Manœuvres électoralistes au Vatican ? Quand François prépare sa succession…

Pape_François_Parlement_européen_Strasbourg_25_nov_2014_16

En matière de mystères, les coulisses du Vatican paraissent tout aussi indéchiffrables que celles du Kremlin. Soit un écran de fumée ne se dissipant que lorsque cette dernière devient blanche, en cas d’élection d’un nouveau pape ; ce qui n’arrive pas tous les jours. D’ailleurs, que sait le commun des fidèles de ces tractations de couloirs, de ces alliances à revers et contre-alliances de circonstance ? Rien ou presque.

L'Église des périphéries

À ce titre, l’arrivée de 81 nouveaux cardinaux au Collège cardinalice, tous personnellement nommés par le pape François, n’a rien d’anodin. Qui sont-ils ?

La plus emblématique de ces dernières recrues, benjamin de cette instance, n’a que 48 ans et se nomme Giorgio Marengo. S’il est italien, tel que son nom l’indique, il est néanmoins préfet apostolique d’Oulan-Bator, capitale de cette lointaine Mongolie. Quelles que soient leurs origines, les nouveaux arrivants paraissent majoritairement représenter « l’Église des périphéries », pour reprendre l’expression de La Croix.

Ainsi, sur les 222 cardinaux du Collège cardinalice en question, 81 ont été promus par l’actuel pape, contre 31 par Benoît XVI et 9 par son prédécesseur Jean-Paul II. Les cardinaux issus d’Europe n’y sont plus que 46, contre 21 venus d’Asie, 16 d’Afrique, 16 d’Amérique du Nord, 5 d’Amérique centrale, 14 d’Amérique du Sud et 3 d’Océanie. Soit 75 en tout. Si l’on résume, le premier jésuite parvenu aux plus hautes fonctions vaticanes dispose désormais, tous nouveaux prélats confondus, d’une majorité à son éventuelle dévotion. Ce qui fait dire, de manière pour le moins triviale, à certains catholiques français que le pape serait en train de « bourrer les urnes » afin de préparer sa succession.

Osera-t-on dire que cette esquisse d’analyse est à courte vue ? Oui. Il est vrai qu’une certaine frange du catholicisme européen, pétrie de tradition, se trouve en guerre plus ou moins larvée avec Rome à propos de la messe de rite tridentin. Benoît XVI avait intelligemment résolu la controverse en autorisant à la fois ce dernier et celui issu du concile de Vatican II. Pour le pape François, ces querelles paraissent ne plus être de mise, même si les séminaires traditionalistes ne désemplissent pas, tandis que leurs homologues plus « en phase avec leur temps » demeurent désespérément vides.

Mais le fond du problème est peut-être ailleurs. Des siècles durant, l’Église catholique était synonyme d’Europe, même si le christianisme nous vient historiquement d’Orient. D’où ces dynasties de papes italiens, finalement assez représentatives du peuple des fidèles. « Occident chrétien » pouvait alors faire figure de pléonasme. Désormais, ce n’est manifestement plus le cas. La preuve en est qu’hier, pour parler trivialement, le Vatican envoyait des prêtres blancs évangéliser les Noirs, alors qu’aujourd’hui, ce sont des prêtres noirs qui viennent ré-évangéliser les Blancs.

Pas plus que toute autre institution, le catholicisme apostolique et romain n’est à l’abri de la mondialisation. On assiste à un effet de bascule : les communautés catholiques les plus dynamiques et ferventes sont moins dans cette Europe les ayant vues prospérer et accoucher de la splendide civilisation qu’on sait que disséminées à travers le vaste monde : il y a plus de touristes à Notre-Dame de Paris que de fidèles…

Un clergé extra-européen

Après, bien malin est celui qui prétendra se nicher dans le cerveau tortueux d’un jésuite. Pour autant, on remarquera que Jorge Mario Bergoglio, quoique de nationalité italienne, demeure un Argentin. C’est-à-dire un pape extra-européen. Ce qui peut aussi expliquer qu’il veuille s’appuyer sur un clergé moins soumis aux folies sociétales de notre Vieux Continent et à la foi peut-être plus affirmée.

Comme s’il avait vu qu’ici, la foi catholique n’était au mieux qu’une survivance du passé ou, au pire, cantonnée à son simple rôle social dans les beaux quartiers. Tandis qu’ailleurs, les catholiques vivant dans un environnement, allant de la défiance à la franche hostilité – sans négliger les persécutions pures et simples –, ont peut-être une foi plus solidement chevillée au corps et au cœur. À long terme, ce calcul « universaliste » (καθολικός, en grec, signifie « catholique » et « universel ») peut se révéler payant ou pas, pertinent ou non. Il n’empêche, il y aura eu un Vatican « avant » et « après » ce pape plus qu’énigmatique.

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

25 commentaires

  1. Certes les Papes ont majoritairement été Européens et parmi eux Italiens. Mais qui, parmi les catholiques « ordinaires » pourrait ne pas se réjouir d’avoir pour prochain Pape quelqu’un de la classe du cardinal Sarah ? Je ne me rappelle même plus quel est son pays d’origine et cela m’indiffère totalement.

  2. Le grand orient devrait se bouger…François cherche évêque (vrai ou faux) franc maçon pour sa succession…l’église tient toujours le coup malgré ses efforts pour la ruiner au profit de l’islam…..

  3. En tout cas ce Pape nouvelle mouture aura contribué à désorienter de nombreux paroissiens…ce qui ne s’inscrit pas à son actif !

  4. L’analyse de Nicolas Gauthier est sensiblement plus intéressante que les réductions complotistes de certains commentateurs. Jésuite, certes, mais surtout adepte de la théologie de la libération, qui place Jésus au milieu du village, et renvoie dans les limbes Dieu-le-père, l’Esprit-saint & la ‘vierge’ Marie. Le temps du catholicisme européen (souvenez-vous : « quand les cathédrales étaient blanches », puis Pascal, Bossuet, Maistre et Bonald) est mort et bien mort. Est-ce que, depuis Vatican II, l’Europe a produit des théologiens de la dimension des Lubac, Congar, Daniélou, sans parler des Thomas Morton, Christoph Schönborn ou d’un certain Ratzinger ? Non, on est tombé sur des Eugen Drewermann ou Claude Geffré. Tout est dit, il n’y aura pas de retour en arrière et saint Malachie peut avoir raison, ce qui au fond n’a aucune importance !

  5. L’église a raison de s’ouvrir à tous les peuples mais elle devrait urgemment veiller à sa survie. Le pape actuel semble n’en avoir cure …

  6. Ce sont les Templiers, ecclésiastiques vertueux qui ont risqué leurs vies pour sauver le Tombeau du Christ, ce sont les Réformés qui ont attiré l’attention des chrétiens d’Occident sur les vicissitudes de la Papauté, et Benoît XVI s’est fait écarté du trône par François qui était investi de l’idéologie mondialiste qui cite les pompes de l’Islam, au sens propre comme au sens figuré d’ailleurs !
    Alors on ne doit pas être étonnés des manœuvres nauséabondes dont cette Cour de Rome fait régulièrement preuve. Il n’est que de regarder la fréquentation des Églises pour en voir l’effet dissuasif.

  7. Mais qu’il parte le plus rapidement possible !!! Ce pape est une catastrophe pour l’Eglise. Et avec la nomination de tous ces nouveaux cardinaux mondialistes et modernistes, je crains que le prochain soit encore pire …
    L’Esprint Saint va avoir un sacré travail.

  8. Qu’on le veuille ou non, comme nous le professons dans le Credo (Symoble de Nicée-Constantinople) l’Elgise est « une, sainte, catholique et apostolique », elle n’est pas « des périphéries ». Cela évite de s’égarer sur des chemins qui éloignent de la voie de la sainteté laquelle est la vocation de tout catholique. Prions pour la Sainte Église catholique et pour que le pape la serve fidèlement conformément aux vérités de la Foi catholique et non aux tristes réalités du monde dans lequel nous vivons mais duquel nous ne sommes pas.

  9. Ce serait une divine surprise si le prochain pape était Mgr Sarah, d’origine guinéenne, et qui conseille à ses compatriotes de ne surtout pas venir en Europe, mais de rester chez eux pour aider au développement de leur pays. Un discours rare de nos jours !

  10. D’après Saint Malachie, François est le dernier pape. Son successeur sera pape mais d’une église synodale et non plus catholique. C’est ce que veut François, une église dans l’air du mondialisme, du wokisme et du lgbtisme.
    La vraie église catholique survit dans la Tradition.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois