Ah, la magie de Noël… je vous le dis franchement : c’est magique !

Tenez, la cagnotte lancée par Mediapart pour les malheureux soutiers de la SNCF et de la RATP, afin « que le mouvement dure et s’amplifie », ça n’est pas magique, ça ? Et les quarante z’artistes et z’intellectuels qui ont apporté leur signature pour bien montrer qu’ils sont « à nouveau aux côtés des grévistes de la RATP et de la SNCF », ce n’est pas aussi de la magie ?

Vraiment, je suis baba. Toute cette générosité, cet élan spontané, cet appel lancé aux petites gens qui galèrent depuis trois semaines, se lèvent aux aurores, se tapent chaque jour des dizaines de kilomètres sous la pluie, s’usent les nerfs dans les embouteillages, paient des nuits d’hôtel de leur poche pour pouvoir bosser et auront toutes les peines du monde à rejoindre la famille pour Noël, ce n’est pas de la magie ?

Vous me direz que le plus magique dans l’affaire serait encore que les petites gens en question mettent en plus la main à la poche, mais bon, dans l’entubage post-enfumage, tout est possible.

C’est donc Mediapart qui lance la chose sur son blog. Comme au printemps 2018, quand la SNCF inventait la grève un jour sur deux. Sympatoche en diable.

Ont apposé leur paraphe toutes les belles consciences du moment. On imagine que Pierre Arditi et Josiane Balasko devaient être occupés ailleurs, sans doute à vider la dinde ou rouler la bûche de Noël, car ils n’apparaissent pas dans le collectif en question. De Corinne Masiero à Jean-Marie Bigard en passant par une tapée de philosophes et d’écrivains, rien que du beau linge. Comme l’écrit sur Twitter Édouard Louis (un petit jeune, brillant intellectuel de gauche volontiers porté sur la censure[1]) : « Pour que le mouvement social actuel dure et s’amplifie, nous appelons, avec Annie Ernaux, Didier Eribon, Étienne Balibar, Geoffroy de Lagasnerie, Vikash Dhorasoo, etc., à soutenir financièrement les grévistes. Donnez ce que vous pouvez à une de ces cagnottes. »

« Pour gagner, soutenons les grévistes ! », écrit Mediapart, car chaque journée de grève coûte, et les grévistes « défendent un de nos biens communs, un système de retraites qui, loin d’avoir été octroyé par les patrons, est le fruit des luttes de nos aînés » […] « Le gouvernement veut aujourd’hui faire table rase de ce pan de l’histoire sociale du pays. » Qu’importe si cette assertion est un arrangement avec l’Histoire. À Mediapart, on n’en est pas à une contre-vérité près. Alors, « pour imposer le maintien du système actuel de retraites, il importe que le mouvement dure et s’amplifie ». Et, donc, « avant de manifester aux côtés des cheminots, le samedi 28 décembre, et de tous les grévistes, le 9 janvier, nous soutiendrons financièrement les grévistes de la RATP et de la SNCF en mouvement reconductible depuis le 5 décembre ».

Suivent les coordonnées de quatre cagnottes pour la RATP, parce que certes on est solidaire, mais faudrait pas confondre UNSA, Solidaires, FO et CGT. Chacun ses sous et les grévistes seront bien gardés. Idem pour la SNCF, qui propose une cagnotte FO et SUD Rail. Pour la CGT cheminots, il va falloir attendre lundi, le RIB n’étant pas encore disponible.

Voilà, Français, puisqu’il paraît que vous êtes tous d’accord pour perpétuer les privilèges de la poignée qui nous pourrit la vie, crachez donc au bassinet.

[1] En 2014, il lançait, dans Libération, un appel contre la participation de Marcel Gauchet aux Rendez-vous de l’Histoire, à Blois, au motif que ce dernier était « ultra-réactionnaire ».

À lire aussi

Tous toqués de TikTok, l’appli qui les rend fous !

TikTok compte déjà 100 millions d’utilisateurs chez les jeunes Américains. …