Editoriaux - Médias - Politique - Télévision - 20 juin 2017

Pourquoi s’abstenir peut être plus civique que voter !

Pour ce second tour des élections législatives, de nombreux électeurs ont hésité entre l’abstention et le vote blanc ou nul. Or, que constate-t-on à chaque élection ? Les médias et hommes politiques n’ont rien à faire des votes blancs et nuls. Seule leur élection les intéresse, pas les électeurs.

Pour preuve, en deux heures de commentaires sur les diverses chaînes de télévision, pas un seul journaliste et pas un seul invité politique n’a fait la moindre référence au nombre de votes blancs et nuls. Quelle honte et quel manque de professionnalisme !

L’interdiction de divulguer les résultats des élections avant 20 h, doublée de l’autorisation de donner une estimation de l’abstention avant cela, fait que de 19 h à 20 h, nous sommes abreuvés de commentaires sur le taux d’abstention. Mais une fois 20 h passées, ne comptent plus que les seuls combats de score des candidats.

Politiquement, ceux qui s’abstiennent existent ; ceux qui votent blanc ou nul n’existent pas. Méprisés ! Une attitude qui constitue une scandaleuse initiation à l’incivisme, à accroître l’abstention à chaque élection pour être un tout petit peu entendu.

Cela fait des décennies qu’il est clairement demandé aux politiques de trouver une solution pour donner un sens et un poids à ces votes blancs et nuls. Et – spécialité de nos politiques qui aiment tant commenter sans être capables d’agir – rien n’a été fait. En Marche ! vers le surplace.

Ce silence traduirait-il une information insignifiante qui ne méritait pas d’être citée ? Je vous laisse juge, avec ce rappel pour les amateurs de respect de tous les électeurs : deux millions de votes blancs et nuls, un record absolu.

Les votes blancs et nuls du deuxième tour de ces législatives 2017 représentent plus de 10 % des votes exprimés. Un taux cinq fois plus élevé qu’au premier tour !

Il y a eu plus de votes blancs que de votes pour la “gauche plurielle” (candidats socialistes + communistes PRG + communistes + écologistes) : 1,4 million de blancs contre 1,3 million pour socialistes + communistes + radicaux + écolos.

Au total, l’abstention réelle (choisir un des deux candidats proposés au second tour) dépasse les 60 % au plan national, et plus de 70 % dans certaines circonscriptions.

Le parti présidentiel, qui a obtenu une majorité des députés, a été désigné par 17 % des inscrits, soit un inscrit sur six ! Quelle est la légitimité réelle de cette majorité ?

Compte tenu de ce fait, avant de travailler à tout projet de loi, un gouvernement républicain digne de ce nom ne devrait travailler qu’à une chose : la proportionnelle, tout de suite, quitte à refaire ces législatives, et des candidats réellement différents et représentatifs du pays !

À lire aussi

Nombreux sont ceux qui, lassés, s’abstiennent, en attendant la proportionnelle !

Comme à chaque élection législative, le système à deux tours débouche sur un résultat pour…