Sébastien Lecornu, ministre des Armées, s’est indigné officiellement du mauvais traitement de nos troupes françaises au Mali dans le film Black Panther, Wakanda Forever, de Ryan Coogler, situé en Afrique subsaharienne : « Je condamne fermement cette représentation mensongère et trompeuse de nos forces armées. Je pense et rends hommage aux 58 soldats français qui sont morts en défendant le Mali à sa demande face aux groupes terroristes islamistes. » On notera que le scandale avait tout d’abord été évoqué en ces lignes et que le ministre a retweeté l’article en question.

L'occasion d'évoquer le soft power américain et les liaisons plus qu’incestueuses liant armée américaine, Maison-Blanche et industrie hollywoodienne. Ainsi n’est-il pas besoin de creuser bien loin pour savoir que les trois sont liés depuis au moins… 1915, année durant laquelle l’administration américaine prêta main forte au fameux Naissance d’une nation de David W. Griffith. Ode à l’Amérique éternelle – éternité relative, car datant alors d’à peine plus d’un siècle – et qui, aujourd’hui, ne passerait plus la rampe médiatique, puisqu’en partie viril plaidoyer pour le Ku Klux Klan.

Quant au tropisme antifrançais pratiqué à Hollywood, il est aussi de notoriété publique depuis belle lurette. La preuve par le western, seul genre cinématographique spécifiquement américain. Certes, les interactions guerrières entre France et USA ont toujours été circonscrites à la présence française au Mexique, du temps de Napoléon III. Mais la puissante Amérique n’aime guère qu’on vienne la chatouiller dans sa chasse gardée (doctrine Monroe oblige), et encore moins à ses proches frontières. D’où plusieurs films dans lesquels la vérité oblige à dire que les troupes du Second Empire n’ont pas exactement le beau rôle : Vera Cruz (1954), de Robert Aldrich, Major Dundee (1965), de Sam Peckinpah, et Sierra Torride (1970), de Don Siegel. Là, des officiers français, délicats et parfumés, qui jouent du piano tandis qu’on torture dans la pièce d’à côté, font la preuve de toute leur ancestrale duplicité, alors que leurs homologues yankee sont présentés en libérateurs de l’Amérique latine. T’as qu’à croire.

Depuis, rien n’a changé, les méchants dépeints par Hollywood continuant de s’adapter à la politique de Washington. Pierre Conesa, auteur du passionnant essai Hollywar : Hollywood, arme de propagande massive, nous en dit plus sur le sujet : « Les 2.700 westerns, les 1.500 films représentant le Mexicain comme un personnage transpirant au rire sardonique ou les 100 films consacrés au Jaune cruel, avant de laisser la place au Japonais, au Coréen puis au Chinois aujourd’hui. […] Les Français y ont eu droit aussi, pendant le French bashing. Aujourd’hui, l’ennemi est « »l’arabo-irano-terroristo-nucléaro-musulman ». C’est l’ennemi « busho-trumpien » ! »

Pourtant, le méchant Français continue de tenir son rang. Qu’on en juge aux grands succès américains de ces décennies dernières :

Vincent Cassel, salaud emblématique du Black Swan (2010), de Darren Aronovski, et rempilant dans Ocean’s Twelve (2004) et Ocean’s Thirteen (2007), tous deux signés de Steven Soderbergh et dans lesquels il prête ses traits à une ordure des plus suaves.

Puis Jean Reno, dans Mission impossible (1996), de Brian de Palma. Ensuite, la saga bondienne : Sophie Marceau dans Le monde ne suffit pas (1999), de Michael Apted, et Mathieu Almaric dans Quantum Of Solace (2008), de Marc Foster. D’ailleurs, quand Ian Fleming nommait le grand organisateur du Mal régnant sur la planète, ne l’appelait-il pas, in French please, le Chiffre ? Idem pour la saga Harry Potter, l’incarnation maléfique répondant au doux nom de « Voldemort », in French once again, if you don’t mind.

Pour finir, ajoutons encore Lambert Wilson, autre génie méphistophélique au fort accent français et fumeur de surcroît, finement surnommé « le Mérovingien », dans la trilogie des Matrix (de 1999 à 2003), filmée par les frères Wachowski, devenus sœurs après opération « transgenresque ». Et n’oublions pas, même dans un genre éminemment populaire, Indiana Jones et Les Aventuriers de l’arche perdue (1981), de Steven Spielberg, où le vilain allié des nazis est encore un Français : l’infâme René Belloq, même si interprété par un Anglais, Paul Freeman. Dommage que la place nous manque pour continuer cette énumération sans fin.

