Dans une interview au Dauphiné libéré, l’ex-femme du forcené devenu assassin lors de la tuerie de Saint-Just, survenue dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 décembre derniers, indique qu’elle avait alerté les autorités sur sa dangerosité. « J’avais lancé des alertes, des dizaines ! Je savais qu’il était dangereux », assure-t-elle. Et de déclarer avoir signalé son comportement à la , la gendarmerie, l’aide sociale à l’. Elle aurait même écrit à l’ancienne secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes-hommes, , mais « rien n’a été fait. On m’a dit à chaque fois qu’il allait certainement se calmer », poursuit-elle. Se disant victime de menaces de , elle aurait vu toutes ses plaintes classées sans suite. « Il y a quatre orphelins aujourd’hui et, si j’avais pu me faire entendre, on n’en serait pas là. J’ai tout essayé », conclut-elle.

Lourd témoignage à charge contre le fonctionnement routinier, laxiste et contraint des administrations et des services étatiques chargés de nous défendre. Contre les gesticulations de l’État, même. Dans un communiqué publié ce samedi après-midi, Marlène Schiappa assure ne pas avoir eu trace du courrier qui l’incriminerait.

Le communiqué est long : « Dans un article au sujet du terrible triple meurtre de gendarmes […], un article de presse locale relaie des propos d’une ancienne compagne du tueur présumé selon laquelle plusieurs institutions auraient été prévenues de la dangerosité de celui-ci, sont cités notamment […] les forces de l’ordre et le secrétariat d’État chargé de l’Égalité femmes hommes. […] Concernant le secrétariat d’État, après des recherches ces 25 et 26 décembre, ni la Préfecture ni le bureau des courriers de Matignon chargé de recevoir et répertorier les courriers reçus des secrétariats d’État lui étant rattachés n’avaient, à ce stade, de trace de la lettre évoquée. »

Erreur ou mensonge de l’ex-épouse ? Dramatiques négligences en , en tout cas, au niveau des services concernés. Une affaire à suivre. Mais qui s’ajoute à toutes celles qui démontrent, par leur dénouement tragique, les dysfonctionnements de notre système judiciaire et la défaillance de l’État.

27 décembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivé.