Editoriaux - Polémiques - 13 mai 2019

Radars embarqués : un bide, mais on continue…

Après les radars fixes, les radars travaux, les radars tronçons, fut annoncé, il y a un an, un nouveau « progrès décisif » dans la répression routière : les radars embarqués confiés au secteur privé. Le nec plus ultra de la technologie, flashant par devant, par derrière, de jour comme de nuit, par pluie ou par neige, aussi bien les excès de vitesse que les téléphones à la main et peut-être, demain, les conducteurs qui lâcheraient le volant d’une main pour se gratter le nez…

L’affaire partait mal dès le début puisque, selon une note du ministère de l’Intérieur, le contrat passé entre l’État et les sociétés privés pouvait s’interpréter comme du « prêt de main-d’œuvre illicite » dans une « activité matérielle de police ». Ce qui n’empêcha pas de commencer une expérimentation en Normandie, dont on a aujourd’hui les résultats : un bide !

Dans la Manche, par exemple, ça n’a flashé que 965 fois en trois mois, soit à peine plus de dix fois par jour : pas de quoi rembourser les 120.000 euros par an pour chacune des 26 voitures banalisées appartenant à des sociétés privées. Et ce, alors que, dans le même temps, le nombre total d’excès de vitesse enregistrés dans le département a augmenté de moitié. Même Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, y alla de sa critique du système. C’est assez dire le succès…

On conviendra qu’ici, tout entrepreneur rationnel aurait décidé qu’il était temps d’arrêter les frais. Mais pas les hommes de l’État, ontologiquement victimes du syndrome « trop investi pour faire marche arrière », doublé de la conviction que si ça ne marche pas, c’est qu’ils n’y sont pas allés assez fort. Et c’est logique : ce n’est pas leur argent qu’ils balancent, c’est le vôtre…

Conclusion, la Sécurité rentière routière nous annonce, aujourd’hui, que la conduite des voitures radars par des contrôleurs privés allait bientôt être étendue à trois nouvelles régions : Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire.

Des régions chères à Breizh Info qui, il y a un an jour pour jour, et six mois avant les premiers gilets jaunes, prophétisait « Limitation de vitesse à 80 km/h, radars embarqués, et si la politique de répression routière menée par le gouvernement finissait par provoquer sa perte ? »

À lire aussi

Particules ultrafines : la nouvelle malédiction !

Gageons que, l'année prochaine, les particules « ultra-ultrafines » tueront plus que la bo…