Jupiter tombé de l’Olympe dans les bras de Antillais n’en finissait pas de voir les chuter plus vite encore. Empêtré dans le départ de Gérard Collomb, notre génial Président, notre banquier émérite, qui a fait don de sa personne à notre pays si coupable, a trouvé une parade que seuls des esprits bornés pourraient contester : si le gouvernemental tarde, c’est parce que notre conducteur infaillible veut prendre son temps, qu’il se veut « professionnel », qu’il désire confier les « portefeuilles » ministériels à des gens honnêtes et compétents. Ces deux qualités requises exigent qu’on épluche les situations judiciaires et fiscales et qu’on examine, dans le détail, les carrières des personnes pressenties. Il n’est, évidemment, pas question d’équilibre politique, cette notion de l’ancien monde. Bref, Jupiter-Narcisse est avant tout le Maître des horloges. L’ennui, pour lui, c’est que tout le monde se gausse de la pirouette et que certains mauvais esprits lui remettent les pendules à l’heure. Le remaniement qui était pour demain a été sans cesse reporté. Les bruits et les rumeurs qui ont couru ont étayé l’idée que l’affaire était plus compliquée que prévue, parce que le Président se trouvait dans une situation qu’il n’avait nullement anticipée.

Voilà deux fois qu’un ministre de première importance s’en va sans le prévenir. Depuis le début du mandat, cela fait sept ministres à remplacer. La première parade consistait à transformer cet incident fâcheux en grande manœuvre destinée à donner un second souffle au quinquennat. Le Premier ministre démissionnait avec l’ensemble du gouvernement, était renommé dans la foulée, prononçait son discours de politique générale devant l’Assemblée et s’assurait de la confiance renouvelée des godillots LREM. C’était, évidemment, la solution proposée par Édouard Philippe, qui lui aurait donné une épaisseur nouvelle alors que déjà, dans les sondages, il est en meilleure posture que Macron. Narcisse ne l’a pas supporté : on se contentera d’un remaniement. Mais cette stratégie plus modeste s’est heurtée, elle aussi, à de multiples difficultés. Là encore, les propositions du Premier ministre et les choix présidentiels ne s’accordaient pas. Il n’y avait pas, en effet, de feuille de papier à cigarette entre les deux hommes, il y avait un tronc d’arbre : le premier voulait élargir le nombre et l’importance des recrues débauchées des Républicains, le second voulait maintenir l’équilibre avec sa socialiste d’origine. Le Président voulait, bien sûr, Place Beauvau, un ami sûr comme Castaner, par exemple.

[…] Ses bourdes à répétition ont dévoilé un esprit que les Français n’avaient pas perçu, où le mépris, notamment à leur égard, tient une place essentielle. Les résultats ne sont pas au rendez-vous. […] On ne se bouscule donc plus au portillon du pouvoir. Cinq ministres pressentis auraient déjà décliné l’invitation. On ne monte qu’à regret sur un bateau qui donne de la gîte. Les ressources humaines de la Macronie sont limitées : le parti a poussé comme un champignon, ses élus manquent d’expérience, à moins qu’ils ne soient des transfuges arrivistes et peu fiables. Il reste la fameuse civile, qui ne met pas à l’abri de déconvenues liées à la vie professionnelle. Le ministre de la Culture en donne un malheureux exemple.

C’est pourquoi, Macron, qui a des lettres, a une fois encore fait appel à Lamartine : « Ô temps, suspends ton vol ! Et vous, heures propices,/Suspendez votre cours… » Et c’est ainsi qu’on le proclame urbi et orbi Maître des horloges. Ce subterfuge ne peut qu’accroître le sentiment des Français à l’égard de la dissimulation qui entoure le personnage. Son escapade à Erevan, au son des refrains d’Aznavour, pour célébrer la Francophonie, lui a permis, en douce, de faire élire à la tête de cette organisation la représentante d’un pays, le Rwanda, qui accuse la France de complicité dans le génocide et qui a remplacé le français par l’anglais comme première langue. Dans le même temps, le parquet de abandonnait les poursuites contre les proches du président Kagame accusés, après l’enquête du juge Bruguière, d’être à l’origine de l’attentat contre l’avion du président Habyarimana qui déclencha le massacre des Tutsis dans le pays. Mais, bien sûr, Narcisse-Jupiter aime la France, qu’il ne salit jamais à l’étranger, et sous son règne, la Justice est absolument indépendante.

14 octobre 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.