Culture - Editoriaux - Politique - Sport - Table - 29 avril 2018

Ils ne vont pas mégoter… sur les taxes

Notre ineffable « en même temps » chéri de ces dames, Paris Match en main, l’œil humide sous le casque du salon de coiffure, possède un talent exceptionnel et incontestable : recruter les collaborateurs les plus zélés et les plus doués pour l’exercice le plus en vogue de la Ve République : pressurer le peuple d’impôts et taxes divers et variés.

Lancés dans leur fuite en avant perpétuelle, en quête effrénée de ressources absentes, inaptes chroniques à freiner leurs exponentiels besoins, prisonniers d’une idéologie issue des Lumières, incapables du moindre processus inventif pour sortir d’un cercle vicieux, ils se sont condamnés au « taxage » et à l’imposition sauvage tous azimuts comme unique voie, unique possibilité, unique credo.

La perversité fondamentale d’une théorie ou d’un système politique, philosophique voire même métaphysique, poussé jusqu’à l’extrême en révèle, in fine, l’absurdité, voire le comique.

Ainsi certains qui prétendent (excusez le franglais so cool dans le texte !) « make France great again » en posant leurs escarpins vernis dans les pas des rangers taille 50 de la Trompette US en sont réduits, pour remplir les poches percées de l’État (pas des leurs, rassurez-vous) à mégoter au point d’inventer une taxe sur les mégots.

Si, si ! « Ils » envisageraient (sérieusement) d’instaurer une nouvelle taxe sur le paquet de cigarette, soi-disant destinée à compenser le coût « écologique » du ramassage des mégots.

L’inventivité dans la stupidité et le cynisme des politiques tend désormais vers l’infini…

« En même temps », l’inénarrable Borloo, éternel revenant, accouche d’un rapport sur les banlieues (le 14e sous la Ve !) concernant les meilleurs moyens de jeter l’argent du contribuable par la fenêtre en ripolinant nos citées de non-droit tombées sous la coupe à la fois du trafic de drogue et de l’islamisme le plus radical.

Copier–coller des précédents, il préconise, pour venir à bout des « problèmes des banlieues », de déverser cinq milliards (de vos poches, pas des siennes!) dans la réfection des immeubles, la création de nouveaux centres sportifs et culturels et autres dispendieuses billevesées, tartes à la crème d’un système laxisme républicain dans tous ses états…

Le pays, déjà étranglé par le coût faramineux de l’immigration clandestine et légale, se devrait donc de financer cette dernière folie dont l’inefficacité a déjà sacrifié vainement cinquante milliards du contribuable français sur l’autel des théories soixante-huitardes, fruits malsains de cerveaux gauchisés.

Coûteux et inutile, certes, mais qu’importe, le « céfran » qui travaille, ce « Gaulois haïssable », sera une fois encore pressé comme un citron… Acheter « la paix sociale » n’a pas de prix. Les banquiers détestent les conflits sociaux et les émeutes : c’est mauvais pour la finance. Et puis « ceux qui ne sont rien » seront juste un peu moins que « rien », ce qui n’est pas grand-chose, en somme…

Il me revient, du temps de mes études de latin, cette phrase de la célèbre plaidoirie de Cicéron, en 63 avant Jésus-Christ, pourfendant Catilina, gouverneur corrompu et concussionnaire qui écrasait ses administrés d’impôts injustes et complotait contre Rome :

“Quousque tandem abutere Catilina patientia nostra ?” (“Jusqu’à quand Catilina abuseras-tu de notre patience ?”).

Aujourd’hui, 2081 ans après, ce monument intemporel d’éloquence devrait résonner comme une question mais aussi une promesse dans tous les foyers français, car Catilina prit la fuite et fut finalement mis à mort le 5 janvier 63…

La rapine et l’exploitation du peuple ne restent donc pas toujours impunies, mais qui sera notre Cicéron pour dénoncer nos Catilina, et quel Sénat pour l’écouter ?

À lire aussi

Faut-il vraiment persister dans le nucléaire ?

Que vienne à se produire l’accident nucléaire que nous redoutons, déjà frôlé à plusieurs r…