Editoriaux - Société - 11 juillet 2019

PMA : le secret de Polichinelle

Le gouvernement poursuit sa politique des petits pas. Ne faisons pas son jeu et tenons-nous en, d’un pied ferme, au projet de loi à venir concernant la PMA. Rappelons les points fondamentaux : la loi ; la technique ; le business ; l’homophobie.

A) La loi : la loi du Code de la santé 2004-800 du 6 août 2004, modifiée en 2011, permet, dans des conditions précises, aux couples hétérosexuels infertiles de bénéficier d’une PMA : FIVE ou IAD avec tiers donneur anonyme. Certes, dans la future loi, l’eugénisme est à craindre et la procréation de confort, mais une loi porte sur un point précis : ici, l’extension, au nom de l’égalité entre les femmes, en couple ou célibataires, d’une pratique jusque-là réservée à certaines. C’est donc être imprécis que de parler de « PMA thérapeutique » car l’IAD ne relève aucunement d’une thérapie. C’est un secret de Polichinelle.

Dans une interview à Causeur, le 10 avril 2019, Marc-Olivier Fogiel, pointant un « privilège », dénonce « une discrimination faite aux femmes lesbiennes dont l’infertilité est endogène ». Il dit : « Au bout d’un an ou deux, le médecin fatigue de revoir un couple hétérosexuel qui n’y arrive pas et sort l’ordonnance. » Caroline Mecary ne dit rien d’autre, mais pas trop fort, afin de garder cette carte de l’égalité à sortir au bon moment. Beaucoup semblent gênés de dénoncer les pères sociaux ou menteurs au sein des couples hétérosexuels. Or, si on tait ce secret, on n’arrivera à rien. Mais, me direz-vous, que faire ? Ne pas étendre la loi existante, ne plus rembourser les IAD hétérosexuelles par la Sécurité sociale et laisser le couple devant sa liberté. Mettre également le législateur dans l’embarras : car supprimer la clause d’infertilité, lever l’anonymat du donneur sont des solutions qui institutionnalisent l’insémination d’État et mettent définitivement fin à la paix des familles, déjà compromise par les tests ADN informatisés.

B) La technique a étendu son empire sur nous au point que, fascinés par elle, nous partons de ce qu’elle fait au lieu de ce qui est. À la technicité de ses réalisations, nous répondons, sur son terrain, par notre discours technicisé. Nous nous enfermons dans un guêpier juridique au lieu de partir du réel : l’enfant, un être fait de chair et de sang, une personne.

C) Les gamètes : le sperme n’a rien à voir avec le sang. La campagne de l’agence de biomédecine (2017) émanant du ministère de la Santé porte atteinte à la non-marchandisation de l’être humain : le don gratuit de sperme n’existe pas.

D) L’argent : la PMA fait partie d’un marché mondial de la procréation et relève du business, tout le monde le sait.

E) L’idéologie : elle prospère toujours sur l’accusation ou le soupçon « d’homophobie ». Il suffisait d’écouter, hier encore, Mme Martichoux, interrogeant l’archevêque de Paris, sur RTL, pour s’en convaincre, si besoin était.

F) Le Code civil : puisqu’elle concerne le Code de la santé et le Code civil, si cette loi passait, nous cautionnerions, dans la patrie de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, plusieurs filiations.

À lire aussi

Bouleversement anthropologique ? Non : retour avant Clovis !

Il faudra toujours du mâle et de la femelle pour faire de l’homme. En revanche, nous risqu…