Ce 14 septembre, la présidente de la Commission européenne tenait son désormais traditionnel discours sur l’état de l’Union. Enfin, « traditionnel », disons-le vite, cet usage, calqué sur celui des USA, ne remontant ici qu’à 2010, alors qu’il est là-bas la règle depuis le président George Washington, ce qui ne rajeunira personne. Alors que la fête d’Halloween ne sévira que le mois prochain, Ursula avait pourtant sorti son plus beau déguisement aux couleurs ukrainiennes. Histoire de faire honneur, sans doute, à Olena Zelenska, épouse du héros du moment : le président Volodymyr Zelensky.

À propos du conflit opposant Kiev à Moscou, nous savons désormais qu’il n’est pas question de lever les sanctions antirusses et encore moins de « chercher l’apaisement ». Certains militants sincères de la cause européenne voulaient que naissent enfin une défense et une diplomatie communes au Vieux Continent. Leurs vœux sont exaucés. Seulement voilà, pas de chance : cette défense et cette diplomatie sont précisément celles de la Maison-Blanche ; ce qui n’était peut-être pas la nature du projet d’origine. Quoique le financement de Jean Monnet, père de cette fameuse construction européenne, par les subsides de la CIA, peuvent nous laisser à penser que le ver était déjà dans le fruit avant même qu’il ne mûrisse et ne devienne manifestement blet.

« Je me tiens ici, devant vous, animée de la conviction que, grâce à notre courage et à notre solidarité, Poutine échouera et l’Europe vaincra », va-t-elle jusqu’à déclarer… Fort bien, mais l’Ukraine ne fait pas partie de l’Union européenne. Les Européens ne font qu’armer l’Ukraine et n’engagent aucun soldat sur le théâtre des opérations ; bref, une « solidarité » et un « courage » tout relatifs…

Et Ursula von der Leyen d’annoncer la prochaine tenue d’une réunion des leaders mondiaux afin de contrer les ambitions de la Chine et de la Russie. Soit, une fois encore, l’agenda de Washington. Le pauvre Emmanuel Macron, qui tente vaille que vaille de faire entendre la petite musique française en ne traitant pas Vladimir Poutine comme un pestiféré, a dû sentir qu’il ne jouait plus exactement dans la cour des grands…

Pis, voilà qui laisse augurer l’idée que cette dame se fait de sa fonction. Présidente des États-Unis d’Europe ? Mais ni ce poste et encore moins cette structure n’existent encore à ce jour. Quant à son homologue futur, Joe Biden, lui au moins a été élu par son peuple ; alors qu’elle, non.

Dans le même registre, cette fois relatif à la politique énergétique européenne, pas un mot sur la France. L’avenir sera renouvelable ou ne sera pas. Priorité sera donc donnée aux pays nordiques ayant tout misé sur l’éolien, sans même un mot sur l’industrie nucléaire française qui, avant d’être mise à bas par nos gouvernements successifs, fournissait pour bonne part l’électricité à la fois aux Français et à nos voisins européens. Seule avancée notable ? Des investissements massifs sur ce prochain carburant d’avenir que pourrait être l’hydrogène ; ce que, par ailleurs, Marine Le Pen réclame à cor et à cri depuis des décennies…

On notera encore que ce plan répond au nom de REPowerEU. Pourquoi cet intitulé anglophone ? On avait pourtant cru comprendre que la Grande-Bretagne avait repris son indépendance vis-à-vis des structures européennes. Il est donc à craindre que malgré le Brexit, l’Europe soit toujours sous influence anglo-saxonne. Dernier point, et pas des moindres : le dossier de l’immigration. Bienvenue, donc, aux réfugiés ukrainiens, mais également à tous les autres ; européens ou non.

À ce titre, il est étrange de voir cette dame se comporter comme si elle était seule matrone à bord, négligeant le fait qu’en Suède, en Hongrie, en Italie, en France et presque partout ailleurs en Europe, les Européens disent justement non à plus d’immigration. Mais de cela elle semble n’avoir cure. Faire l’Europe, oui. Mais surtout sans les Européens, semble-t-il.

8902 vues

15 septembre 2022

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

60 commentaires

  1. Cette femme de nationalité Allemande, fait tout pour détruire l’industrie électro nucléaire française.
    Les Allemands ne voient comme défense européenne QUE l’OTAN.
    Solidarité européenne?
    Les Allemands ( encore eux) les Polonais se sont précipités auprès des US pour la fourniture de leur aéronautique militaire.
    Van der Leyen est bien dans son rôle de destructrice des nations européennes. aux ordres des US.
    Rappelons que cette femme n’a jamais eu un quelconque mandat électif pour prendre de telles décisions à la place des peuples.

  2. Ursula von der Leyen ? Bizarre : bien que participant à toutes les élections, je ne me souviens pas de l’avoir vue candidate à une quelconque d’entre elles. Qui l’a donc élue ?

  3. La foutaise des Etats unis d’Europe fut lancée en 1965, lors de l’élection présidentielle par DENTS BLANCHES alias Lecanuet, maire de Rouen. Non merci. Puis commença la longue trahison, grâce à Pompidou qui intégra la GB et trois autres pays. Puis le regroupement familial avec VGE et Chirac.
    Rappelons que Pompidou fit venir des immigrés à la demande du CNPF MEDEF dès 1963, bailleur électoral du parti majoritaire UNR UDR devenu RPR UMP LR….Ces gens s’allièrent avec le Centre européiste et atlantiste pour rassurer leur gamelle électorale.

  4. Il est grand temps pour les vrais français ,de reprendre ce pays en main aux corrompus qui nous gouvernent actuellement, sinon il sera trop tard.

  5. Aussi longtemps que les peuples européens continueront à envoyer des députés eurobéats à Bruxelles, le discours de la Commission restera résolument fédéraliste, pro OTAN, pro US. L’évolution des opinions publiques en France, en Italie, en Suède, au Danemark, et même en Allemagne! permet d’espérer un élargissement significatif du groupe ID en 2024. Prions.

  6. Si l’on en juge par l’unanimité des appréciations négatives, il devient urgent pour la paix de l’Europe de se débarrasser de cette parasite belliqueuse.

  7. C’est une malade quand elle veut imposer l’immigration à tous les pays d’Europe qu’elle les prennent tous en Allemagne .

    1. Elle n’a aucune responsabilité dans ces déclarations. Elle ne fait que suivre sa feuille de route écrite à Washington. Le problème ne vient pas d’elle, car elle est bien à sa place, mais de nous. Jusqu’à quand allons-nous supporter une soi-disant Europe qui devient de plus en plus un nouvel Etat à la botte des USA, sans l’autonomie, la civilisation, la richesse et la paix dont jouissent les autres Etats?

  8. Il serait bien que cette femme engagée s’engage un peu plus, notamment en participant directement au conflit. Bien sûr, je ne la vois pas porter les armes, en revanche elle pourrait aller distraire les combattants sur les divers front ukrainien

Les commentaires sont fermés.