“Les mémoires de Jean-Marie Le Pen sont l’occasion de reprendre conscience des enjeux graves auxquels le pays est confronté”

Les mémoires de Jean-Marie Le Pen sont épuisés avant même leur parution.

Guillaume de Thieulloy, directeur des Éditions Muller qui les publient, explique ce succès et l’engouement du public pour la personnalité de leur auteur : “Homme politique de premier plan pendant au moins trente ans”, il représente “une tranche importante de l’Histoire de France” et incarne à la fois “la France qui a disparu et celle qui est menacée de disparaître”.

Comment les mémoires de Jean-Marie Le Pen se sont-ils retrouvés édités par les éditions Muller ?

Plusieurs grandes éditions ont été sollicitées, mais l’état du débat public en France fait que beaucoup ont refusé. Valeurs actuelles a révélé qu’Amélie Nothomb s’était roulée par terre. Il fallait choisir entre Le Pen ou elle. Les grandes ayant refusé, c’est une petite maison d’édition qui a récupéré le “bébé” ou la “patate chaude”, selon le point de vue.

Êtes-vous étonné que tous les stocks aient disparu avant même la publication ?

Je n’ai pas du tout l’expérience de ces grands tirages. Je suis vraiment au spectacle. Je n’ai jamais vu cela. Je n’ai jamais vu une presse aussi emballée. Je n’ai jamais vu des libraires aussi accros. Je suis très étonné et très impressionné à titre personnel.
En même temps, je ne suis pas surpris. Objectivement, le nom de Le Pen fait vendre. Ces mémoires ont été annoncés maintes fois, puis décalés ou annulés. Cette espèce de teasing a fait que tout le monde les attendait. Je ne suis donc pas surpris que cela marche bien, mais je pensais qu’il faudrait quand même un petit temps pour que les libraires s’y intéressent.

Comment expliquez-vous que le public ait cet engouement pour la personnalité de Jean-Marie Le Pen ?

Il a d’abord été un homme politique de premier plan pendant au moins trente ans. Par ailleurs, cette vie politique s’étale sur la IVe et la Ve République. Il a vu tous les grands événements de l’Histoire de France de ces 50 dernières années. On peut un peu les comparer aux mémoires de Chirac. C’est une tranche de l’Histoire de France importante qui se déroule sous nos yeux.
On ressent, dans le cas de Le Pen, mais aussi des grands succès de librairie de ces derniers temps, comme Zemmour par exemple, une nostalgie très claire de la France d’avant.

Par ailleurs, il y a l’autre aspect de la France qui est menacée de disparaître, en particulier sous l’influence de l’immigration et de la mondialisation.
Ces mémoires sont donc l’occasion d’une prise de conscience des enjeux graves auxquels le pays est confronté. De ce point de vue là, c’est plutôt le présent et l’avenir qui sont en jeu. Sur ce point, ce n’est pas spécialement la période décrite par Jean-Marie Le Pen qui est intéressante, mais surtout l’important succès de ses mémoires.