L’uniforme va-t-il vraiment faire son entrée à l’école avec Gabriel Attal ?

©Shutterstock
©Shutterstock

Gabriel Attal vient de succéder à Pap Ndiaye. Le ministre débarqué a immédiatement été recasé comme ambassadeur au Conseil de l'Europe, à Strasbourg. On peut dire, avec un brin de mauvais esprit, qu'en déménageant, il mettra ses enfants dans une autre école alsacienne. Rideau et bon débarras ! Maintenant, qu'attendre du nouveau ministre, qui partage avec son prédécesseur une certaine dilection pour l'École alsacienne (où il a étudié) et une relative méconnaissance de la situation des prolétaires et de l'école publique dans laquelle ils sont condamnés à étudier ? Un tweet de Philippe de Villiers sur le militantisme LGBT de Gabriel Attal a été vilipendé par tout l'échiquier politique, qui craignait, s'il ne hurlait pas avec les loups, d'être taxé d'homophobie, puisque Gabriel Attal partage sa vie avec Stéphane Séjourné, fidèle de la Macronie lui aussi. Ça n'a aucun rapport, mais ainsi va la terreur en 2023. À part ça, on peut dire qu'on ne connaît pas le plus jeune ministre de l'Éducation nationale de la Ve République.

Ah, si : il y a bien un truc qui a montré sa bonne volonté. M. Attal serait favorable - il l'a toujours dit, et vient de le redire dans un entretien au Midi libre - au port de l'uniforme. Il ne s'agit pas de l'imposer, bien sûr : obliger les profs à imposer quelque chose aux élèves, vous voyez ça d'ici. En revanche, sur la base du volontariat, ça se tente, dit Gabriel Attal. On n'aurait pas entendu ça de la bouche de Pap Ndiaye. On ne peut que se féliciter, surtout quand le ministre poursuit sa digression en revenant sur le port de l'abaya, qualifiée de signe religieux censé « tester » la République. Ce remaniement gouvernemental pourrait se présenter, du point de vue laïc en tous les cas, comme de bon augure.

Il y a cependant quelques écueils - au moins deux, disons. D'abord, quels sont les établissements qui vont demander à imposer un uniforme à leurs élèves ? Les établissements situés dans des quartiers aisés n'en ont pas besoin, ceux qui sont situés dans des cités perdues n'en auront pas le courage. Ensuite, Gabriel Attal lui-même, lorsqu'il avait été interrogé sur BFM TV (il n'était alors que ministre des Comptes publics), s'il s'était déjà dit favorable à l'uniforme, avait immédiatement précisé qu'il ne croyait pas que cette solution puisse régler tous les problèmes. En montrant qu'il ne croit pas fondamentalement que sa réforme puisse régler les problèmes, de laïcité mais aussi (parmi d'autres) de racket ou tout simplement d'éducation, ne contribue-t-il pas à la tuer dans l'œuf ?

Il y a, derrière tout ça, pour finir, une troisième raison : la Macronie elle-même est très divisée sur le port de l'uniforme. Brigitte Macron trouve ça très bien, Pap Ndiaye y était vigoureusement opposé et les députés Renaissance ont voté contre la proposition de loi RN visant à le rendre obligatoire. C'est un peu le problème de l'en même temps : à force de dire tout et son contraire, on finit par ne plus savoir où on habite. Verra-t-on les élèves des lycées Youri-Gagarine ou Rosa-Parks porter des blazers et des cravates club comme dans Le Cercle des poètes disparus ? Faut voir. Disons que ça ne semble pas l'évidence même. Disons, aussi, que Gabriel Attal a raison d'y voir une idée tout sauf magique... mais on ne peut pas s'empêcher de se dire, avec un peu d'indulgence, que ça démarre un peu mieux que sous le funeste Pap Ndiaye.

