Chaque jour apporte son lot d’attaques visant les forces de l’ordre.

Paris 13e

Celle qui a eu lieu mercredi après-midi surprend par sa violence. D’après les informations révélées par franceinfotv et RTL, le 17 aurait été appelé par des riverains du 13e arrondissement de Paris pour signaler un exhibitionniste au comportement suspect. Il s’agirait d’un marginal, sans domicile fixe.

Alors que les trois agents de police arrivés sur place tentaient de parlementer et de le raisonner, l’individu leur a assené de très violents coups de machette. Les blessures semblent très graves : deux agents touchés à la tête, l’autre à la main. Certains d’entre eux auraient leur pronostic vital engagé. Transportés en urgence absolue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Les agents ont eu le temps de se défendre : l’individu aurait été touché au ventre et finalement neutralisé après avoir tenté de prendre la fuite.

Vichy

À Vichy, la veille, des policiers venus en aide à la jeune femme enceinte violemment agressée par un groupe de « jeunes » ont été pris à partie par ces mêmes jeunes. D’après La Montagne, les jeunes du groupe ont insulté les policiers, leur ont craché au visage et les ont même filmés. Ils n’hésitent pas, ensuite, à poster la vidéo sur les réseaux sociaux en indiquant qu’ils ont été victimes de violences policières ! Deux jeunes du groupe, déjà connus des services de police, ont été interpellés et placés en garde à vue, avant d’être remis à leurs parents.

Nice

Dans cette série noire pour la police, à Nice, les choses se sont bienheureusement mieux passées pour des policiers appelés à intervenir dans le cas d’une femme d’une cinquantaine d’années armée d’un revolver qui a tiré plusieurs coups de feu à proximité de policiers municipaux et non loin d’un poste de police, sur la place Saetone, à Nice, selon Le Figaro, ce mercredi après-midi, La vidéo, publiée par le député Éric Ciotti sur son compte Twitter, montre qu’elle a été maîtrisée de façon spectaculaire par les policiers municipaux. La femme souffrirait de troubles mentaux.

Le Mans

C’est ce mercredi 12 août qu’avait lieu l’hommage rendu à Éric Monroy, ce policier de 43 ans de la BAC du Mans tué, il y a quelques jours, par un chauffard de 26 ans déjà connu des services de police. « La France a perdu un grand policier, un grand Français », a déclaré , qui présidait l’hommage. Éric Monroy, qui a été ensuite inhumé à Alençon, est le troisième policier tué en service depuis le début de l’année.

Triste journée qui révèle l’étendue des violences qui font le quotidien des policiers. Face à cette situation alarmante, le nouveau ministre de l’Intérieur s’est contenté de philosopher, au Mans : « De quel mal souffre notre société pour s’en prendre à un policier qui vient vous porter secours ? Sans règle, sans autorité, sans policier, il n’y a plus de République, plus de liberté. »

À lire aussi

Église profanée à Pérols : il jette la croix de l’autel, met le feu et défèque

Des fidèles entrant dans l'église peu après et inquiets de voir des fumées s'échappant de …