« Pour ce qui est du jour ou de l’heure, personne ne le sait. » Cette phrase tirée de l’Évangile s’applique malheureusement aux attentats islamistes qui frappent notre pays depuis des années et des années. Et l’on pourrait ajouter : « Pour ce qui est du lieu, personne ne le sait non plus. » Qui aurait imaginé, en effet, qu’une commune comme Trèbes, moins de cinq mille habitants, comme il y en a des milliers en France, serait le théâtre du drame que l’on sait, en 2018 ? Les attentats, jadis, c’était à Paris, pas dans la France périphérique. On sait que cela peut aussi frapper n’importe où et, donc, encore et toujours, à Paris, comme dimanche au pont de Bir-Hakeim. Et n’importe quand.

Un attentat qui tombe mal pour Darmanin

Et cet attentat, pour Gérald Darmanin, tombe plus mal que jamais. Qu’on ne se méprenne pas sur nos propos : nous ne voulons pas dire que, parfois, cela peut bien tomber, comme l'insinua, en 2021, Jean-Luc Mélenchon, évoquant les attentats de Toulouse à quelques jours de l’élection présidentielle de 2012. Mais il faut bien reconnaître qu’à quelques mois des Jeux olympiques, alors qu’on s’interroge sur cette « folie » que serait la cérémonie d’ouverture, si l’on en croit l’avocat Thibault de Montbrial, invité de BV, il y a deux semaines, on est en droit de se poser quelques questions. Le déploiement de milliers de policiers, gendarmes, militaires, les restrictions de déplacement à coups de QR codes suffiront-ils face à l’action, ne serait-ce que d’un fou, puisque maintenant, il est convenu que nous avons affaire à des psychopathes et que ce serait un peu la faute aux psychiatres, pour faire court, s’il y a des attentats ?

Une loi Immigration détricotée, souligne le RN

Mais cet attentat tombe d'autant plus mal que s’ouvre le débat à l’Assemblée nationale sur une xième loi sur l’immigration. Mais que dites-vous donc là ? Le terrorisme islamiste n’a rien à voir avec l’immigration, clame la gauche, depuis toujours, certes de moins en moins fort. Un peu quand même, non ? La preuve en est : Darmanin lui-même qui déclare que « si nous avons moins de délinquants étrangers à suivre sur notre territoire, nous pourrons concentrer nos efforts ailleurs ». Darmanin ventriloque de Marine Le Pen qui s’époumone depuis des années à le dire et le répéter… Comme quoi, ça doit finir par infuser. Darmanin, qui aurait pu vendre des cravates vertes à rayures mauves sur les marchés, si la politique ne l’avait pas biberonné jeune, est passé maître dans l’art de nous faire prendre des vessies pour des lanternes : « Je veux dire l’importance de voter la loi Immigration. Il y a une responsabilité immense de ceux qui, s’ils votaient contre pour empêcher son adoption, nous empêcheraient d’expulser des délinquants étrangers radicalisés ou de droit commun. » Alors que, comme l’expliquait au micro de BV, samedi dernier, la députée RN Edwige Diaz, le projet de loi durci au Sénat a été détricoté en commission des lois à l’Assemblée. Le RN votera contre, on le sait.

Les LR à l'offensive. Jusqu'où ?

Reste le cas des LR. Et c’est sur eux que Darmanin met la pression en leur faisant le chantage du procès en irresponsabilité. La honte pour un parti labellisé « parti de gouvernement » ! Des LR qui ont compris que la meilleure défense est l'attaque et qui vont poser deux actes forts à l’occasion de leur niche parlementaire de ce jeudi 7 décembre : la dénonciation de l’accord franco-algérien de 1968, comme le préconisait ici même Xavier Driancourt, ancien ambassadeur de France en Algérie, et la proposition d’une loi constitutionnelle qui permettrait d’en appeler au peuple par référendum sur la question de l'immigration. Cela dit, le Rassemblement national ne dit pas autre chose depuis des mois. La gauche sera sans doute vent debout et la Macronie ratiocinera comme elle sait si bien faire. Si ces deux propositions de loi ne prospèrent pas, les LR iront-ils jusqu’à faire chuter le gouvernement, lorsqu’il faudra en passer par le 49.3 pour faire adopter cette loi Immigration ? Qu’on nous permette d’en douter. Un tout petit peu.

Quoi qu’il en soit, les Français ont bien compris le lien étroit entre immigration, islamisme et terrorisme islamiste, et ce n’est sans doute pas à travers le vote d’une loi à « caractère administratif », faite de mesurettes, qu’on créera les conditions d’un sursaut avant qu’il ne soit vraiment trop tard.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 07/12/2023 à 9:47.

8899 vues

05 décembre 2023 à 20:45

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

39 commentaires

  1. « L’immigration de masse n’a pas pour but d’aider les gens mais de détruire l’identité nationale », a déclaré le cardinal Müller.
    Ce Cardinal contredit le pape François et rapporte en réalité l’opinion de la majorité des catholiques !
    Avec sa loi, Darmanin va provoquer un afflux supplémentaire de migrants vers la France. On va se le dire dans toute l’Afrique. Il faut dire NON. Pour 20 personnes expulsées, on en attirera 200 000 !

  2. J’ai particulièrement bien aimé  » Darmanin, qui aurait pu vendre des cravates vertes à rayures mauves sur les marchés, si la politique ne l’avait pas biberonné jeune, est passé maître dans l’art de nous faire prendre des vessies pour des lanternes ». Précisons, La Politique de Loge maçonnique pour le sans frontière….Et Un Ministre fait ce que décide le Président lui même enfermé dans cet Empire Européen, et les Empires c’est la guerre la plus totale. Les victimes poignardées ne sont que les prémices de ce chaos annoncé, si cette gauche conserve le Pouvoir jusqu’à Bruxelles. Quant à L.R. vous avez raisons. Menteurs, ils ne sont pas de Droite jusqu’à présent…

Les commentaires sont fermés.