Cliquez pour acheter
Tout ou presque a déjà été écrit sur le ou la COVID-19. Un film a même été réalisé, Hold-up, qui a connu un certain succès. Le livre de Nicolas Lévine arrive à point nommé pour nourrir la réflexion, loin des théories plus ou moins solides comme des discours officiels impossibles à croire. L’auteur est un haut fonctionnaire qui écrit sous pseudonyme. Il a suivi tout le fil de la pandémie, depuis sa naissance dans un laboratoire chinois jusqu’à ses conséquences évidentes sur ce qu’il reste de nos vies. Il raconte, depuis l’origine, comment nous avons basculé, en une poignée de mois, dans le régime de peur et d’isolement que nous connaissons.
Pour lui, les causes du désastres sont multiples mais peuvent se résumer en un mot : l’idéologie. C’est bien à cause du libéralisme que les frontières sont restées ouvertes ; c’est à cause du libéralisme que la logique de flux a été préférée à celle de stocks, occasionnant une pénurie de ; c’est à cause d’une idéologie dominante, perçue comme naturelle, que le professeur Raoult a été vu comme un charlatan, les opposants comme des fascistes incultes. Enfin, c’est à cause du capitalisme que les entreprises pharmaceutiques et le commerce en ligne engrangent d’invraisemblables profits, tandis que PME, artisans, commerçants, cafetiers, libraires et restaurateurs meurent en silence.
Nicolas Lévine a fini d’écrire son livre en juin de cette année. Il y a ajouté une postface à la fin de l’été. Son livre a déjà valeur de témoignage historique. Il pointe, dans tout ce que l’on appelle à tort “le monde libre”, la résignation comme mode de gouvernement postmoderne, et le commentaire médiatique comme outil pour désamorcer ou nier le réel. On ne fait pas plus macronien.
Ce livre est à lire d’urgence, pour comprendre où nous en sommes, et comment, avec une terrifiante rapidité, nous en sommes arrivés là. Sans libertés, sans horizon, sans emploi pour certains, mais, osons le croire, peut-être pas sans espérance.

22 novembre 2020

À lire aussi

Bagarre pour un masque : une allégorie

Cette atroce pandémie qui tue des dizaines de milliards de personnes a au moins le mérite …