Pourquoi il faudra, le 24 avril prochain, privilégier le Grand Dégagement 1/2

MACRON LE PEN

La priorité des priorités, le 24 avril prochain, sera « La France contre le robot » et, donc, le Grand Dégagement de Macron, bien sûr, pour l’ensemble de son œuvre. Le Président-candidat a comparé - durant son mandat - la France à une start-up nation ou à « une gare […] lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien », selon son odieuse formule qui traduit un mépris extraordinaire du peuple. Mais aux mots succèdent les maux. En effet, son quinquennat s’est caractérisé par une politique antisociale et liberticide sans précédent. Les gilets jaunes réprimés, les grévistes acculés et les anti-passe sanitaires diabolisés s’en souviennent.

À l’instar de ses prédécesseurs – la liste est longue –, Emmanuel Macron est comptable d’un bilan quinquennal désastreux. Il a renforcé l’immigration incontrôlée, les crimes et délits en pagaille et la précarité galopante. Les Français, surtout modestes, souffrent ainsi d’une triple forme d’insécurité physique, culturelle et sociale. Ils sont les « oubliés », les « invisibles », les « exclus » de la métropolisation gentrifiée. La Nouvelle Classe capitaliste les considère comme des « losers » ou des « déplorables ». Ils représentent la fameuse « France périphérique », pour reprendre l’expression du géographe Christophe Guilluy, lequel nous rappelle cette réalité sociologique effrayante : « On se fiche de savoir ce qu’est le devenir de ceux qui vivent déjà dans la France périphérique (entre 60 % et 70 % des Français). Les élites pensent que l’avenir de ces territoires dépend de l’arrivée du bobo parisien, bordelais ou lyonnais. En réalité, l’arrivée des CSP+ par exemple sur les littoraux et dans les beaux villages de France fait qu’aujourd’hui les jeunes issus des milieux populaires ne pourront pas vivre là où ils sont nés. Ils sont obligés de se délocaliser le plus loin possible [...] On nous fait craindre depuis trente ans le retour du fascisme : c’est du théâtre » (Le Figaro, 22 novembre 2021). Des classes populaires et moyennes déclassées expropriées de leur lieu d’habitation et qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts à la fin du mois. Or, l’on sait depuis toujours que le lieu natal fait sens avec le lien social…

Face à Macron et à la Macronie s’oppose Marine Le Pen, avocat du peuple français et notamment des jeunes, des ouvriers, des employés, des chômeurs, des petits, des obscurs, des sans-grade et de tous ceux qui sont frappés de plein fouet par l’immigration de peuplement (en bas) et la mondialisation libre-échangiste (en haut).

Alors, bien sûr, nous pouvons être en désaccord sur de nombreux points avec la ligne politique de Marine Le Pen. Il est loisible de lui reprocher son ambivalence sur les questions dites pudiquement « sociétales » (mariage des homosexuels et adoption d’enfant par ces derniers, PMA sans père), son jacobinisme (il est vrai tempéré par le « localisme » d’un point de vue économique) ou sa conception étroite de la laïcité (bien qu’elle reconnaisse « les racines chrétiennes de la France comme une évidence » et qu’elle distingue islam et islamisme, comprenant que les musulmans ne se coupent pas de leur pays d’origine à condition de respecter la loi commune française).

Mais il y a les très nombreux points où Marine Le Pen voit large et juste. Dans son programme présidentiel (22 mesures pour 2022), elle donne les axes prioritaires de sa politique en matière sociale. Elle est incontestablement la candidate du pouvoir d’achat, estimant que les plus riches ne sont pas les seuls à y avoir accès (« Baisser la TVA de 20 % à 5,5 % sur les produits énergétiques - carburants, fioul, gaz et électricité - en tant que biens de première nécessité »). Elle annonce aussi, le 6 avril dernier, « l’abaissement, voire la suppression de la TVA, tant que l’inflation est supérieure à 1 point de croissance », sur un panier de 100 produits de première nécessité comme les produits alimentaires, mais également les produits d’hygiène). Elle justifie ces mesures parce que « les Français sont étouffés, ils n’ont plus les moyens de boucler leurs fins de mois ». Elle propose encore de « supprimer l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) qui taxe l’enracinement et [de] créer un IFF (impôt sur la fortune financière) pour taxer la spéculation ».

