Accueil Editoriaux Royaume-Uni : le Premier ministre à l’hôpital, la reine à la télévision
Editoriaux - Politique - 6 avril 2020

Royaume-Uni : le Premier ministre à l’hôpital, la reine à la télévision

« Sur les conseils de son médecin, le Premier ministre a été admis à l’hôpital ce soir pour un examen », a confirmé un porte-parole du 10 Downing Street. « Il s’agit d’une mesure de précaution, car le Premier ministre continue d’avoir des symptômes persistants du coronavirus 10 jours après avoir obtenu un résultat positif », a expliqué le porte-parole.

Des adjoints du gouvernement avaient indiqué, plus tôt, que le chef conservateur, qui espérait continuer de diriger le pays pendant la pandémie en utilisant la « magie de la technologie », avait « toussé et craché » lors de conférences téléphoniques, révèle Jack Mongomery, dans Breitbart News, le 5 avril. Les médecins préviennent que les victimes du Covid-19 dont les symptômes durent plus d’une semaine risquent de développer une pneumonie.

Le Times révèle qu’il aurait reçu un traitement d’oxygène après son arrivée en voiture, mais Downing Street a refusé de commenter son traitement spécifique.

Cela arrive juste après que la reine a invoqué l’esprit du Blitz (Blitz spirit) – allusion à la fameuse blitzkrieg des Allemands – dans son discours au Commonwealth britannique : « Nous avons peut-être plus à endurer, mais les jours meilleurs reviendront. »

La reine de 93 ans, qui est chef d’État dans quinze pays en plus du , y compris l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada, a déclaré qu’elle savait que c’était « une période de plus en plus difficile » pour de nombreux téléspectateurs, qui a déjà « causé du chagrin à certains, des difficultés financières à beaucoup d’autres et apporté d’énormes changements à notre vie quotidienne ».

En cette soixante-neuvième année de règne, l’adresse lui rappelait « la toute première émission [qu’elle ait] faite, en 1940, avec l’aide de [sa] sœur ».

« Enfants, nous avions parlé, ici à Windsor, aux enfants qui avaient été évacués de leur maison et envoyés en lieu sûr », se souvient-elle. « Aujourd’hui, encore une fois, beaucoup ressentiront un sentiment douloureux de séparation de leurs êtres chers. Mais maintenant, comme à l’époque, nous savons, au fond de nous, que c’est la bonne chose à faire. »

Le Premier ministre exhorte le public à rester à la maison, protéger le NHS (National Health Service) et sauver des vies. Sa fiancée, Carrie Symonds, enceinte, est également signalée comme étant alitée avec des symptômes d’infection.

Si le Premier ministre devient inapte, ses fonctions seront assumées par le « survivant désigné » (designated survivor) — à savoir le secrétaire aux Affaires étrangères et au Commonwealth, Dominic Raab.

Néanmoins, le secrétaire d’État au Logement, aux Collectivités et aux Gouvernements locaux, Robert Jenrick, a dit à la BBC, parlant de Boris, que cet homme de 55 ans demeure « tout à fait responsable du gouvernement ».

« Il a travaillé extrêmement dur à la tête du gouvernement et il est constamment au courant des affaires du pays. Cela va continuer. De toute évidence, aujourd’hui, il est à l’hôpital pour subir les tests, mais il continuera d’être tenu au courant de ce qui se passe et d’être responsable du gouvernement. »

« J’espère, je pense que nous l’espérons tous, qu’il se rétablira rapidement, qu’il reviendra au numéro 10 et qu’il prendra les choses en main comme il le voudrait le plus tôt possible. »

« Je suis sûr que c’est très frustrant pour lui, pour quelqu’un comme Boris qui veut diriger le gouvernement en première ligne, bien qu’il reste totalement responsable du gouvernement. »

Les commentaires de Jenrick n’affirment pas pour autant que le Premier ministre « peut diriger le pays à partir d’un lit d’hôpital », comme le rapporte le Guardian. D’ailleurs, c’est Dominic Raab qui présidait la réunion de lundi sur le coronavirus.

À lire aussi

Le cinéaste gauchiste américain Michael Moore contre les énergies renouvelables

Moore a finalement admis que le roi de l’énergie renouvelable était nu. …