Le nouveau Premier ministre était en déplacement, ce samedi, dans le Rhône, plus précisément à Orliénas - dont on ne prononce pas le « s », comme dans Juliénas ou embarras. On croirait le 13 Heures du regretté Jean-Pierre Pernaut : « La France brûle… mais partons plutôt à la rencontre de ces petits villages qu’on aime tant. » Orliénas, donc, compte un peu plus de 2.500 habitants, selon Wikipédia, et n’a rien de remarquable en apparence. On trouvera peut-être, dans quelques jours, la raison du choix de ce village en particulier, s’il y en a une, mais pour le moment, on se perd en conjectures.

Gabriel Attal s’est invité à la cérémonie des vœux du maire. Il n’a pourtant qu’une petite dizaine de jours pour préparer sa déclaration de politique générale, qui ne sera pas suivie d’un vote - faut pas pousser non plus - mais qui permettra de poser les bases idéologiques de son action. Macron a déjà presque tout dit, alors il faut innover dans la forme à défaut de changer quoi que ce soit au fond.

De ce côté-là, on peut dire que notre nouveau Premier ministre ne manque pas d’imagination. Avant d’annoncer les grands axes sur lesquels il allait travailler, il a prononcé une phrase sidérante : « Un des enjeux qu'on a à traverser [...] c'est comment garder notre identité, notre identité française, nos valeurs, nos grandes forces, dans un monde qui change et qui bouge. » Garder notre identité française ! C’est génial : tout ce qui sauve ce régime à l’agonie, à ce stade, c’est probablement son aplomb. Après avoir vu Emmanuel Macron affirmer qu’il n’y avait pas de culture française, après avoir repris le discours, vieux comme Mitterrand, de l’épanouissement multiculturel, après avoir fait passer pour « rances » et « nauséabonds » des propos de simple bon sens tenus par des gens qui ne voulaient pas disparaître, voici que la Macronie devient le camp de l’ordre, de la France éternelle et de la terre qui ne ment pas.

La suite du discours - rassurons immédiatement les électeurs de Macron qui se seraient égarés par hasard sur BV - est beaucoup plus lénifiante : travail, service public, santé, sécurité, écologie. C’est tout simplement le bingo des préoccupations des Français, tel qu’il apparaît dans les sondages, mais dans le désordre. Rien de neuf, en somme : de la soupe mondialiste, avec des croûtons « disruptifs » pour faire passer le mélange.

Il n’en demeure pas moins que ce test en province, « façon grand débat », voire « façon façon », comme disent nos amis africains pour désigner les tentatives grossières de bien faire, est révélateur à plus d’un titre. D’abord, il ne va absolument rien se passer. Ensuite, la mode est à la droite nationale : de Macron qui veut que « la France reste la France » à Attal qui veut préserver notre identité, on préfère en rigoler. Enfin, et c’est peut-être cela le plus intéressant, il y a un air d’affolement, derrière tout cela. Si Attal - que l’on peut revoir sur YouTube, quand il était à Sciences Po, défendre le projet socialiste contre un jeune UMP - a décidé de jouer au réac, c’est que c’est vraiment la terreur dans les rangs. Si ce Parisien pur jus a souhaité se rendre dans un village, c’est qu’il y a plus que de l’inquiétude. On ignore si les électeurs marcheront dans la combine.

8896 vues

20 janvier 2024 à 20:41

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

61 commentaires

  1. Macron qui veut que « la France reste la France » : très bien mais n’est-il pas au courant des prognostiques démographique qui prédisent que, si l’immigration continue dans les conditions actuelles, les français de souche deviendront une minorité avec toutes les conséquences culturelles et civilisationnelles que cela engendrerait ? On se fout vraiment du peuple. Dalida avait raison : paroles, paroles, paroles…..

  2. Trés simple , il faut limiter les pouvoirs de l’UE , et limiter au maximum l’immigration musulmane.
    Mais la folle girouette qui nous gouverne veut le contraire .

  3. Moi aussi je veux que nous gardions notre identité française . Donc je commencerai par voter Zemmour aux Européennes . Aucun guignol de la Macronie ne me fera changer d’avis .

  4. le bonimenteur de foire a encore frappé ! il vient de casser la cabane de G. Attal en rajoutant des matières secondaires qui vont bien entendu prendre la place des matières principales que voulait renforcer l’ancien ministre de l’instruction. Tant que Macron sera aux affaires, rien ne tournera rond en France. Il faut absolument que ce monsieur aille sévir ailleurs. Nous en sommes rendus à un point tel, que le premier venu ne pourrait être pire ! Monsieur le Premier, s’il vous plaît donnez votre démission , vous vous grandirez pour votre avenir. Si vous restez vous serez entraîné vers le fond; s’en sera fini de votre avenir prometteur !

  5. Si G. ATTAL veut que la France garde son identité, il faut vite sortir de l’U.E., puis expulser toutes ces peuplades mortifères que notre Chef d’Etat n’a cessé d’accueillir dans notre pays pour que nous soyons remplacés.

  6. Une seule solution , quitter l’UE ! Pas à la manière des Britanniques . Mais pour la rebatir en Europe des nations . Supprimer cette commission de Bruxelles imbécile ! De même la LDH , la Cour de Justice européenne …. Enfin tous ces organismes islamo-gauchistes minés par les fréristes et le Qatar ! Beaucoup de pays nous suivraient .Peut-être même une majorité .

  7. Niveau cm1. Dans un ensemble d’autorité fini, à moins d’en créer si tu en attribues à l’un, faut en retirer à l’autre.

Les commentaires sont fermés.