Beaucoup d’autres mesures sociales sont envisagées par Marine Le Pen, auxquelles s’ajoutent des mesures écologiques (dont la protection animale), migratoires, de proximité démocratique à travers le référendum d’initiative citoyenne et la mise en place de la proportionnelle.

À suivre.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 13/04/2022 à 23:28.
Arnaud Guyot-Jeannin
Arnaud Guyot-Jeannin
Journaliste et essayiste

Vos commentaires

83 commentaires

  1. Concernant ces anciens retraités de la gouvernance, s’ils aiment sincèrement la FRANCE, ce n’est pas Macron qu’il faut soutenir, ce très mauvais Chef d’Etat au bilan catastrophique (pour ne parler que de ça)… mais M. LEPEN. Ceci dit, c’est bien JOSPIN qui, en son temps, a dit que “la FRANCE est un pays de Merde”. En soutenant Macron et si, pour notre grand malheur il est réélu, la FRANCE ne sera plus un pays de M…. mais quoi de pire et de plus moche que cette chose ?

  2. Appel aux abstentionnistes du 24! Pensez au modeste rédacteur qui va dépouiller au bureau 21 d’EVRY 91000 entouré de Lfi très racisés! Il tentera d’éviter la fraude!

  3. Marine ou Macron = Guerre civile.
    Marine, très vite, Macron plus tard !
    Allons au plus vite pour en finir !

  4. Manipulations des médias pour faire réélire le roitelet. Leur seul programme : tout sauf marine
    Il faut continuer à aller à la soupe. Même les vieux politicards s’y mettent !

  5. Un score de 50/50 est très possible et l’élection peut se faire à quelques dizaines de milliers de voix près.
    Donc question : peut-on faire totalement confiance aux résultats officiels ?…

  6. Macron va passer et ce sera la faute de MLP, elle refuse de faire avec Zemmour elle n’aura donc pas les voix de Z c’est aussi simple que ça. Vous me direz elle aura les voix de la merluche mais une raison de plus qui me fera voter blanc.
    Elle fait la fine bouche quand il s’agit de Z et est prête à se coucher avec la merluche

  7. « je continue » – ou plus de leur travail et de leur salaire, sans aucune indemnité. Avez-vous beaucoup vu vos syndicats se soulever pour les défendre.. Les petits commerces qui ont dû fermer, souvent définitivement tout cela pour favoriser les grands groupes commerciaux, n’ont pas été mis en faillite par le RN. Alors, votez pour MLP même si elle n’est pas tout à fait votre choix, car l’abstention profitera à E. Macron qui opprimera de plus en plus « les gens qui ne sont rien ».

  8. J’invite les gens de gauche, qui ne sont tout de même pas tous des imbéciles à voter en masse pour Marine Le Pen. Ce n’est tout de même pas elle qui a fait éborgner ou rendus manchots des gilets jaunes, qui a interdit aux médecins de prescrire certains traitements qui auraient pu sauver un grand nombre des morts du Covid, simplement pour pouvoir effrayer la population et enrichir les laboratoires en inoculant ce LNI (liquide non identifié).
    Ce n’est pas elle non plus qui a privé 1500 soignants

  9. Macron le souteneur de la mondialisation réélu? Alors il faudra « aller le chercher » comme il nous y invitait si cordialement…

  10. Cela me rappelle l’poque où l’on disait pis que pendre de Walesa, complètement incompétent en politique, mais qui valait tout de même mieux que Jaruzelski, que Mitterrand recevait cependant à Paris.

  11. Quand on songe que cet amateur de président reproche à MLP de ne pas financer certains postes de son programme, lui qui a dévalisé les caisses de l’Etat…avec ce sourire narquois qui lui sied si bien…
    Quel culot ! ! !

  12. N’y a-t-il pas contradiction à dire « Je veux un gouvernement d’union nationale « et écarter d’emblée E. Zemmour et M. Maréchal qui sont très proches politiquement ?
    Le débat : Macron aura toujours une réponse : « C’est pas moi », le « repli sur soi », la « haine ». Même pertinente, MLP va s’essouffler et on risque, par lassitude, de retomber dans le non productif. Elle aurait dû privilégier un débat avec un panel de Français, choisis par elle, et ainsi exposer tranquillement son programme.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois