Le gouvernement planche sur une réforme des conditions d'obtention du revenu de solidarité active (RSA). Des tests doivent débuter en janvier 2023, rapporte CNews.

Les premières pistes tendent vers un versement du RSA conditionné à 15 à 20 heures de travail hebdomadaire, comme l'avait annoncé Emmanuel Macron, en mars dernier. La mesure, qui avait fait polémique à l'époque, devrait être testée dès janvier 2023 afin d'être généralisée en 2024. Le but du gouvernement est, notamment, de trouver de la main-d'œuvre pour les secteurs en tension, comme le BTP et la restauration.

Le ministre des Solidarités, Jean-Christophe Combe, a précisé : « On va lancer début 2023 des expérimentations. Elles s'intituleront "territoires zéro non-recours". Nous allons faire appel à la volonté d'une dizaine de territoires où on mobilisera tous les acteurs concernés. »< « Seuls le RSA, la prime d'activité et les APL (aides personnalisées au logement) seraient testés dans un premier temps, a ajouté le ministre. Cela concerne globalement 90 % des allocataires, soit près de 20 millions de Français. »

La liste des départements-tests n'a pas encore été arrêtée. Ceux-ci décideront du nombre d’heures minimum de travail hebdomadaires, ainsi que des sanctions à appliquer en cas de non-respect des mesures d’obligation.

3487 vues

14 septembre 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter