Bingo ! Ce vendredi, la Croatie a choisi le Rafale pour équiper son armée de l’air. Cinquième client export après l’Égypte, l’Inde, le et la Grèce, elle est le second pays européen à opter pour ce chasseur.

Certes, douze unités restent modestes, mais ce pays qui compte moins de cinq millions d’habitants et 2.000 personnes dans son armée de l’air l’est aussi. Il faut noter que la décision vient après une compétition avec des offres concurrentes des États-Unis, d’Israël et de la Suède, ce qui lui confère un éclat supplémentaire. Et c’est Andrej Plenković, le chef du gouvernement croate, qui le déclare dans son communiqué : « La Croatie obtient l’avion le mieux noté et le mieux équipé ! »

Comme indiqué précédemment, ce sont des avions d’occasion prélevés sur la dotation de notre armée de l’air et de l’espace. Cependant, ils disposeront de certains armements air/air et air/sol très performants, identiques à ceux emportés par les ailes tricolores.

La coopération des forces aériennes française et croate va comprendre la formation des pilotes, l’instruction des techniciens et l’organisation de la logistique particulière à un avion de combat moderne. Surtout après les MiG…

Mais aussi, une coopération plus étroite va se concrétiser lors d’exercices en commun, ce que notre ministre des Armées, Florence Parly, commente dans la perspective d’une européenne renforcée et plus intégrée : « Le choix de la Croatie est un choix de souveraineté, résolument européen. Le Rafale est un avion exceptionnellement puissant et moderne, parfaitement en mesure de protéger la population, le territoire et les intérêts croates. Le fait qu’un pays européen choisisse l’offre d’un autre pays européen est un signe fort qui dépasse le symbole. »

Amis croates, bienvenue dans le club Rafale !

29 mai 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.