Le ministre des Affaires étrangères iranien, qui a assisté à la conférence de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarcande, en Ouzbékistan, a signé, le 15 septembre dernier, des documents d'adhésion clefs afin d'officialiser son entrée dans l'organe de sécurité eurasien dirigé par la Chine et la Russie.

Or, l'Organisation de coopération de Shanghai comprend huit États : la République populaire de Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, l'Inde et le Pakistan. C’est ainsi que l'Iran a dorénavant pris des mesures pour devenir membre à part entière, ce qui pourrait être acté dans un laps de temps assez court.

Hormis les deux pays d'Asie du Sud, l'OCS ressemble de plus en plus aux khanats mongols de la période médiévale dans son étendue géographique. Dans les années 1200-1300, les Mongols occupaient la Chine, l'Iran et les terres d'Asie centrale, ils ont soumis l'État de Moscovie devenu leur vassal.

Pour l’heure, l'Iran et la Russie font l'objet de sanctions financières sévères imposées par les États-Unis et leurs alliés européens. Quant à la Chine, elle a également été menacée de sanctions pour avoir refusé de rompre ses liens avec ces deux pays.

Pour autant, il ne s'agit pas uniquement d'« un mariage d'intérêt », note la chercheuse Alice Ekman, analyste responsable de l'Asie à l'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne (EUISS), citée par le magazine Géo« Il existe beaucoup de points de convergence » entre eux. «La Chine a une lecture assez convergente avec celle de la Russie sur les tensions avec les États-Unis, avec l'OTAN, et ce qu'il considère "l'Occident" au sens large », estime-t-elle. « Ce n'est pas un bloc bien défini, mais on est clairement dans une polarisation du monde. »

Bien que les membres de l'OCS organisent des exercices militaires conjoints, ils ne sont pas vraiment des alliés dans le sens où ils ne se sont pas engagés à se venir en aide en cas d'attaque. L'OCS n'est donc pas une sorte d’OTAN. Elle n'est pas non plus universellement anti-américaine. Le Pakistan est depuis longtemps un allié des États-Unis et les relations de l'Inde avec Washington se sont réchauffées. La plupart des pays en « stan » d'Asie centrale entretiennent également de bonnes relations avec les États-Unis.

Le bloc Russie-Chine-Iran au sein du Conseil de coopération de Shanghai, cependant, apparaît comme un challenger face aux tentatives d'hégémonie américaines.

Dans ce contexte, le ministre des Affaires étrangères iranien Hossein Amir-Abdollahian a tweeté :
« Ce soir, dans la ville historique de Samarcande, j'ai signé avec le Secrétaire général le protocole d'engagement conduisant à l'adhésion permanente de la République islamique d'Iran à l'Organisation de coopération de Shanghai. Nous sommes maintenant entrés dans une nouvelle étape de diverses coopérations économiques, commerciales, de transit, énergétiques, etc. »
De son côté, le Secrétaire général de l'organisation, M. Zhang Ming, a félicité l'Iran pour son adhésion permanente et la signature du document et l'a qualifié de développement important.

La BBC souligne que la télévision d'État russe a consacré beaucoup de temps d'antenne à la réunion de l'Organisation de coopération de Shanghai en Ouzbékistan. Le présentateur russe a d’ailleurs salué l'adhésion de l'Iran à l'organisme , présenté comme une coalition d'États pour qui les États-Unis sont une « menace existentielle ». Cette affirmation mériterait d’être nuancée : ni l'Inde ni le Pakistan ni la plupart des pays d'Asie centrale ne voient les États-Unis sous cet angle.

Par ailleurs, des personnalités de la télévision russe ont également exprimé leur gratitude à l'Iran pour avoir expédié des drones en Russie pour une utilisation dans la guerre d'Ukraine. Le président russe Vladimir Poutine a rencontré le président iranien Ibrahim Raisi en marge du sommet. Lequel a souligné le caractère « stratégique » des relations avec la Russie, ajoutant que « la volonté de l'Iran est de développer des relations stratégiques avec la Russie dans tous les domaines politiques, économiques, commerciaux, aériens et spatiaux ».

