À ce jour, aucun haltérophile n'est parvenu à soulever le casier judiciaire de Jawad Bendaoud. Le lecteur soucieux de prendre connaissance de l'intégralité des méfaits contenus dans ce très lourd dossier profitera du pont du 14 juillet pour consulter la page Wikipédia consacrée à l’intéressé. Sachet de pop-corn recommandé.

Rendu célèbre pour son fameux « J’étais pas au courant que c’était des terroristes [...] On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service », Jawad sortait récemment de prison après avoir purgé une peine de quatre années pour recel de malfaiteurs terroristes. Dès la porte passée, face à son smartphone, celui-ci se livrait à une analyse de son injuste privation de liberté. Le temps avait permis au détenu de cerner les tenants et aboutissants de cet enfermement odieux : « Non, mais de toute façon, je vous dis la vérité, les amis, on vit dans un pays raciste, y a pas besoin de polémiquer ou quoi que ce soit. » Coupé du monde durant un long moment, le personnage semble ignorer que la découverte a déjà fait l'objet de nombreuses révélations au grand public. À trois reprises, il martèle « On vit dans un pays raciste », alors que la plupart des Français se flagellent matin et soir devant BFM TV pour tenter d'en finir avec ce mal qui les ronge. Pas un seul visiteur n'a cru bon l'informer des ces avancées sociologiques épatantes. Un retour à une vie normale s'impose.

Avec la formule « Je vous dis la vérité, les amis », le logeur involontaire de transmet un message de pardon à ceux qu'il accuse. Les spectateurs de la séquence restent ses amis malgré les sévices qu'ils lui ont fait subir. La bonté faite homme. « Y a pas besoin de polémiquer ou quoi que ce soit », ajoute-t-il. Mais qui songerait à le contredire ? Lors d'un supposé vol de portable en 2006, le justicier Bendaoud abattait le présumé coupable d'un coup de tranchoir volé quelques minutes plus tôt dans une boucherie. Le caractère inintentionnel de l'homicide fut retenu par le tribunal et Bendaoud fut condamné à huit ans de prison pour ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Selon des sources policières, le boucher, propriétaire du tranchoir, court toujours. L'ustensile aiguisé trop finement par un rémouleur d' avait eu raison de la vie de la pauvre victime. Le avait encore frappé.

La grosseur de la ficelle ne fonctionne que par la culpabilisation instaurée par la bien-pensance. Nanti de leurs jokers, de toutes parts, les Jawad jouent et rejouent inlassablement la même carte usagée. Les dupes de cette pitoyable comédie se font de plus en plus rares.

5582 vues

26 mai 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

24 commentaires

  1. ou est le temps ou « certaine « personne était exécuté discrètement par les services spéciaux, la remise de peine ne servait a rien

  2. Si a France devient raciste, c’est de la faute à Qui ?
    Simple question…

  3. On va encore subir longtemps les rodomontades et les jérémiades de cet individu ?

  4. Il faut être complètement parano pour rester dans une pays aussi raciste…. On ne comprendra jamais les musulmans qui ne se plaient pas en France , détestent la France mais pas le fric avec lequel elle les engraisse… nous, au moins si on n’aime pas un pays on n’y va pas et si on le découvre en y allant on se tire vite vite.. Et ne me parlez pas d’islam et d ‘islamisme ils le disent eux même l’islam est un et indivisible

  5. Malgré tous leurs préjugés antiracistes, les juges n’ont pas encore réussi à réduire à moins des 2/3 de la population carcérale le nombre d’individus « issus de la diversité » qui sont actuellement pensionnaires des prisons françaises

  6. si le « racisme » n’existait pas, délictueux, voire criminel, il faudrait l’inventer d’urgence! Sans cette excuse facile et passe-partout, comment expliquer le comportement délictueux, voire criminel, des « racailles » ?

  7. ACQUITTADOR ayant été reconduit en son hôtel de Bourvallais, tous ces malheureux jeunes gens victimes du racisme systémique de la Police française ont de beaux jours devant eux.

  8. C’est étrange de voir que malgré son racisme  » systémique « ( mot à la mode), la France est le pays où les racailles veulent vivre. Quel paradoxe. Il n’y a donc pas d’autres pays plus bienveillants pour les accueillir ? Il est vrai que la France est le pays où les criminels et autres terroristes sont les plus choyés : prisons tout confort, remises de peine à volonté, juges qui protègent les coupables et oublient les victimes. Pourquoi tant d’ingratitude, jawad ?

  9. Si on avait un gouvernement digne de ce nom, ce salopard serait toujours en prison et condamné une fois de plus pour injure vis à vis de la France. Et Macron veut qu’on vive ensemble? Il est complètement ouf!

  10. J’aime beaucoup votre humour pour décrire ce genre de situations hélas trop fréquentes Ce type de personnage ne peut plus être Français

  11. Pauvre petit ! N’est-il pas au courant que plein de pays tellement humanistes, champion de la liberté et des droits de l’homme, sont prêts à l’accueillir bras ouverts ? Et nous Français, soucieux de son bien être et de son bien vivre, nous ne le retenons pas ….

  12. Bendaoud fut condamné à huit ans de prison pour violences ayant entraîné la mort sans « intention de la donner » ! Tandis que le policier qui a abattu ceux qui allait en faire de la bouillie en l’écrasant est inculpé, lui, « d’homicide volontaire » ayant entrainé la mort. Il y a vraiment une justice en France, et quelle justice ….

  13. Ras-le-bol de tous ces « masochistes », qui restent en France malgré tous ses défauts.
    Ras-le-bol de tous ces gens-là, qui exploitent tous les inégalités à la française, pour en faire leur « art de vivre » !
    Ras-le-bol de tous ceux qui foutent leur masochisme dans la poche, qui y restent en France, et qui s’y accrochent surtout pour et à cause de ses qualités, particulièrement financières !

  14. Les jawads de ce monde jouent la carte raciste car c’est payant. Elle sert à culpabiliser nos concitoyens bienpensants et notre culture de l’excuse. Ils ont compris que notre wokism joue contre nos vraies valeurs républicaines. Le wokism est avant tout une invention blanche/occidentale. Ils ne font que surfer sur cette idéologie que nous croyons nous assurer une société inclusive. Faux, c’est le séparatisme qu’ils cherchent.

  15. J’espère et je souhaite très fortement et sincèrement que cette « victime  » soit libérée de cette ambiance raciste, par son départ vers le pays musulman de son choix. le pays de sa première nationalité, par exemple, car, avec ce qu’il a fait il ne doit pas se sentir trop français… sauf pour les allocations.
    Espérons que dans ce nouveau paradis, la justice soit aussi clémente qu’en France.

    1. Espoir vain, la France va le garder. Elle garde les racailles, les terroristes, elle les nourrit aussi. Et elle oublie les victimes. La France, pays raciste, mais paradis des criminels.

  16. Ce « brave » homme devrait quitter le pays raciste et aller vivre dans des lieux plus appropriés compatibles avec ses idées.

  17. Les dupes de cette pitoyable comédie se font de plus en plus rares. Oui, mais les acteurs de cette comédie sont toujours sur le devant de la scène … et dans les premiers rôles mêmes ! Et même si Cohn Bendit se fait traiter de crétin par Ferry;

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter