Marine Le Pen a choisi le décor de la cour du Louvre pour lancer la dernière ligne droite de sa campagne, là même où Emmanuel Macron avait fêté sa victoire en mai 2017 : une vidéo tournée devant la pyramide du Louvre et diffusée, ce week-end, sur les réseaux sociaux.

La direction de l’établissement a réagi en déclarant, à France Inter : « Cette vidéo a été réalisée par la candidate et ses équipes le mardi 11 janvier 2022, sans aucune autorisation du musée, en violation des règles de droit applicable en matière de domanialité publique et de propriété intellectuelle. » Elle ajoute, en outre, que « la candidate et les membres de son équipe ont été informés par la direction du musée – alors qu’ils étaient présents sur le site du domaine du Louvre – de ce que ce tournage nécessitait un accord préalable​ ». La direction de l'établissement demande en conséquence le retrait de la vidéo.

Dérisoire

Pourtant, tout le monde n’est pas d’accord. L’ancien député européen Jean-Yves Le Gallou, soutien d'Éric Zemmour, a volé au secours de Marine Le Pen, affirmant sur Twitter que « le Louvre est un haut lieu d’incarnation de la souveraineté française depuis Philippe Auguste. Prétendre privatiser ses images et interdire leur utilisation à des fins politiques est dérisoire. #Macron #MLP ou #Zemmour ont droit d’y faire référence. »

Quant au député RN au Parlement européen Jean-Lin Lacapelle, présent sur le plateau de CNews, ce samedi après-midi, il a, lui aussi, réagi en demandant quelle autorisation avait eue Emmanuel Macron en 2017 pour organiser sa fête.

15 janvier 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.