Selon l'agence de presse Fars, Ibrahim Raisi a aussi déclaré : « La République islamique d'Iran n'accepte en aucune façon les sanctions contre la Russie et nous ne reconnaissons pas ces sanctions. Nous développerons et renforcerons nos relations commerciales et économiques avec la Russie. Relier les pays sanctionnés par les États-Unis les uns aux autres peut résoudre de nombreux problèmes et les rendre encore plus forts de jour en jour. »

Dans le même temps - hasard du calendrier ou relation de cause à effet -, Téhéran a reculé à la dernière minute alors qu’il était proche d’un accord avec Washington sur ses activités atomiques. Pour mémoire, il s’agissait d’amener la République islamique d’Iran à restreindre drastiquement ses activités nucléaires controversées en échange d'une levée des sanctions américaines à son encontre, afin d’obtenir le retour des deux États dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA), signé en 2015 par l'Iran et les grandes puissances (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni, Allemagne).

Nous assistons bien à ce qu'Emmanuel Dupuy, président de l'Institut Prospective et Securité en Europe (IPSE), appelle une « "orientalisation" des relations internationales ». Autre preuve que les cartes bougent autour de l'OCS : la Turquie d'Erdoğan, pourtant membre de l'OTAN, a officiellement demandé son adhésion.

3274 vues

18 septembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

11 commentaires

  1. Une réussite (une de plus) indiscutable de la politique américaine depuis 40 ans. Non contents d’avoir laissé tomber le shah, il ont flingué Saddam -qui faisait contrepoids- et poussé les Irakiens -majoritairement chiites- dans les bras de l’Iran. Une mention spéciale pour les hébergeurs de Neauphle le Château.

  2. Que personne n’oublie : Que les Etats-Unis ont plus de 700 bases militaires situées tout autour du monde. Que tous ceux qui ne veulent pas suivre « Leurs règles » sont soit l’objet de sanctions économiques et financières draconiennes, soit l’objet de tentatives de changement de gouvernement sous faux drapeau, soit l’objet de déploiement de forces militaires Otanestes et pacifications par tapis de bombes. Quant aux démocraties européennes « faillibles » comme la France, elles ne doivent leurs survies économiques et financières qu’avec l’accord de l’Oncle SAM via leurs différents gouvernements socialisants. Le peuple français ferait bien de se souvenir qu’en Allemagne, il y a de très grosses bases américaines prêtent à défendre les règles de l’Amérique démocrate universelle et le dollar qui lui permet « d’acheter toutes les consciences ». Le nouveau Roi des anglais va sans doute se trouver à choisir entre son Royaume, et son assujettissement aux thèses des Etats Profonds Mondialisés.

  3. L’auteur de cet article a, fort pertinemment, attiré l’attention sur la position ambigue d »Erdogan. En cas d’affrontement OCS/OTAN la Turquie devra affronter une crise schizophrénique…INEDITE !!!!

  4. Outre l’OCS, il existe une autre union, celle des BRICS, qui regroupe Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. Le Monde est en train de se cliver dangereusement, et je crains que nous ne soyions pas dans le bon bloc

    1. Tout à fait d’accord avec votre commentaire, La Russie, évincée des accords et des traités internationaux a créé BRICA, Brésil, Russie, Indes, Chine et Australie, une entende représentant + de 60 % de la population mondiale.

  5. La Perse islamiste s’arrange fort bien des sanctions chinoises contre les Musulmans Ouïgours et autres . Elle demande seulement le droit de respirer que lui conteste Biden .

  6. Le devoir d’ingérence, si cher à notre farfelu d’ex Ministre de tout et du reste, est cause de presque tous les maux de la planète . Le refus de la plupart des pays de se mêler du conflit ukrainien montre assez clairement que ce concept n’a rien de pragmatique et tout de dangereux pour ceux qui l’appliquent .

  7. Comment l’OTAN peut-il encore accepter la présnece turque en son sein ? A moins que la turquie serait le cheval de Troye ?

    1. La Turquie e un avantage majeur pour les Ricains : c’est le pays de l’OTAN le plus proche, géographiquement parlant, de la Russie. A ce titre, elle a droit à plusieurs bases américaines, une pluie de dollars et la bride sur le cou vis à vis de ses voisins.

  8. Pendant ce temps là , Mme Van der Leyen , nous dit que ce n’est pas le moment d’apaiser la situation en Ukraine.
    Les mesures qui selon B LE Maire devaient mettre à genoux la Russie , sont inefficaces. Elles ne font que renforcer la coopération entre la Chine et la Russie. Le nouveau bloc qui se profile en plus de l’Inde , voit arriver l’Iran, qui va sortir ainsi de son isolement. Quand on fait la somme des populations de ce nouveau bloc, on arrive bientôt à la moitié de la population mondiale ! La Russie isolée ?? Maintenant l’Iran …..

    1. Bruno le Rigolo, nous fait encore rire, mais il reste droit dans ses bottes et parle toujours doctement…!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter