Editoriaux - Histoire - Politique - 20 février 2018

Marion en Amérique… le retour qui peut semer la panique !

Marion, le retour. Tous aux abris, sauve qui peut ! Elle n’est pas gaulée comme Schwarzy ou Stallone, mais c’est du pareil au même. Là voilà qui (re)débarque sur la scène politique, poussant brutalement les deux portes du saloon, les poings sur les hanches, alors que toute la gauche était en train de siroter son whisky avachie, peinarde pour une bonne paire de quinquennats (pensait-elle) depuis que la tante avait été mise KO, éjectée, et que la nièce s’était retirée.

Marion revient donc sur la scène américaine, et pas n’importe laquelle, puisque, selon une information de L’Incorrect, elle interviendra lors du CPAC (Conservative Political Action Conference), grand rendez-vous organisé chaque année à Washington, où se retrouveront Donald Trump, Nigel Farage et Ted Cruz. Elle prendra, quant à elle, la parole juste après le vice-président américain Mike Pence. Excusez du peu.

À cette annonce, la face du monde politique français a changé : elle n’est plus qu’un vaste smiley Droopy aux yeux tombants… Ouh là là là, le retour de Marion ne dit rien de bon. Marion en Amérique, cela sonne comme un album de Pierre Probst, avec une petite fille blonde qui découvre le monde. Le problème est qu’à la fin de l’histoire, après mille dangers et moult péripéties, elle finit toujours par gagner.

“L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme.” Voilà que tous les orphelins, les déprimés, les éclopés de la Bérézina des élections présidentielles se redressent : c’est le soleil d’Austerlitz qui se lève. Eh, les gars, c’est moi qui ai une hallucination ou je vois, au loin, derrière la fumée, les décombres et les gravats… Marion ?

Oui, j’entends, ce dernier paragraphe est un peu pompier et grandiloquent… mais c’est pour dire qu’à droite, tout le monde est vachement content. Enfin, tous ceux qui commençaient à se lasser de n’avoir que les enregistrements sauvages de Laurent Wauquiez et les règlements de comptes du FN – tout aussi sauvages – à se mettre sous la dent. Il paraît qu’ils sont nombreux.

Et si elle devenait LA Trumpette ? Si, à côté d’elle, de sa jeunesse et de sa joliesse, même Macron avait l’air d’un vieux Schtroumpf grognon ?

Que me dis-tu, lecteur de Boulevard Voltaire ? Que son entourage a bien précisé qu’elle ne revenait pas en politique mais en « métapolitique ». Je suis sûr, pourtant, que comme moi, tu méta… main au feu qu’elle ne s’arrêtera pas là.

À lire aussi

Nos têtes (dé)couronnées ont quand même plus de gueule !

Nous les avons guillotinés ? Pourtant les princes qui nous restent semblent avoir fichtrem…