Louons ici la sollicitude de Libération qui alerte ses lecteurs sur la menace d'un terrorisme d'extrême-droite. À intervalles réguliers, la vigie du journal croit apercevoir une troupe qui s'avance, et puis non. Fausse alerte.

 

Cette fois-ci, le quotidien de gauche tient une piste : le loup. « Terrorisme d'ultra droite : la menace qui avance à pas de loups ». En tant que « Petit Chaperon rouge » de la sphère médiatique, la rédaction tremble de tous ses membres.

 

« Depuis 2017 », écrit le journaliste, « huit projets d'attentats ont été déjoués. » À ce bilan catastrophique qui fit, en France, un nombre de victimes évalué à zéro, l'auteur de l'article omet d'ajouter l'épisode de la gifle infligée au Président alors qu'il prenait un bain de foule. Marat ne connut pas de destin plus tragique.

 

Pour illustration de l'article, une photo prise dans les locaux de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité (OCLCH). Un homme de dos est au téléphone. Il s'entretient avec Mère-grand. La vieille dame qui vote Macron depuis 1947 n'en mène pas large. L'inspecteur la rassure. Le loup d'ultra-droite ne passera pas. La situation est sous contrôle. Des hommes déguisés en Mélenchon quadrillent le bois.

 

En opposition avec ce scénario à la Charles Perrault, selon Laurent Nuñez, il ne s'agit plus, désormais, de loups solitaires mais d'équipes « qui sont passées de la tentation du terrorisme aux velléités d’action ». Certains seraient sur le point d'y penser. Et le journal de se repaître d'exemples d'individus dérangés et de quelques groupuscules de bras cassés aux projets abracadabrants... N'ayant à se mettre sous la dent que les attentats bien réels ayant eu lieu en , Nouvelle-Zélande et aux USA, l'auteur ne manque pas d'en rappeler les tristes bilans.

 

Au compteur du terrorisme islamique, La Dépêche du midi fait état de 167.000 morts dans le monde depuis 40 ans, dont 317 en France. Caché sous un dinosaure, le chasseur de loup est aux aguets. La bête peut surgir à tout moment.

15530 vues

30 juin 2021

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.