Piscine olympique à Saint-Denis : rien n’est trop riche pour les quartiers « pauvres »

1600px-Stade_de_France_1000_023

La piscine olympique flambant neuve de Saint-Denis, au nord de Paris, a reçu la visite du président de la République à l’occasion de son inauguration, ce 4 avril. Toute la Macronie ourlée s’est donné rendez-vous sous le toit « en vague » de ce bâtiment flambant neuf de 20.000 m2 qui accueillera les épreuves de natation synchronisée, de plongeon et de water-polo, lors des Jeux olympiques de Paris. Et restera à la disposition des heureux habitants de Saint-Denis.

Le chef de l’État est ici dans son élément, plus qu’au Salon de l’agriculture... Autour de lui, que du beau linge : Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, Tony Estanguet, président de Paris 2024, ou encore Amélie Oudéa-Castéra, le ministre des Sports, les élus locaux, etc. Le chef de l’État s’épanche sur ce « lieu totalement nouveau et qui a été pensé avec audace et construit de manière inédite ». Surtout, cette piscine permettra aux malheureux habitants de Seine-Saint-Denis « d’apprendre à nager », car « il y a encore beaucoup d’injustice en la matière », assure-t-il.

188 millions d'euros

Les élus, eux, nagent dans les subventions. L’État devait engloutir 161 millions d’euros dans le bâtiment : ce sera finalement « 188 millions d’euros, financés essentiellement par l’État (82 millions d’euros), travaux de dépollution du site compris », précise Le Monde. « Une petite trentaine de millions » d’euros ont, eux, financé « la construction de la passerelle qui relie, au-dessus de l’autoroute A1, la piscine au Stade de France ». Lequel avait tout de même coûté 350 à 400 millions... Somptueux, on vous dit.

Alors, tant pis si le budget déjà cossu dérape sérieusement : « La facture est deux fois plus élevée que le devis en phase de candidature », explique Le Monde. « C’est pas grave, c’est l’État qui paye », comme disait un ancien président de la République.

Quand c’est pour la Seine-Saint-Denis, la bourse étatique ne connaît plus la crise. Le département bénéficiera, toujours aux frais de l’État, d’une sorte de « privilège JO ». Comme nous l’écrivions (« La Seine Saint Denis plus égale que le reste de la France devant les JO »), près de 180.000 billets seront tout bonnement offerts aux heureux administrés de ce département auquel la Cour des comptes reproche sa mauvaise gestion. Ce sera le département de France le mieux servi.

Les Français ont encore une fois mis la main à la poche. C’est pour les pauvres, nous disent les élus macronistes. Mais le département que l’INSEE présente comme « le plus pauvre de France » ne l’est plus lorsqu’on prend en compte l’économie parallèle... « Avec l’économie souterraine, la Seine-Saint-Denis est le deuxième département le plus riche de France », assurait le criminologue Xavier Raufer, à BV, en 2021. Tant pis pour les petites communes et leurs piscines qui peinent à survivre dans les départements ruraux.

L'équivalent de onze piscines dans la France rurale

Selon la Cour des comptes, « au terme de leurs travaux, les juridictions financières relèvent que l’offre de ces piscines et centres aquatiques publics sur le territoire répond à un modèle ancien et que leur financement devient complexe au regard de leur déficit, ce qui impose que leurs modalités d’exploitation techniques et financières soient sérieusement améliorées ». La hausse des prix de l’énergie avait engendré, l’an dernier, une flambée de fermetures, ponctuelles ou définitives. « Le coût moyen de construction d’un centre aquatique multifonctionnel [en France, NDLR] est d’environ 25 millions d’euros », précise encore la Cour des comptes. La piscine de Saint-Denis représente donc l’équivalent d’une bonne dizaine de nouvelles piscines (11,5, précisément) dans la France rurale.

Croisons les doigts. Le contribuable devra s’estimer heureux si la piscine olympique n’est pas victime des prochaines révoltes… La Seine-Saint-Denis aura bénéficié d’une bonne partie des 730 millions d’euros dégagés par les assureurs après les émeutes urbaines déclenchées par la mort de Nahel, l’an dernier. Sans compter les subventions de l’État ou de la région et les millions de la politique de la ville. L'État qui laisse mourir ses paysans en fera-t-il, un jour, assez pour la Seine-Saint-Denis ?

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 05/04/2024 à 22:08.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

52 commentaires

  1. 180000 billets pour éviter les fraudes comme au stade de France et sans doute pour compenser la désaffection à craindre du reste des populations française et étrangères qui ne se déplaceront pas par crainte de l’insécurité

  2. un petit pari avant les JO ce sera pour qui le village des athlètes après les compétitions, bah pour les migrants.

  3. toujours pareil, le Stade de France, piscine olympique, village des athlètes tout ça avec les impôts des français qui eux ne voient jamais le moindre euro pour créer un stade, une piscine, mais ils paient quand même leur du à l’état sans avoir de retour.

  4. Lors d’une période de désœuvrement, les petits sauvageons du 9.3 sauront quoi ravager …. Les horaires « Burkini » sont-ils déjà défini ?

  5. Il s’agit d’un deux poids deux mesures pour la « Californie francaise » et le grand fanfaron se glosse une fois de plus de mépriser les français et d’augmenter la fracture entre eux ! Rien n’est trop beau pour un pays en faillite où les JO devaient être les plus économiques de tous les temps, il semble bien que la facture va être bien salée…
    Au fait, c’est quoi le nom de cette piscine : burkini plouf ?

  6. Depuis des années , on déverse un pognon de dingue dans les banlieues musulmanes , pour quel résultat , aucun , ces équipements sont souvent dégradés , et l’islam progresse en conquérant .
    Hier sur une chaine de la TNT , Manuel Vals , se posant en expert de la religion musulmane , comme d’autre politiciens , voulait distinguer l’islam politique de l’islam , parlait d’islam dévoyé.
    L’islam est une spiritualité , plus un code de loi (la charia) , plus un mode d’organisation politique (la théocratie) , il appartient à chaque musulman de le pratiquer à différents niveaux , au niveau intégriste il peut tuer comme le lui ordonne son livre saint qui doit etre appliqué à la lettre . Et on refuse de voir cette réalité , par intérêt électoral et par peur .

  7. Les pauvres de St Denis, vous plaisantez peut-être ? Ils sont plutôt pauvres d’esprit ! La piscine et le village des athlètes des J.O. dans un lieu pareil est une erreur colossale. Ces lieux ne seront jamais rentables après les J.O. et ça serait surprenant que la reconversion puisse tenir la route très longtemps. Ca deviendra une grande déchetterie comme le sont devenus bien d’autres lieux en France où sont concentrés un grand nombre de sujets exotiques. Comme si la France n’était pas suffisamment endettée. Nous allons boire le bouillon sans espoir de s’en sortir cette fois-ci à moins que la Russie, l’Ukraine ou la Chine nous viennent en aide financièrement ? Macron et ses apôtres vont rire jaune ce jour là !……

  8. La piscine olympique est beaucoup trop petite pour la population de Saint Denis par contre la Méditerranée c’est plus sportif et l’Afrique est en face !

  9. Je demande à voir l’état des lieux dans quelques années. Déjà que chacun sait que toutes les piscines sont coûteuses même avec des usagers nombreux et payants.

  10. Cette piscine n’a pas été construite pour le 93 elle l’a été pour les jeux olympiques de Paris, elle aurait de toute manière été construite, après le président fait de la politique, il a simplement oublié que la piscine sera mixte, donc les intégristes ne la fréquenteront pas les racailles s’en prendront aux jeunes filles qui auraient l’autorisation d’y aller, de toute manière ce sera un fiasco. Ce sont les jeux olympiques que nous n’avons pas les moyens d’organiser qu’il faut critiquer pas le 93, cette enclave il faut la laisser se débrouiller, y mettre bon ordre et ce n’est pas demain et, ensuite réparer toutes les erreurs commises de bonne foi parce que l’idée de faire des ghettos est fausse, c’est parce que les gens n’arrivaient pas à vivre ensemble qu’on les a regroupés, je suis très vieux , j’ai vu tout ça se faire, ni dans des études bidons ni dans de coupures de journaux, sur le terrain. J’ai vu construire les 4000 à la Courneuve je crois c’était magnifique pour l’époque, les ouvriers français étaient loin d’avoir un tel luxe.

    • La demande de nationalité algérienne va devenir le passeport pour obtenir aides et supports de la part de la république.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois