Les femmes aux fourneaux, les hommes au bistrot ! Au sein d'une manifestation féministe de gauche, ce slogan pourrait peut-être passer, sous réserve qu'il soit scandé par des femmes voilées de la tête aux pieds. Samedi 19 novembre, le contre-feu féministe Némésis en a fait la presque démonstration. Vêtues de niqab ne laissant apparaître que leurs regards, les militantes identitaires s'immiscent au sein du défilé organisé par le mouvement Nous toutes qui réunissait « tou·tes celles et ceux qui veulent en finir avec les violences sexistes et sexuelles ».

Bienvenue à bord ! La présence de créatures fantomatiques ne génère nulle hostilité. Bien au contraire. Le cordon bleu progressiste aime à saupoudrer un nuage de « vivre ensemble » sur son pot-au-feu. L'arrière-goût de suprématie masculine qui s'en dégage ne dérange pas la clientèle affamée d'inclusion.

Parvenues à se faire passer pour des épouses fières de leur accoutrement, les infiltrées brandissent des cartons portant des sentences peu compatibles avec l'idéologie des participantes. « Ma burqa, mon choix » surgit au beau milieu du bouillon gauchise. « Mon Coran, mes lois » confirme la revendication précédente. Les ingrédients « Mon voile, mon choix » et « Féministe et islamiste » ne parviennent pas davantage à ébranler la sérénité du cortège.

Féliciter celles par qui l'archaïsme marche à leurs côtés

Les plus émues par cette intrusion de résistantes à la libération féminine viennent féliciter celles par qui l'archaïsme marche à leurs côté. Que n'ont-elles porté haut les vertus de la lapidation ? « Mes pierres sur la tête, mon choix. » Il était encore de temps de rédiger quelques devises de bon aloi.

Lors d'une marche précédente des mêmes « Nous toutes », le collectif Némésis avait été expulsé manu militari du défilé. Leurs slogans hostiles aux harcèlements et autres agressions sexuelles commis par des migrants n'avait pas été du goût des brebis rassemblées en cette verte pairie. La sainte immigration est le terrain sur lequel nulle objection n'est possible. Enfermés dans ce parc surveillé par les miradors de la bien-pensance, les évasions se comptent désormais par milliers. La farce révélatrice du collectif Némésis ne manquera pas de contribuer à l'amplification du phénomène.

9771 vues

27 novembre 2023 à 17:55

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

24 commentaires

  1. Bravo mesdames! J’ai une pensée pour ces iraniennes qui, en février 1979, ont été voilées sous les applaudissements des sous développés gôchistes de LIbération Serge July et Marc Kravetz. Rejoints par des féministes pur porc qui se désengagèrent. Mais le pompon revient au PS qui organisa une sauterie à la Maison de la Chimie pour saluer l’avènement des barbares islamistes.( Eléments puisés dans Histoire d el’Islamisation française ou 40 ans de soumission , chez l’Artilleur.)

  2. Ces « féministes » de gauche sont les idiotes utiles de l’islamisme qui gagne du terrain années après années dans notre pays. Elles sont tellement idiotes qu’elles ne se rendent même pas compte qu’elles agissent contre les intérêts des femmes en choisissant de normaliser les « femmes en niqab parce que c’est leur choix ». C’est ce qu’on appelle « se tirer une balle dans le pied »!, mais elles sont trop bêtes pour le voir.

  3. C’est le monde à l’envers. Pendant que des femmes se font lapider ( en Iran, Afghanistan, Népal , Soudan etc..) pour avoir accès à un peu plus de liberté, ces suffragettes en peau de lapin ( les vraies militaient pour avoir le droit de vote ) demandent encore plus de soumission vis à vis du mâle conquérant

    1. Non ! Ce n’est pas le monde à l’envers, c’est leur monde que personne non musulman ne peut comprendre, malgré toutes les circonvolutions verbales qui ne riment à rien..

  4. Belle démonstration du marquage islamo-gauchiste de ces associations féministes et de la tolérance de nos gouvernants à ces dérives. Pourquoi laissent on des gens manifester en étant masqué ou portant des tenues interdites sur la voie publique. Bravo à Némésis de démontrer ces aberrations.

Les commentaires sont fermés.