Invitée de Sud-Radio, ce 15 décembre, Alexia Laroche-Joubert, la nouvelle présidente de la Miss France qui travaille actuellement à des aménagements dans le règlement du concours, a cédé aux sirènes sociétales en annonçant que « s'il y a des transsexuelles qui ont cheminé vers le féminin et qui ont une carte d'identité féminine, il n'y a aucun problème. Il n'y a aucun souci. » Le lent et patient travail d’influence des lobbys LGBT+ qui, depuis des années, installait l’idée dans les esprits, finit donc par triompher au nom de la bien-pensance et de l’inclusivité. Telle une vague, la cause avance doucement mais sûrement, elle recule, mais pour mieux revenir et finir par tout emporter. Et laisser penser qu’une petite minorité bien agissante représente l’avis de la majorité qui, sans broncher, ne manquera pas de s'aligner pour suivre le mouvement et, surtout, rester « moderne » !

Interrogée par Le Parisien, fin 2019, à l’occasion de la sortie du film Miss (l’histoire d’un garçon infiltrant le concours en se faisant passer pour une fille), Sylvie Tellier restait assez ambiguë sur le sujet : pas franchement opposée - « Si une jeune femme transsexuelle se présente à Miss France et que le public l'élit, on ne s'y opposera pas » - mais pas sûre que « les Français soient prêts à élire une jeune femme transsexuelle ». Tout en rappelant que le « vieux règlement de Geneviève de Fontenay » interdit la chirurgie esthétique. Mais la directrice de la d’expliquer, chez Anne Roumanoff, sur 1, que « ce concours de beauté évolue parce que la évolue ». Autant dire que le terrain était mûr pour le travail d’influence porté, entre autres, par Louïz, Miss Trans 2021 assistée d’Élisabeth Moreno.

Le ministre de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances trouve ce concours « has been ». Elle avait reçu la Réunionnaise militante, quatre jours après son élection, en tant qu'« ambassadrice qui sera le porte-voix de la condition des femmes trans dans la société et qui mettra en lumière la belle communauté LGBTQIA+ ». Et Miss Trans de confier à Têtu qu’elles avaient « prévu de travailler ensemble sur des projets à venir », qu’elle avait à cœur de « sensibiliser les politiques » et qu’il y avait encore un « gros travail à faire en matière d'accueil et de prise en charge des personnes LGBTQIA+, que ce soit dans les entreprises privées ou dans les administrations ».

Et dans une vidéo (du 11 décembre, sur Le HuffPost), l’argument imparable de la modernité est brandi par Louïz, qui pense « qu’il y a des choses encore à déconstruire puisqu’on est en 2021 ». La page de Geneviève de Fontenay semble définitivement tournée, le concours dépoussiéré et l’on n’attend plus seulement des prétendantes une plastique parfaite mais aussi une tête bien faite. Un test de culture générale a été mis en place par Sylvie Tellier et les reines de beauté sont désormais confrontées à des questions posées par le public. L’occasion de scènes d’anthologie, telle Miss Martinique qui, à la question « Récemment, Joséphine Baker est entrée au Panthéon, une femme noire, avant-gardiste, et engagée. Qu'est-ce qui fait, selon vous, la force de la femme et pourquoi ? », sans doute déstabilisée, la malheureuse a fait le tour des réseaux sociaux avec son « Excusez-moi, vous pouvez répéter la question ? »

Qu’à cela ne tienne, en attendant l’élection d’une Miss Trans, l’idéologie progressiste n’est pas en reste avec la très sûre d’elle Diane Leyre, femme moderne et féministe bien assumée. La nouvelle Miss France, qui a conquis le cœur du public avec son discours sur le « vivre ensemble » et le « multiculturalisme », a remis une louche avec sa soupe consensuelle : « On est à l'aube de et j'avais envie de dire stop au racisme et à l'homophobie. »

En cette nouvelle année, la voie est donc libre pour la « modernité ». En tout cas, le message est bien passé !

4316 vues

17 décembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.