Le mandataire du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) a annoncé, lundi 1er août, engager une plainte pour diffamation à l’encontre du Comité interministériel de prévention de la et de la radicalisation (CIPDR). Le week-end dernier, le compte de communication du secrétariat général du comité interministériel a publié plusieurs tweets au sujet de l’expulsion de l’imam marocain islamiste Hassan Iquioussen. L’association dissoute a été citée comme étant une structure avec laquelle l’imam s’était « affiché ».

Dans ses tweets, le CIPDR a également informé que l’ex-CCIF était « impliqué dans le lynchage numérique ayant mené à la décapitation de Samuel Paty ». La plainte « s’ajoute à plusieurs déposées pour les mêmes raisons », a précisé le mandataire dans un communiqué. Le liquidateur de l’ONG a estimé que l’instance interministérielle « réitère la même fake news initiée par Gérald Darmanin, dans les jours suivant le meurtre de Samuel Paty » et rappelle que les affirmations à ce sujet étaient, selon lui, « complètement fausses ».

Pour l’ex-CCIF, le préjudice « est d’autant plus grave que ce tweet a été publié à l’intérieur d’un thread listant des personnalités, menacées de sur les réseaux sociaux, qui ont fait l’objet, immédiatement après la publication des tweets en question, d’un lynchage numérique fait de racisme, de harcèlement et de menaces ».

2986 vues

3 août 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter