Le plan d’Israël pour éliminer les chefs du Hamas cachés à l’étranger

hamas

Lors d’une conférence de presse, le 22 novembre dernier, Benyamin Netanyahou a rappelé les objectifs de guerre de son gouvernement : « Éliminer le Hamas, libérer [les] otages et faire en sorte qu'après la disparition du Hamas, Gaza ne constitue plus une menace pour Israël. »

Dans un contexte de fortes pressions internationales et de tensions intérieures attisées par les inquiétudes quant au sort des otages, le Premier ministre israélien a insisté auprès de ses concitoyens sur le fait que la guerre allait continuer jusqu’à ce que ces objectifs soient atteints.

La traque des responsables du 7 octobre

Une guerre conventionnelle menée dans l'enclave palestinienne mais aussi une guerre de l'ombre déployée à l'étranger, comme l'a révélé de façon surprenante Netanyahou. « J'ai donné l'ordre au Mossad [service de renseignement israélien] d'agir contre les chefs du Hamas où qu'ils se trouvent », a-t-il déclaré lors d’un échange avec un journaliste.

« Ils vivent en sursis », a affirmé, de son côté, Yoav Gallant, le ministre de la Défense. « La lutte est mondiale, a-t-il ajouté : « depuis les tireurs sur le terrain jusqu’à ceux qui profitent d’avions de luxe pendant que leurs émissaires agissent contre les femmes et les enfants, ils sont voués à la mort. »

La planification d’une campagne d’assassinats ciblés a été récemment confirmée au Wall Street Journal par des responsables israéliens. « Sous les ordres du Premier ministre Benyamin Netanyahou, les principales agences d'espionnage israéliennes travaillent sur des plans visant à traquer les dirigeants du Hamas vivant au Liban, en Turquie et au Qatar », ont-ils indiqué.

Des opérations différées

Des opérations qui seraient, pour le moment, différées afin de ne pas perturber les négociations visant à faire libérer les personnes retenues en otage par le Hamas. Le Qatar joue, en effet, un rôle central de médiateur dans ce processus.

La traque devrait donc commencer lorsque prendra fin la guerre dans la bande de Gaza, à en croire les responsables israéliens interrogés par le journal américain. Une opération qui aura pour objectif de faire payer les auteurs des crimes abominables du 7 octobre, mais aussi de prévenir de nouveaux massacres.

Ghazi Hamad, membre du Bureau politique du Hamas, dans une interview accordée le 24 octobre à la télévision libanaise, a été très clair quant aux intentions du mouvement terroriste : « Nous devons donner une leçon à Israël, a-t-il déclaré, et nous le ferons encore et encore. Le déluge d'Al-Aqsa [l’attaque du 7 octobre] n'est que la première fois, et il y en aura une deuxième, une troisième, une quatrième, parce que nous avons la détermination, la résolution, et les capacités de combattre. Devrons-nous payer un prix ? Oui, et nous sommes prêts à le payer. Nous sommes appelés une nation de martyrs, et nous sommes fiers de sacrifier des martyrs. »

« Lève-toi et tue le premier »

« Face à celui qui vient te tuer, lève-toi et tue le premier », énonce un verset du Talmud. Une citation dont s’est inspiré le journaliste Ronen Bergman pour le titre de son livre-enquête consacré à l’histoire de la politique d’assassinats ciblés menée par l’État d’Israël depuis sa création. Lors d’une conférence donnée en 2020 au musée d’Art et d’Histoire du judaïsme à Paris, l’auteur déclarait que l’on ne pouvait pas comprendre la vision sécuritaire d’Israël sans partir de la Shoah.

Les leçons retenues, après-guerre, par les fondateurs de l'État hébreu, expliquait-il, étaient qu’il y aurait toujours quelqu’un qui souhaiterait recommencer une autre Shoah. L’autre leçon était : « Les autres ne nous aideront pas. » Il fallait donc qu’il y ait un refuge. Et être prêt à le défendre à tout prix. Avec cela à l’esprit, et la conscience qu’à chaque décennie des adversaires se présentaient pour recommencer et éradiquer l’État d’Israël, on pouvait mieux comprendre cette dernière leçon qui disait : « Celui qui vient te tuer, lève-toi et tue-le le premier. »

Israël n’est bien entendu pas le seul État démocratique à pratiquer une politique d’assassinats ciblés. On se souvient du raid mené en 2011 par des commandos américains infiltrés au Pakistan pour liquider Oussama ben Laden. Dans Les Tueurs de la République, le journaliste Vincent Nouzille a raconté, de De Gaulle à Macron, les opérations conduites par la France pour régler ses comptes. Il n’en demeure pas moins qu’Israël détient, d’après les estimations de Ronen Bergman, un record avec plus de 2.700 opérations d’assassinats ciblés.

L’une des plus célèbres est l’opération Colère de Dieu qui a suivi la prise d’otages puis l’assassinat de onze athlètes israéliens par le commando palestinien Septembre noir, en 1972, lors des Jeux olympiques de Munich. Le Premier ministre de l’époque, Golda Meir, avait autorisé l'unité d’élite du Mossad « Kidon » (« baïonnette », en hébreu) à traquer tous les terroristes impliqués dans l'attaque non seulement dans des pays hostiles, comme le Liban ou la Syrie, mais aussi en Europe.

Cinquante ans plus tard, Israël est toujours confronté au terrorisme mais son message reste le même : où qu’il soit et quel que soit le temps nécessaire pour l’atteindre, celui qui verse le sang de ses concitoyens finira par en payer le prix.

Frédéric Martin-Lassez
Frédéric Martin-Lassez
Chroniqueur à BV, juriste

Vos commentaires

41 commentaires

  1. A l’inverse du gouvernement israélien qui défend ses sujets, le gouvernement français laisse massacrer ses sujets et leur interdit de réagir.

  2. que les Israéliens continuent le démentellent du Hamas comme l’ont fait les Klarsfeld avec les nazis ,les poursuivre jusqu’aux derniers et les éliminer !

  3. Sachant que se joue l’avenir et la survie de l’occident en Israël, les USA et l’Europe devraient se lever comme un seul homme pour aider ce petit pays à se défendre et défendre la démocratie. Or c’es, hélas, tout le contraire qui se passe en continuant à déverser des milliards d’euros et de dollars à Gaza pour, soi-disant aider les Palestiniens et qui en réalité servent au hamas qui en profite pour s’armer de plus belle. Et le Biden de jouer les petites filles apeurées en agitant le spectre des victimes innocentes face aux frappes de Tsahal ! Se souvient-il de l’Irak ? de la Syrie, plus loin de nous se souvient ‘il des bombardements qui ont détruit la Normandie avec ses habitants ? se souvient-il des villes allemandes ensevelies sous les bombes avec les civils à l’intérieur ? Plus loin encore, se souvient-il des deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki qui, encore aujourd’hui, font des victimes ? Ah, mais oui, mais « c’est bien vrai « , comme aurait dit Raymond Souplex, « c’était pour la bonne cause ». Pour les Israéliens ce n’est jamais pour la bonne cause et cela depuis …. 1947 !! Tous pourris ces hommes d’états.

  4. Oui, régler la question du Hamas. Ensuite contraindre par la force les colons à quitter la Cisjordanie. Enfin, rayer de la carte le Qatar dont la perte du gaz, du Crillon et d’une équipe de foot, ne nous empêchera pas de manger notre soupe, même si elle est moins chaude.

    • Oui, sauf que tout le personnel politique corrompu par l’argent du Quatar se fout totalement de l’intérêt général. Et tout ces gens, habitués à aller partout où la soupe est bonne, ne sont absolument pas disposés à la manger moins chaude.

  5. Nous espérons sincèrement qu’ISRAËL atteindra son objectif car l’avenir de toute l’Europe en dépend.

    • C’est une guerre de civilisation qui s’attaque à nos démocraties, à nos modes de vie, à nos libertés . Israël doit se défendre par tous les moyens possibles afin qu’il n’y ait plus de « 7 octobre ».

  6. Ils ont raison pas de pitié avec les agresseurs, nous on fait tout l inverse en France , non seulement ils nous tuent mais en plus on leur trouve des excuses psychiatriques et si l on manifeste notre colère , on nous traite de fashos d extrême droite et ils nous jette en taule sans procès

  7. On ferait bien d’en faire autant avec les assassins qui agissent sur notre sol, plutôt que de leur offrir un showavec des procès à grand spectacle.

    • Pour cela il faudrait que l’on ait des « hommes » à la tête de l’état et non des freluquets vaniteux et incompétents.

    • C’est ce que je dis depuis bien longtemps, il faut former des brigades d’état secrètes et éliminer les prêcheurs de haine envers l’occident ainsi que les gros bonnets de la drogue.

    • certains ont bien réussi à le faire avec Coluche et Balavoine (qui était aux manettes à l’époque ?). Il n’y a pas à tergiverser : la meilleure défense, c’est l’attaque.

  8. C’est une lutte à mort qui a été décrétée par le Hamas et l’Iran à Israël. Ce décret-fatwa ne date pas d’hier. On se souvient du président iranien Ahmédinejad qui appelait publiquement à rayer Israêl de la carte. Pour Israêl, il n’y a qu’une seule alernative : La vie ou la mort. Israël n’acceptera jamais de se laisser détrure sans combattre. C’est le serment de tous les Israéliens. Il n’y a que les gens comme Macron qui ne le comprennent pas. C’est d’autant plus idiot de sa part que les Français ont fini par comprendre que pour eux, c’était la même chose.

  9.  » où qu’il soit et quel que soit le temps nécessaire pour l’atteindre, celui qui verse le sang de ses concitoyens finira par en payer le prix « . Soutien total à Israël .

    • Ma Chère ; Vous attendez que tous les Français meurent sous les couteaux? Avant de réagir? Plus facile de sortir de chez toi, en Israël, que en France.

  10. La traque des anciens dans le Monde entier des années après la fin de la seconde guerre mondiale démontre la détermination du Mossad et du peuple israélien… courage qui manque aux gouvernants français de nos jours

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois