Le maire de Marignane contre « l'islamisation extrême de la France »

Le quotidien La Provence a révélé que le maire de Marignane, Éric Le Dissès, a pris un arrêté anti-burkini, qui sera donc désormais formellement interdit « dans les piscines de Marignane, tout comme le sont déjà les bermudas, les shorts et autres ». Seuls seront autorisés les maillots de bain. L'élu, suppléant actuel du député sortant Éric Diard (LR), « appelle les autres maires de France à ne pas céder aux pressions d'associations pro-burkini qui tentent d'imposer ce qui n'est ni plus ni moins que l'islamisation extrême de la France, que beaucoup de musulmans français ne cautionnent pas ».

Éric Piolle ciblé

Il s'en prend aussi au maire de Grenoble, Éric Piolle, qualifié « d'apôtre de la loi islamique [...] oubliant volontairement que la réglementation des piscines obéit au respect des règles d'hygiène et de normes de sécurité spécifiques garantissant la publique ». Le maire EELV a en effet déclenché une nouvelle polémique cette semaine en faisant voter - d'une courte majorité - l'autorisation du burkini dans les piscines de sa ville.

David Rachline aussi à Fréjus

Le maire RN de Fréjus, David Rachline, a aussi interdit le burkini sur les plages et dans les piscines de sa ville.
Il a lui aussi dénoncé la « dérive » d'Éric Piolle allant « à l’encontre de notre principe républicain fondamental de laïcité ».

21 mai 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.