5134 vues

15 février 2023

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

18 commentaires

  1. J’oubliais « Godzilla » avec Jean Reno à la tête d’une équipe de neus-neus français (dans la représentation américaine) du service action de la DGSE, ayant pour mission de détruire ce monstre né par suite, vous l’aurez deviné, de nos essais nucléaire dans le Pacifique…

  2. Vous pouvez rajouter à votre liste le nouveau « John Wick : chapitre 4 » dans lequel le nouveau méchant s’appelle « Marquis de Gramont »…

  3. La population « américaine » est dans sa grande majorité allemande, britannique et la minorité française était plutôt en Nouvelle Orléans. L’ennemi héréditaire de la France reste et sera toujours l’Angleterre et l’Allemagne qui comme l’avait très bien remarqué Richelieu ont soit des propensions expansions maritimes ou continentales mais pas les deux. Hors, la France est tenue de se battre sur ces deux fronts. Ce que les rois avaient compris nombre de leurs remplaçants ne l’ont toujours pas intégré et si Napoléon a préféré abandonner l’Amérique, c’est que toute l’Europe s’était liée contre la France.

  4. N’oubliez pas Cette bonne Mademoiselle Bouvier ,épouse Kennedy qui n’aimait pas non plus les Français, qui eu bavaient d’admiration devant cette bonne jacqueline . M’est-ce pas un avantage finalement ? du genre « qui s’y frotte s’y pique « .

  5. Cette constante anti-française est sans doute du à une confusion sur le sens des mots. Il semblerait qu’en américain, le mot « allied » devrait plutôt se traduire par « domestique ». On en retrouve un parfait exemple avec toute l’incompréhension et la frustration qu’ils nous ont montrées face à la politique du Général de Gaulle.

  6. Et dire que la France de Louis XVI s’est ruinée pour financer la guerre d’indépendance des USA, entraînant les États généraux de 1789 et leur suite désastreuse, la révolution française. Voilà la reconnaissance des américains d’aujourd’hui avec son « french bashing ».

  7. Il se dit qu’une majorité d’américains détesteraient les français qui par contre ne le leurs rendent pas mais ça pourrait tourner si les événements à l’Est virent au vinaigre sous l’impulsion de ces mêmes …

  8. La France est le pays de l’UE qui compte le plus de musulmans dans sa population , ils viennent en nombre avec l’immigration légale et illégale attirés par nos aides généreuses , et ensuite bon nombre partent en Angleterre , au Canada et aux Etats Unis.

    1. Malheureusement bon nombre de ces migrants ne partent pas pour les Etats-Unis,ce « grand pays démocratique et donneur de leçons »,est fort exigeant en matière d’immigration .

  9. La France pour les Etats Unis n’a qu’un intérêt touristique , pour le reste nous avons été , depuis de Gaulle , assez peu franc du collier , assez peu soumis à l’Oncle Sam.

  10. Doit-on faire observer à Monsieur Lecornu qu’ils est,au même titre que les mollassons de pratiquement TOUS les gouvernements depuis plus de 40 ans,en partie responsable de ces inepties hollywoodiennes?
    La culture »woke »,bénie par nos dirigeants est entrée dans le ventre mou qu’est la France avec d’autant plus de facilité qu’elle bénéficie de la complicité ACTIVE d’un grand nombre de ministres!
    Cela donne lieu à tous les excès qui en découlent!Et ça ne fait que commencer!
    Alors,au lieu de se préoccuper de C8,il y a d’autres urgences!

  11. Heureusement, les militaires américains reconnaissent encore, malgré ce bourrage de crâne, la valeur de leurs homologues français… Notamment l’US Navy, qui pour travailler souvent avec la Marine Nationale, reconnaît que malgré un matériel viellissant ou pas toujours adapté, et surtout échantillonaire, budgets indigents obligent, les résultats de nos Marins sont la plupart du temps bien supérieur aux leurs…
    C’est aussi ça représenter le pavillon.

  12. et les pseudo artiste français style Omar Sy se complaise. là bas pour ne pas payer d’impôt en France

    1. Quand on voit qu’au Box Office français, Black Panther affiche 3 656 138 entrées, il ne faut pas se nourrir d’illusions quant au boycott. (désolé pour tous ces anglicismes, je ferai mieux la prochaine fois)

  13. Laissons faire : il faut bien que les States qui n’ont gagné de guerre qu’en Irak depuis celle perdue de Corée trouvent ailleurs un bouc émissaire , surtout après la honteuse déconfiture de Biden se sauvant de Kaboul dont Obama avait dit faire le combat de sa Présidence nobellisée dès qu’il s’annonçât candidat.

  14. Vous croyez encore que ce n’est qu’une caste minoritaire ? Leur seul objectif est de piller au maximum toute l’Europe. Cela n’a pas fonctionné dans les pays de l’Afrique du nord moins stupides que les Européens, seul barrage à l’hégémonie de tous ces mafieux des USA ce sont les Russes alors il faut tout faire pour dresser toute l »Europe contre eux et à nous la bonne monnaie. L’Europe est vide de toute idéologie même leurs cultures foutent le camps au profit des Mc DO et des Mc Kinsey qui y cultivent un régime de fainéants et d’assistés pour mieux les plumer. Et cela fonctionne car tous ces idiots sont persuadés que l’assistanat peut fonctionner longtemps.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter