Après une semaine de tractations ponctuées de coups de théâtre, les Marseillais connaissent enfin le nom de leur maire.

L’écologiste Michèle Rubirola, 63 ans, médecin dans les quartiers populaires et candidate du Printemps marseillais, liste d’union de la gauche, a été élue, samedi 4 juillet, maire de par le conseil municipal. Elle succède, ainsi, à Jean-Claude Gaudin, qui ne se représentait pas, après 25 années passées à la tête de la cité phocéenne, deuxième ville de France.

Un troisième tour dans une ambiance électrique

En fin de matinée, Michèle Rubirola est arrivée en tête devant le LR Guy Tessier, à l’issue du premier tour de vote, et a fait le plein de ses voix (42 bulletins sur 101), arrivant en troisième position avec 8 voix. Mais elle n’a pas obtenu la majorité absolue. Un deuxième tour a donc été nécessaire, après une suspension de séance de 3 heures, permettant d’intenses tractations en coulisse, jusqu’au « coup de tonnerre » du retrait de la candidature Samia Ghali (La Provence).

Revirement de Samia Ghali qui soutient Michèle Rubirola

Samia Ghali, , apporte finalement son soutien à la candidate EELV : « J’ai décidé de ne pas présenter ma candidature et d’apporter mon soutien à Michèle Rubirola », a déclaré la sénatrice des quartiers nord, à la reprise de la séance, après le déjeuner. Avec ses 9 voix (2,89 % des voix sur la ville), celle qui, quelques heures auparavant, négociait encore avec les LR permet donc à la candidate de l’union de la gauche et des écologistes de remporter la majorité absolue (51 voix sur 92 conseillers, le RN s’étant abstenu).

« Des marchandages immondes », selon les élus RN

Les élus RN n’ont pas pris part au vote : « Nous ne présenterons pas de candidat, nous ne participerons pas au vote […], nous laissons les magouilleurs, les marchands de tapis et ceux qui confisquent la démocratie, nous vous laissons entre vous », a expliqué Stéphane Ravier, tête de liste du Rassemblement national (19,80 %), dénonçant « les marchandages immondes entre politiciens véreux ».

À lire aussi

Un homme armé et criant « Allah Akbar » interpellé en Isère

Possédant un couteau et un bâton, l’individu s’est rebellé à l’arrivée des gendarmes. …