Chacun s’est résigné par incompréhension, crainte d’une réprobation collective ou lassitude, à ne pas contester les “succès” industriels et commerciaux annoncés à son de trompe et tintement de milliards par les chefs d’État lors de leurs pérégrinations internationales. Car si ces contrats sont bien parfois aidés par la politique, le plus souvent, ils sont soit déjà conclus depuis un certain temps, soit en espérance, soit strictement privés. Parfois ultérieurement abandonnés, comme les ventes de Rafale. Ou soumis à des conditions suspensives qui les éternisent et à des contreparties calamiteuses qui transfèrent gratuitement nos secrets industriels. Emmanuel Macron n’a pas dérogé à cette coutume ridicule, qui ne trompe pas grand monde, lors de ses dernières tribulations en Chine.

Qu’y a-t-il tant dans ces contrats ? Voici les points les “plus importants” (?) (source AFP) :

1) Énergie :

– Areva a signé un avant-contrat pour la construction d’une usine de retraitement de combustible usagé. Les négociations durent depuis dix ans (!) et Areva “espère conclure le contrat en 2018” (?).

a signé deux contrats de 150 millions d’euros dans les services énergétiques et les énergies renouvelables.

– Engie a signé un “accord stratégique de coopération” avec Linyang Energy, groupe spécialisé dans les compteurs intelligents pour l’énergie, les services énergétiques ou le solaire.

2) Agriculture :

Promesse (?) de lever “dans les six mois” l’embargo sur la viande bovine française imposé depuis 2001 ! En même temps, nous importons fruits et légumes, et la Chine acquiert d’immenses terres chez nous.

3) Aéronautique :

a signé un “accord cadre” pour augmenter la production d’A320 sur sa chaîne d’assemblage (à Tianjin, dans le Nord) : cinq appareils par mois début 2019 et six par mois début 2020. Quid du transfert gratuit et subreptice de savoir-faire à nos futurs concurrents ?

– CFM (Safran) vendra des moteurs aéronautiques.

– Dassault a signé un accord de coopération dans le domaine spatial avec CASTC (China Aerospace Science and Technology Corporation).

Et c’est tout !
L’énorme déficit commercial reste acquis à la Chine. Il a suffi, simultanément, de diffuser un flot d’images people de Brigitte en capote militaire et de Yuan Meng, le petit panda du zoo de Beauval, ce samedi 13 janvier, pour ne plus parler des droits de l’homme, des centaines d’exécutions capitales, de la répression politique (des milliers d’opposants et défenseurs des droits de l’homme en prison), de l’agressivité militaire sur les y compris maritimes, du soutien à la Corée du Nord et des génocides culturels (Sin-kiang, Tibet). Le Tribunal permanent des peuples, réuni à en 1991 par l’association Tibet et la Commission internationale de juristes, avait déclaré dans sa sentence que “le Tibet est un État indépendant occupé par la Chine” et demandait une commission d’enquête, toujours refusée par Pékin.

15 janvier 2018

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Primaire de toute la droite, et plus si affinités : un rêve !

Voilà ce qui intéresse vraiment les Français : reconstituer la nation... …