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

62 commentaires

  1. Ce n’est pas l’habit qui fera l’écolier ,ce n’est pas la mixité de la diversité non plus ,ce n’est pas le service civique qui fera la discipline. Les bons élèves n’ont pas a éduquer les cancres voire les perturbateurs . Pourquoi se perdre dans des futilités vestimentaires lorsque le fond c’est la discipline et la rééducation des élèves perturbateurs et récidivistes. Le fond c’est l’autorité des parents et leur responsabilité vis à vis de leurs enfants mineurs . Il n’est pas culpabilisant de mettre ses enfants dans des centres de rééducation c’est simplement leur donner une seconde chance dans leur parcours. C’est cela que les professeurs et les directeurs d’écoles doivent dire et faire comprendre dans un premier temps aux parents . Il n’y a pas de honte non plus si des élèves ne peuvent pas suivre d’aller dans des filières d’apprentissage même dans les familles aisées le BAC général n’est pas l’alfa et l’oméga d’une réussite sociale . L’égalitarisme idéologique forcené et la cause de tout ce foutoir dans certains établissements : il n’est jamais trop tard pour bien faire et être heureux pour des personnes de bonne volonté !!!

  2. Toujours pareil, aucune volonté !
    Soit carrément imposer l’uniforme, soit reprendre la circulaire de jean Zay du 1er juillet 1936 !
    Bien comprise, il y a souvent des mal-comprenants, elle s’applique à toute manifestation politique, religieuse ou autres…
    Il a d’ailleurs préciser par 2 autres circulaires en 36 et 37 !

  3. Attal connais très bien la façon de faire de la comm qui plaît à macron. En dehors de ça, vide sidéral.

  4. Si l’uniforme est basé sur le volontariat c’est comme si on ne faisait rien, parce que c’est pour tout le monde ou pour personne, et je ferais remarquer qu’en parlant de Gabriel (j’espère que je l’écrit bien) Attal on n’écrit pas : « ça se tente » pour éviter les malentendus

  5. Si il y arrive à imposer un uniforme ,je dirai Bravo et ferai amende honorable !! Mais à ce jour je préfère dire « Paroles Paroles  » !!

  6. Il ne pourra pas faire pire que NDiaye. Mais au vu de l’état désastreux dans lequel se trouve l enseignement sa tâche est colossale, et en a t’il seulement envie ?

  7. Vous croyez au Père Noël, monsieur, sans doute, en osant écrire que cela démarre un peu mieux ? Ou alors en bon journaliste inféodé à la Macronie vous apportez votre soutien à ce jeune homme

  8. Avant même de proposer une loi,un décret une directive ,le nouveau ministre de l education nationale commence par en mesurer son inefficacité !!
    Il part déjà vaincu avant de rentrer sur le terrain, a t ‘il sa place au gouvernement ?
    Un nouveau ministre hésitant et déjà faisant montre d’absence de fermeté.

  9. Sans obliger à porter un costume cravate (avec jupe plissée pour les filles) on pourrait imposer un Tshirt au nom de l’école (ou son « blason ») couleur choisie par les profs / Instits , avec jupe plissée longueur aux genoux et short/pantalon pour les garçons (là encore couleur choisie par les enseignants).

  10. Des paroles pour faire plaisir à la droite, des actes ( ou non ) pour satisfaire la gauche: c’est ça la macronie.

  11. Pourquoi n’ pas imposer le port de l’abaya à toutes et tous les élèves ainsi les frères musulmans seront content et Darmanin aura son uniforme. En plus on pourrait le teinter en rose bonbon les LGBT seront aussi content. Ce la s’appelle le pragmatisme….

  12. L’abaya je condamne fermement ! Le « costume » à l’école j’y suis favorable ! Tout ce qui pourra être dit sur l’école, je le dirai ou le condamnerai c’est suivant. Voilà ma position…celle d’un vrai politique. Parler pour ne rien faire !
    Quant à suivre la politique de pape ndiaye, je crois que De Villiers à raison.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois