Paris : une campagne choc anti-IVG met la classe politique en émoi

Les Survivants

En ce jeudi 25 mai, les Parisiens amateurs de Vélib’ ont peut-être été surpris. En montant sur les deux-roues mis à leur disposition par la ville de Paris, ils ont pu remarquer, à l’arrière, une affiche. Un dessin de fœtus devenant nourrisson puis utilisateur de Vélib’, avec cette inscription : « Et si vous l’aviez laissé vivre ? »

Bien que les couleurs laissent croire à une campagne de la ville de Paris, cette action provient du collectif anti-avortement Les Survivants. Joint par BV, l'un des deux porte-parole confie : « On a fait en sorte de se faire passer pour la mairie de Paris. » Selon lui, ce sont pas moins de 12.000 vélos, présents dans 900 stations intra-muros, qui ont reçu cette petite étiquette ; pour ce faire, 300 membres du collectif ont été mobilisés.

« La vie est une aventure, un défi à relever »

Pourquoi avoir ciblé les vélos de la métropole ? Le choix n'est pas anodin. Pour Les Survivants, c’était comme une évidence : « Vous, qui prenez ce Vélib’, ne vous souvenez-vous pas de toutes ces fois où, comme l’enfant qui apprend à faire du vélo, vous avez osé l’aventure ? La vie est une aventure, un défi à relever ! », peut-on lire sur le communiqué de presse du collectif.

Le ton est donné : « On veut parler de l’avortement librement, que ce soit un thème dont on puisse débattre à la télé. Aujourd'hui, si un député en parle, il sort du champ politique », déplore le porte-parole, qui revendique lutter pour une véritable liberté d'expression sur le sujet.

Derrière cette action, les membres du collectif cherchent également à évoquer « la culpabilité de la femme. Une femme n’avorte pas de gaieté de cœur et ça, la société ne l’accepte pas », livre le représentant du collectif. À cela, le communiqué ajoute : « Tout enfant à naître a sa chance d’être heureux ! Même si les circonstances sont parfois très, compliquées, il n’y a pas de déterminismes. Laissons-le tenter l’aventure de la vie ! »

Une condamnation unanime de la part de la classe politique

Sur la Toile, la condamnation est unanime. Les réactions de la classe politique fusent, telle qu’Anne Hidalgo qui juge l’action « inadmissible et illégale […] une honte pour notre République, pour Paris et ses valeurs ». Isabelle Rome, le ministre à l’Egalité entre les femmes et les hommes, soutient que « l’IVG est un droit fondamental des femmes. Nous ne laisserons personne y porter atteinte. »

Ils ne comptent pas laisser couler l’affaire. Le maire adjoint EELV du Xe arrondissement déclare, de son côté : « Nous examinerons tous les recours juridiques possibles pour poursuivre les auteurs de cette campagne honteuse. »

En fin de matinée, c’est le ministre de la Santé, François Braun, qui s’est positionné. Il affirme : « Face aux réactionnaires, le gouvernement et la majorité seront toujours aux côtés des femmes pour garantir la liberté de choix. » Et de conclure : « Nous inscrirons ce droit fondamental dans la Constitution. »

« On ne pensait pas que ça allait faire autant de bruit », confie le porte-parole. Néanmoins, pas d’inquiétude selon lui : « On est un collectif, pas une association, on ne risque rien. Personne ne va être condamné. »

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 26/05/2023 à 16:31.
Félix Perrollaz
Félix Perrollaz
Licence de Science politique à l'Université de Lille, étudiant en journalisme, journaliste stagiaire à BV

Vos commentaires

35 commentaires

  1. Le ministre de la Santé est « pour la liberté de choix », oui, mais pour un seul choix. L’autre choix, celui de la vie, est exclu du débat PAR LA LOI, qui interdit qu’on l’évoque. La propagande avorteuse est partout, et d’autant plus puissante que l’alternative a été muselée. Avoir le droit d’avorter n’est légitime que si le droit de garder son enfant comporte aussi le droit de le dire.

  2. Extraordinaires ces gens pro IVG qui n’acceptent aucun débat démocratique autour de ce problème de société. Aucune alternative n’est possible à leurs délires. Bravo à ce collectif courageux .

  3. Bravo pour cette action.
    Je soutiens la forme : la liberté d’expression ne doit pas être limitée. Coller sur un bien public est tolérable et les autocollants très bien faits.
    Je soutiens le fond, l’avortement est toujours un échec et doit être présenté comme un ultime recours pas comme une solution de tous les jours.

  4. Hidalgo va prendre « toutes les mesures ». Si ce sont les mêmes que pour nettoyer la ville on va bien rigoler !

    • Si elle dit qu’elle va le faire, on peut être tranquilles, c’est que rien ne sera fait. C’est exactement comme avec Macron qui fait systématiquement le contraire de ce qu’il déclare.

  5. Alors que sa ville est infestée de rat, défigurée par les ordures et le mobilier urbain, ravagée par l’insécurité, les migrants, la drogue, Mme Hidalgo préfère s’ occuper de colleurs d’affiches inoffensifs. Lamentable.

  6. 1million d’avortements en 5 ans. Ce n’est pas grave puisqu’il y a tant « de citoyens du Monde » prêts à les remplacer. Venez pas vous plaindre.

  7. Et tous ces fanatiques de l’avortement, i ils sont bien contents de vivre !
    On préfère utiliser le mot « IVG » sans montrer l’image d’un fœtus à 14 semaines !
    Et les séquelles psychologiques des femmes qui se font avorter, on en parle !
    Et le rôle du père, n’a t’-il pas son mot à dire ! Il désire peut-être l’élever, lui donner une chance !
    À une certaine époque, des femmes désespérées déposaient sur le parvis de l’Eglise, leur bébé pour lui donner une chance de vivre, d’être adopté ! Actuellement, on préfère les « éliminer » ! Combien de futurs Mozart, Beethoven ne voient pas le jour !
    Quelle triste société, effrayante ! On pratique aussi l’eugénisme que le régime nazi pratiquait pour éliminer ceux qui peuvent déranger leur confort : les handicapés !

    • On n’en parle que trop peu mais les nazis se sont aussi inspirés de la stérilisation forcée qui se pratiquait à tours de bras dans certains états US. Évidemment, cette vérité fait tache dans l’idyllique américain way of life…

  8. « Condamnation unanime de la classe politique ». Rien de bien surprenant car, quand il s’agit de faire du zèle et de donner des gages à la bien-pensance, la droite – ou prétendue telle – n’est jamais en reste. Elle en fait même des tonnes.

  9. Hidalgo, c’est la gauche dans toute sa splendeur qui n’adore les libertés de penser et de dire que quand ce sont les siennes. La gauche, c’est le fascisme d’aujourd’hui.

    • Le parti national socialiste de Hitler et le parti socialiste italien dont Mussolini fut membre, ne laissent aucun doute sur le fait que les horreurs n’ont pas attendu aujourd’hui pour être de gauche. Staline n’était pas non plus vraiment de droite.

  10. Ils osent calomnier cette campagne pour la vie alors qu’ils ont dénaturé et trahi la parole de Madame Veil. Bravo à ce collectif qui ose afficher ce que nous sommes nombreux à trouver scandaleux, à savoir l’assassinat d’innocents.

  11. La réaction des bien pensants tenants de la culture de mort c’est celle du diable plongé dans un bénitier : bravo à cette belle initiative !

    • J’espère que vous y pensez quand vous vous faites votre plaisir solitaire car ce sont des milliers de futurs enfants qui s’envolent. L’hypocrisie des hommes est remarquable.

      • Vous déplacez le débat : il ne s’agit pas de supprimer le droit à l’IVG mais de dire que la loi Veil suffit.
        Et heureusement qu’à chaque plaisir, solitaire ou pas, il n’y a pas conception.

      • Hou là ! Mieux vaut lire ça que d’être aveugle… Mais cette ineptie est grave. Il faut encore être 2 de sexes différents (et l’aide de Dieu) pour « faire un enfant ». Si chaque gamète mâle devait en « faire » un, la planète serait submergée en moins de temps qu’il ne faut pour le dire…!

      • Et, tant qu’on y est, pourquoi ne pas demander à une femme de faire féconder chacune de ses ovulations?

  12. Quant cessera t’on de prendre la constitution pour une poubelle que remplissent au grés de leur lubies les politiciens et les asssociations toutes plus nuisibles les unes que les autres ?
    La constituion est la base de l’état les lois sont là pour les ellucubrations et les gadgets de toute les cliques et leurs lubies que nous subissons actuellement.

  13. L’idée de laisser vivre les enfants insupporte la classe politique. L’occident est porté par l’idée de la mort : avortement (jusqu’à 9 mois) euthanasie, fournitures d’armes au ukrainiens qui tombent un par un (et surtout pas de recherche de compromis), injections 1,2,3…doses (ils auraient bien aimé continuer indéfiniment), transhumanisme (fin de l’homme)… C’est beau le progressisme…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois