Décidément, en amour comme en politique, quand ça ne veut pas, ça ne veut plus. Spirale de l’échec ? Toboggan de la lose ? Dégoulinante infernale, comme on dit chez ceux qui jouent leur vie aux cartes sur des tapis verts ? À propos de « verts », c’est qui se retrouve aujourd’hui marron.

Ainsi, après son mirifique résultat à la dernière élection présidentielle – même Éric Zemmour a fait plus de voix qu’elle à Paris, tandis que Nicolas Dupont-Aignan faisait de même au niveau national – se trouve-t-elle désormais tenue d’effectuer un historique rétropédalage relatif à l’abattage d’arbres centenaires, aux alentours du Trocadéro et de la tour Eiffel.

À l’origine, cette initiative urbaine baptisée « OnE » (et en français, on dit comment ?) consistait à « végétaliser » et « piétonniser » l’endroit afin d’y construire des bagageries pour les touristes et des locaux pour les employés d’un des sites les plus visités de la capitale. Bienvenue dans le monde du goulag fleuri, comme on dit…

Certes, en leur temps, la construction de Gustave Eiffel et l’esplanade trocadéresque à l’architecture néo-mussolinienne ont eu leurs détracteurs ; mais aussi leurs amateurs. Qu’importe, l’ensemble a fini par participer d’un paysage coutumier. De fait, à quoi bon changer ? On ne répare pas un objet qui n’est pas cassé, à en croire un vieux proverbe anglais.

Mais peut-être était-ce le délire municipal et démiurgique de trop, sachant que le site change.org, pourtant spécialisé dans la pétition inclusive et bienveillante, a tôt rassemblé plus de 90.000 paraphes pour s’opposer à ce funeste projet. Parmi les signataires les plus en vue, rien qui ne puisse relever d’une quelconque « fachosphère », s’agissant de Nagui, l’amuseur télévisuel qu’on sait, Hugo Clément, arbitre autoproclamé des élégances écologistes, sans oublier Laurence Parisot, ancienne patronne du MEDEF. Rien que du beau linge, donc.

Résultat ? Christophe Nadjovski, adjoint aux Espaces verts et à la Biodiversité de Paris, a d’urgence tweeté : « Il n’y aura pas d’abattage d’arbres, l’engagement est pris par […] Le projet va être revu pour que chaque arbre soit préservé. » Face à la jacquerie, parisienne cette fois, et non point issue des ronds-points, notre dame de tente de faire baisser la tension, assurant, par la voix d’un autre adjoint, Emmanuel Grégoire, « qu’aucun arbre centenaire ne serait abattu »

https://twitter.com/C_Najdovski/status/1521166771633414144?s=20&t=fQEPvEN-83bVByuq9rK3nw

Mais pourquoi une telle discrimination ? À cent ans révolus, la tronçonneuse ? À seulement quatre-vingt-dix balais, juste un petit élagage ? Et à quand l’âge de la retraite pour ces arbres qui, même si cacochymes, ont vu naître, grandir et mourir tant de Parisiens ? Une chance que ces derniers ne soient ni vraiment mâles ou femelles, parce qu’autrement, certaines féministes auraient encore trouvé à y redire.

Dans la foulée, le groupe socialiste, allié de la majorité municipale, précise : « Chaque arbre compte et nous continuerons à rester vigilant.es afin d’éviter tout abattage, que ce soit sur le site de la tour Eiffel ou sur d’autres projets urbains de la ville de Paris. » Il est vrai que cette dernière entend en replanter par paquets de cent. Mais alors, pourquoi faire renaître ce que l’on a fait mourir ?

https://twitter.com/ecoloParis/status/1521153784973606912?s=20&t=fQEPvEN-83bVByuq9rK3nw

Ami lecteur, vous ne trouvez pas tout cela très clair.e ? Rassurez-vous, moi non plus.

En attendant, l’opposition LR est vent debout. Ce qui est toujours l’occasion de faire oublier un autre résultat présidentiel tout aussi mirifique, celui de Valérie Pécresse, pourtant tête de gondole de ce mouvement que le défunt Jacques Chirac amena victorieusement deux fois à l’Élysée. Ainsi se mêle-t-elle de la partie, sur Twitter toujours : « Jamais n’a tenu une promesse ! Ne vous faites pas avoir ! Locaux commerciaux, restauration ambulante, bagagerie pour touristes, suppression de dix des espaces verts, destruction de sculptures du XIXe, de jardins classés, bétonisation… sont maintenus… »

Toujours aussi chipie, cette Rachida Dati… C’est pour ça qu’on l’aime bien, aussi.

3 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 6 votes
Votre avis ?
15 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires