La russophobie congénitale des élites américaines a été, pour la première fois, rationalisée géopolitiquement par l’amiral Alfred Mahan dès l’aube du XXe siècle sous la présidence de Theodore Roosevelt, et concrétisée alors par le financement, par Wall Street, de la Marine impériale japonaise, ce qui provoqua la catastrophe de 1905 qui anéantit le capital du tsar Nicolas II et précipita la quête occidentale d’un changement de régime en Russie. On connaît la suite…

Depuis la chute de l’Union soviétique, la tentative de création d’un État vassal assis sur Eltsine et les « oligarques » russes a échoué, partiellement parce que Washington n’a jamais su choisir entre amitié et inimitié, et principalement parce que Poutine, en géopoliticien de la vielle école, avait compris que son pays disposait d’une marge de manœuvre de quelques décennies pour sortir du piège de l’anéantissement - soit par « américanisation », soit par « sinisation » - de l’ex-Empire russe.

Cependant que Washington, obsédé depuis cinquante ans par ses lubies moyen-orientales, ne se rendit pas compte de son « arabisation » comme de sa « sinisation », au point que la plus grande partie des élites politico-médiatico-économico-académiques américaines sont déjà « contaminées » par la propagande et le capital des Saoudiens et des Chinois qui sont, désormais, des acteurs stratégiques de décision « internes » (et non pas « externes », comme dans le cas de la Russie, dont c’est la limite). Ce qui ne gêne pas la super-classe mondiale qui voit désormais les États comme les sièges sociaux d’un réseau mondial de fonds d’investissement, et les gouvernements comme leurs sociétés de gardiennage.

Or, la Chine « ne joue pas le jeu », se projetant elle-même en très prochaine puissance hégémonique du XXIe siècle. Économiquement, et militairement… cependant que la Russie, pays maintenu dans la pauvreté, croyait-on, par les sanctions, n’a eu pour seule ressource immédiate que de moderniser ses armements de façon ciblée, économique et innovante, créant ainsi à faible coût suffisamment de dissuasion à toute tentative irréfléchie d'« irakisation » du pays.

C’est dans cet esprit qu’il faut comprendre la récente intention britanno-américaine de sortir du traité INF (Intermediate-Range Nuclear Forces Treaty, qui porte sur les armes nucléaires de portée intermédiaire) signé par Reagan et Gorbatchev en 1987.

Ce retrait, dont l’initiateur est John Bolton, le conseiller-faucon à la nationale du président, remplit deux objectifs. Le premier serait, pour les États-Unis (selon des sources russes citées le 21 octobre par huffingtonpost.fr), de poursuivre leur « rêve » de domination mondiale, tandis que Trump, qui accuse les Russes de tricher, y voit un moyen de se libérer d’une contrainte, principalement vis-à-vis de la Chine, qui ne s’est pas gênée pour fabriquer des INF (n’étant pas partie au traité). La Chine, en effet, accumule des stocks de ces armes intermédiaires dans le Pacifique occidental, selon le New York Times du 19 octobre…

La Chine est bien, maintenant, dans le collimateur du Congrès américain, qui réalise que son jeu consiste de plus en plus à flanquer l’OTAN en visant le contrôle des ports de la planète (Djibouti, Sri Lanka, Le Pirée, Rotterdam, Anvers, Hambourg, Haifa, Ashdod, etc.) ou celui des zones boréales (tentative récemment avortée au Groenland, à deux pas d’une base américaine).

Trump et Poutine se rencontreront à le 11 novembre. Vont-ils parler de la Chine ?

2769 vues

22 octobre 2018

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.