chacun est important. On pourrait dire que notre objectif est de continuer à nous professionnaliser. Pour cela, nous avons besoin de moyens. Un tournage tel que celui-ci prend du temps et demande des moyens techniques, un investissement de matériel et une participation de chacun. Nous avons besoin de rémunérer une partie des techniciens qui travaillent sur ces projets. Nous avons besoin également de financement pour pouvoir nous professionnaliser encore davantage et réaliser des projets encore plus grands. Pour cela, nous sollicitons la participation de tout à chacun par des cagnottes de financement participatif. Nous pensons qu’une communauté peut se créer autour de nos projets et que chacun puisse soutenir nos projets par un mécénat pour nous permettre d’achever nos projets en cours et d’en créer des nouveaux, plus ambitieux encore.

À lire aussi

Arnaud Beltrame, « victime de son héroïsme » ?

La plaque a été inaugurée il y a déjà quelques mois, mais c’est aujourd’hui qu…