Depuis des semaines, Marine Le Pen entretient le suspense quant à un possible vote en faveur de la motion de censure de la NUPES. Voilà qui est arrivé hier au Parlement, fort bien relaté par Georges Michel.

De fait, ce revirement calculé a pris de court le microcosme parlementaire. Jeu d’échecs ou de billard ? Les deux, mon général : d’un côté le grand roque et de l’autre le coup à trois bandes. Le premier consiste à se trouver là où on ne l’attend pas ; le second à couper l’herbe sous le pied de ses deux concurrents, NUPES et, surtout, LR.

Ainsi ce vote impromptu permet-il de faire passer les députés mélenchonistes pour de timides opposants au pouvoir macroniste en place, acceptant les voix du sur sa motion de censure mais refusant de porter les siennes sur son équivalent lepéniste. Le parti mélenchoniste est désormais pris en tenailles.

Mais c’est du côté des Républicains que les vents mauvais soufflent, tel qu’en témoigne ce tweet de Marine Le Pen : « Les motions de censure n’ont pas reçu de majorité pour être votées. Le gouvernement peut remercier les Républicains qui n’ont pas souhaité les voter. Ils n’ont même pas jugé bon d’en déposer une. Désormais, il n’y a plus aucun doute : ils sont les alliés d’Emmanuel Macron. »

Tout cela est pourtant parfaitement logique et ceux qui entendent militer pour une « vraie droite » afin de mieux stigmatiser une « fausse droite » seraient bien inspirés de réviser leurs classiques. Car il n’y a pas de « vraie » ou de « fausse » droite : il y a seulement « trois droites », assez bien théorisées par l’académicien René Rémond dans Les Droites en France (Aubier-Montaigne), essai publié en 1954 et, depuis, remis à jour à de nombreuses reprises. À l’en lire, la droite légitimiste, royaliste et contre-révolutionnaire, n’est plus. La droite d’obédience bonapartiste, sociale et référendaire, n’a survécu au RPR de Jacques Chirac et à son « travaillisme à la française » qu’en se refaisant la cerise au RN. Quant à la troisième, dite « droite orléaniste » ou « d’affaires », elle est au pouvoir depuis bien longtemps : Emmanuel Macron en est l’emblématique représentant et les ultimes rogatons de LR ses fidèles servants.

Et c’est en ce sens que Marine Le Pen fait preuve d’un indéniable instinct politique en mettant libéraux et en face de leurs propres contradictions. Libéral ou conservateur ? Il faut choisir. On peut être l’un ou l’autre, mais pas les deux à la fois. Entre les ancestrales lois de l’enracinement et celles du marché, il y a contradiction de fond. On ne saurait négocier les unes, tandis que les autres, par nature, fluctuent au gré de l’air du temps.

D’où cette frange libérale des Républicains partie du côté d’Emmanuel Macron, là où tant d’autres de leurs anciens amis politiques ont déjà demandé refuge. Cette autre sensibilité conservatrice les conduit dans un autre mur. Les voilà condamnés à mêler leurs voix à celles du Rassemblement national, ce qu’ils ne peuvent admettre, ou à tout renier, histoire de conserver leurs derniers mandats. Le très charismatique trio formé par Bruno Retailleau, Éric Ciotti et Laurent Wauquiez n’est pas près de résoudre cette infernale équation.

En d’autres termes, les moutons LR rentrent au bercail et l’époux de Carla Bruni, autre « libéral-conservateur », est leur berger. Quel joli troupeau de canards sans tête…

4147 vues

25 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

29 commentaires

  1. « Libéral ou conservateur ? Il faut choisir. » dites vous? ben non, pourquoi être aussi simpliste? Perso, je suis pour une droite libérale sur le plan économique mais conservatrice sur le plan des moeurs, de la culture etc…. cette droite est représentée par FX Bellamy qui se bat courageusement contre l’islamisme à Bruxelles . Il n’est ni RN ni NUPES mais bien LR!… d’ailleurs, comment peut on faire cause commune ( même ponctuellement) avec le parti islamo gauchiste qu’est la NUPES?

  2. Et la France dans tout ça ? Au delà des murs de l’hémicycle où est censé battre le coeur de la république, au-delà de toutes ces tambouilles politiciennes assaisonnées copieusement d’hypocrisie et de lâcheté, le peuple français souffre de tous les maux d’un pays ensauvage et en décadence. Il serait temps que ces politiciens soient en face de leurs responsabilités et non de leurs contradictions et du triste spectacle qu’ils donnent.

  3. Le parti LR est une contrefacon , tant qu’il existera il servira de béquille électorale au parti socialiste , il sera un obstacle á l’alternance politique … il doit être dissous

  4. Pardon Mr Gauthier, mais je pense que vous vous trompez d’analyse. Les LR voient plus loin que le bout de leur nez. Faire sauter le gouvernement maintenant n’aurait pas de sens. Si la motion avait été votée, que ce serait-il passé ? Un nouveau premier ministre aurait été nommé. Et en supposant (ce qui n’est pas garanti) qu’il aurait été LR, soit il était déjà « macron compatible », et alors on aurait eu un copié-collé du gouvernement précédent, soit il aurait été de la partie droite de LR, et alors ce ministre (et tous ceux qu’il aurait nommés) auraient d’abord été grillés pour 2027, et avec eux, l’ensemble de la droite pour 2027. Car une vraie droite au pouvoir ne pourra se faire sans un minimum d’entente entre LR, Reconquête, et au moins une partie du RN. Donc pour LR, le mieux à faire est de peser le plus possible sur les amendements, de rebâtir quelque chose qui tienne debout, et être fin prête pour 2027.

  5. A propos de L.R., on attend toujours que Ciotti rejoigne Zemmour. Je n’y ai pas cru. Je l’espérais, mais pas cru….
    A mon avis, L.R., que je rappelle est arrivé derrière Reconquête à l’élection présidentielle, mais par son ancienneté, son ancrage, son maillage en communes, a sauvé des Députés, soit pour certains Sarkozystes s’accrochent aux Macronistes, et d’autres sans doute prendront la Liberté.
    L’Objectif de Toutes et Tous sont les U.E. de 2024…..Espérons que là les Droites soient majoritaires….et Reconquête déjà présent par ceux des Députés U E qui ont dit leur sensibilité, doit y gagner des Députés….

  6. Bravo au RN fidèle à son optique de contrer Macron ;
    Quant aux LR , ils se caricaturisent de jours en jours : traitrise , bêtise , lâcheté ;on voit le résultat , ce parti est moribond

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter