Pourquoi le RN progresse en milieu rural

village

L’élection présidentielle et le premier tour des élections législatives ont montré une nette progression de Marine Le Pen et du RN en terrain rural. L’exemple de la troisième circonscription de la Vienne en est caractéristique. Dans cette circonscription très rurale (Chauvigny, la commune la plus peuplée, compte 7.000 habitants), le candidat Front national n’obtenait, en 2007, que 2,5 % des voix ; en 2012, il y a déjà eu une nette percée : 12 % ! Et, en 2017, la candidate FN arrive même au second tour avec 14,68 %. Il convient cependant de préciser que sa présence au second tour avait été favorisée par une dissidence qui avait affaibli le candidat LR.

En 2022, le candidat Rassemblement national arrive en tête du premier tour avec 20,92 % : plus de 2.000 électeurs de plus qu’en 2017. Il convient de se demander comment le RN a si bien réussi son implantation sur un terrain où les problèmes liés à la sécurité ne font guère partie du quotidien des habitants.

Selon Éric Soulat, conseiller régional RN Nouvelle-Aquitaine et candidat arrivé en tête du premier tour, la dégradation des conditions de vie entraîne un « ras-le-bol » et un sentiment d’abandon : des villages sans commerces, sans boulangerie (dans certains cas, pas même un dépôt de pain), contraignant les habitants à faire, pour certains, plus de 30 km pour se ravitailler ; des villages de plus en plus déserts et dépourvus d’animation (en une dizaine d’années, environ 50 % des bars ont fermé) ; une désertification médicale (lorsque les habitants découvrent dans le journal La Nouvelle République que les urgences de l’hôpital de Montmorillon ferment plusieurs jours dans le mois, ils en viennent à penser que se soigner est un luxe). Ajoutons à cela l’explosion du nombre d’éoliennes dans le sud du département contrariant grandement les habitants qui avaient fait le choix d’un mode de vie rural et ne comprennent vraiment pas la portée écologique de ces installations. Et, enfin, il faut prendre en compte l’augmentation du coût de la vie (« tout augmente ») et une prise de conscience des répercussions que pourrait avoir la guerre en Ukraine : « manque de blé, manque de viande, l’essence va augmenter ».

Face à cela, la population s’est reconnue dans le discours de Marine Le Pen, et les propositions du candidat Éric Soulat - « relancer l’agriculture au maximum » car « l’agriculteur fait vivre tout le monde » - ont trouvé de l’écho sur un territoire autrefois partagé entre le RPR et le PS. Sur ces territoires où, bien souvent, « le député est toujours à Paris et jamais sur le terrain » (argument que l’on entend souvent dans la ruralité, nous l’évoquions ici), les grands oubliés, qui se sentent bien loin des préoccupations du palais Bourbon, se tournent vers des candidats implantés localement et attentifs à leurs soucis. Une analyse que partage le député sortant de la troisième circonscription de la Vienne. Ainsi, Jean-Michel Clément, largement élu sous l’étiquette LREM en 2017 (au premier tour, il atteignait déjà 40 % avant d’obtenir 67,83 % au second tour), aujourd’hui éliminé dès le premier tour avec 12 % des suffrages, explique-t-il : « Le monde rural est en souffrance, et lorsqu'il souffre, c'est en silence, et quand il souffre en silence, il s'exprime dans les urnes au travers d'un vote de contestation. » Il serait sans doute temps que les élus prennent davantage en compte cette « souffrance ».

Vos commentaires

9 commentaires

  1. Mépris et haine de la classe dirigeante arrogante pour le petit peuple valeureux . Quelle horreur !!!

  2. Les Métropoles sont devenues « Bobos ».
    Les Ruraux restent attachés à la Terre de France !
    « Le bon grain et l’ivraie ».

  3. Eh ben couil… comme on dit en patois poitevin, il n’y a là rien d’étonnant. Cette région était celle des Lusignans. L’Université de Poitiers brille par ses gauchistes. Heureusement qu’il y a un peu de RN pour faire contrepoids.

  4. Dans les campagnes ils ont également bien compris que le grand remplacement gagne du terrain .Et puis les grandes villes souhaitent relogés des migrants et se tournent vers des petites villes pour se débarrasser des racailles .Dans nos campagnes nous ne voulons pas ce type de populations .Ce n’est pas du racisme mais de la prévention.

  5. Rendons à César ce sont les maires qui s’ engagent pour les champs d’ éoliennes devant les promesses des vendeurs.
    Le magasin le plus proche est à 12 km de chez moi. en y allant dès l’ entrée de la ville une mosquée, partout des gens typées aux terrasses des cafés on parle arabe. voila pourquoi le milieu rural vote RN. ce milieu qui a perdu tant d’ hommes dans des guerres pour défendre leur pays, y sont devenu étrangers.

  6. Quand ils auront vu la photo de MLP à côté d’une femme voilée islamique, ils déchanteront…..
    La Politique politicienne surfe sur l’Inculture majoritaire, par le peu de temps passé à bien se renseigner (hors TV infos). MLP doit les remercier pour avoir engranger des millions d’euros pour son Parti (et pour les Cadres) par le nombre de voix recueillies, mais jamais en 40 ans le FN puis RN jamais au Pouvoir.
    A moins de 50 % de suffrages totaux recueillis, l’élection a peu de valeur

  7. Dans ma campagne qui a également voté majoritairement RN, les routes ne sont plus entretenues, les panneaux indicateurs s’effacent et ne sont pas remplacés, le bord des routes n’est pas entretenu (très dangereux dans les virages, car aucune visibilité), plus de commerces et de médecins, liste d’attente de plusieurs mois pour le kiné, coût de l’essence prohibitif pour le moindre déplacement, j’arrête là ?

  8. Pourquoi ? Peut être aussi parce qu’ils n’ont pas envie d’être envahis par des types qui voudront des menus spéciaux , le burkini , etc.. Les campagnes soucieuses des valeurs traditionnelles , qu’elles veulent conserver . Campagnes qui en ont marre de ces écolos bobos, qui imposent éoliennes et voitures électriques . Des moulins à vent , avec 20 % de rendement, des voitures électriques ,chères et où sont les bornes de recharge. Des médecins de plus en plus rares, que dire des hôpitaux ? Fermés !

  9. Pourquoi ?
    Parce que tous les bobo-gaucho-parigot-tête-de-veau et d’ailleurs ne vivent que dans les villes, si possible dirigées par nos Verts-de-gris !
    Pensez-vous, la campagne, avec ses vaches qui pèt-nt, les coqs qui chantent de bonne heure, les cloches qui sonnent, les routes trop étroites pour les 4X4 même électriques, pas de recharges rapides…
    C’est pas très « Verts-de-gris » tout ça !
    C’est pourquoi à Paris, et d’autres grandes villes, ils ont fait une razzia avec NUPES !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois