C’est un marronnier, et des plus classiques : lorsqu’un pontificat semble approcher de sa fin, à cause de l’âge du pape ou de sa maladie, le petit monde des vaticanistes ne tarit plus de prédictions plus ou moins loufoques. Conciliabules, émergence de papabili, rencontres de prélats dans le borgo aux portes du , luttes de clans et jeux diplomatiques : tout se déchaîne.

Depuis quelques jours, dans la presse italienne, anglo-saxonne et maintenant française, avec notamment un article du Point, on évoque une démission du . Le précédent de Benoît XVI, tout proche, fait considérer a priori cette hypothèse comme plausible.

Dès l’été 2021, des rumeurs circulaient sur une possible démission du pape François, après que le Saint-Père avait subi une opération du côlon assez délicate. Ce qui ne l’a pas empêché d’aller en Hongrie et en Slovaquie dès le mois de septembre 2021, à Chypre et en en décembre et, enfin, à Malte en avril 2022.

En revanche, le voyage au Liban prévu en juin a été reporté, mais aussi, nous apprend aujourd’hui Matteo Bruni, directeur du bureau de presse du Saint-Siège, celui qu’il devait effectuer en juillet au Sud-Soudan et en République démocratique du Congo, pour ne pas « annuler les résultats des thérapies du genou encore en cours » ( News).

Il est vrai que le se déplace aujourd’hui en fauteuil roulant à cause d’un problème persistant et douloureux au genou, ce qui est pour lui, de son propre aveu, une grande humiliation. Rappelons tout de même que François a 85 ans, et travaille à un rythme soutenu.

Autant de signaux de « basse intensité » qui montrent, à tout le moins, que le pontificat du n’est plus dans sa phase dynamique et réformatrice, voire révolutionnaire. Va-t-il pour autant lâcher les rênes et abdiquer sa charge ?

Certes, il a convoqué pour le 27 août prochain un consistoire où 21 nouveau cardinaux seront créés. Une date étonnante, les consistoires ayant lieu généralement en février, juin ou novembre. Dans cette « fournée » de cardinaux, beaucoup sont issus des périphéries chères au pape François, peu sont européens, et cela confirme « la ligne suivie par François depuis le début de son pontificat : hormis les préfets des dicastères pour le Culte divin et pour le Clergé et le président du Gouvernorat, les treize autres noms des cardinaux électeurs étaient beaucoup moins prévisibles. Une nouvelle donc, le pape choisit d'associer le collège des cardinaux à des évêques en provenance du monde entier, favorisant les périphéries, laissant de côté des sièges qui étaient autrefois traditionnellement pourvus par des cardinaux », dixit Andrea Tornielli, une des voix officielles du Saint-Siège.

Le a-t-il voulu ainsi accélérer les choses ? Une chose est sûre : il a modelé le prochain conclave à son image et à sa ressemblance, bien plus que Jean-Paul II et Benoît XVI ne l’avaient fait : 52 cardinaux ont été créés par Jean-Paul II (il en reste 11 électeurs), 64 par Benoît XVI, dont 38 ont moins de 80 ans, c’est-à-dire qu’ils sont électeurs, et 113 par le pape François, en 9 ans de pontificat. Ainsi, sur les 132 cardinaux électeurs que comptera le Sacré Collège après le consistoire, 83 le seront du fait de François (Sources News).

Pour certains, la vieillesse, la dégradation de son état de santé et ce consistoire « surprise » sont autant de signes que le pape songerait donc à démissionner. Ce serait un coup de tonnerre, un coup d’éclat comme il en est coutumier. Y aurait-il alors deux papes émérites au Vatican, en plus d’un troisième, régnant ? Cela ajouterait à la grande confusion, au grand chambardement qui ont souvent été les modes de fonctionnement de ce pontificat. Ce serait, objectivement, une rupture institutionnelle majeure.

Mais cela est-il vraiment dans son caractère ? Depuis son élection en 2013, le pape, vrai patron, « s'occupe de tout dans la vie du Vatican, et dans le détail. Il n'hésite pas à trancher, à écarter parfois ceux qui ne sont pas dans sa ligne et sans prendre de gants. Il veut avancer. Il veut réformer. Cela n'apaise pas les relations. Le sentiment de crainte est courant alors que la confiance devrait régner même sous un régime de dynamique réformatrice », explique Jean-Marie Guénois, dans Le Figaro.

Curieusement, d’ailleurs, sa volonté d’aller vers toujours plus de synodalité s’oppose… à son propre caractère, à cette « autorité autoritaire » décrite par l’excellent Guénois.

Trait de caractère qui ne s’exerce pas sans brutalité, on l’a vu avec le motu proprio Traditionis custodes, mais plus récemment avec les ordinations suspendues à Toulon. Quant à la réforme de la Curie, la cinquième en 2000 ans d’existence de l’Église, entrée en vigueur le jour de la Pentecôte, elle suscite de nombreuse résistances internes. On imagine mal le partir sans avoir affronté, et dominé, toutes ces résistances internes. Ni sans avoir, le plus activement possible, joué de sa médiation dans l’affaire ukrainienne.

Mais il est vrai, aussi, que l’autre trait de caractère saillant du pape est son tempérament... totalement imprévisible !

5690 vues

11 juin 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

53 commentaires

  1. Il sait qu’il est le dernier sur la liste de Nostradamus. Et il ne veut pas porter le fardeau de la chute de l’Eglise de Rome, prévue dans l’Apocalypse. Alors, il tente de forcer la Mère de Dieu » a ne pas appliquer le troisième secret de Fatima, que ses 4 prédécesseurs auraient du nous « révéler ». Alors, attendons la fin de la guerre en Ukraine et l’utilisation des atomes hypersoniques pour effacer le mal américano-sioniste, sinon 2027 sera la fin réelle du Monde terrien.

  2. Mgr. Bergoglio n’a pas besoin de démissionner car il n’existe pas en tant que pape ! Benoît XVI n’a jamais abandonné le « munus » qui lui a été donné par Dieu en tant que pape légitime. Le munus ne peut pas se transmettre, un seul pape peut l’avoir. Benoît XVI a dit très clairement (pour qui voulait bien l’entendre) qu’il était empêché de gouverner, de pratiquer le « ministerium ». Il s’est mis en auto-exil à l’intérieur du Vatican car il est en situation de « siège empêché » (can. 412), mais il

  3. Ce serait sa meilleure décision pour ce qu’il reste de l’église catholique.Rendez nous Benoît 16 .

  4. L’oligarchie globaliste a installé macron pour détruire la nation française et le pape François pour détruire le catholicisme…..et il a pas encore fini le boulot .

  5. Qu’il s’en aille vite..vite..vite ….un imposteur qui a massacré l’église catholique au moment ou celle ci se fait  »égorger » par l’islam !

  6. Au nom de l’oecuménisme, ils pourraient bien élire un musulman à leur tête ! C’est évidemment une boutade, mais pas grand chose peut nous étonner de la part de cette institution pathétique dans son souci d’être en phase avec les dernières élucubrations du moment. Nous vivons une époque charnière, où des empires et des religions vont disparaitre si elles ne tiennent pas le bon cap. Etre ancré dans le passé aide parfois à regarder dans la bonne direction. Le renier favorise la confusion …

  7. Excellente idée qu’il parte tout de suite et qu’il évite de faire élire un des siens. Rien de saint chez lui.

  8. Cette religion devient détestable ,je me reconnais plus avec eux ce pape a finit de la détruire .

  9. Un cardinal africain, au courant des problèmes de l’islamisation et soutenant pleinement les catholiques dans le monde est pour moi une espérance, En plus, les médias seraient fous de joie, imaginez-les annoncer « un premier pape noir » ! Mais ils déchanteraient vite….

  10. doit-il démissionner ou faut-il le démissionner ???
    L’un ou l’autre mon capitaine, l’église ne gardera pas un bon souvenir de ce personnage qui aura activement participé au naufrage de ceux qu’il prétend représenter.

  11. Je suis surpris que l’on ne puisse pas soigner ce pauvre pape François, d’autant qu’il n’est pas si vieux que ça ! Et oui, s’il démissionne, normalement il ne devrait plus avoir de pape après lui ! Voir l’explication de Saint Paul Hors les Murs à Rome.

  12. C’est la meilleure chose qu’il ferait en démissionnant…pour la plus grande satisfaction de la chrétienté.

  13. Pour reprendre les guignols de l’Info de la belle époque, quel pape la « World Company » va-t-elle nous imposer maintenant (celui-là étant apparemment usé) ?

  14. Qu’il démissionne , et le plus vite sera le mieux .
    Qu’-t-il fait ? sinon détruire la religion catholique .

  15. Comme nos politicards, ce pape n’est pas là pour servir mais pour se servir, peut-être matériellement mais surtout pour faire gober son idéologie personnelle au peuple catholique ! Et après moi, le déluge …

  16. Je ne suis pas croyante, mais je souhaite que le prochain pape arrive bientôt et s’occupe enfin de défendre nos racines judéo-chrétiennes et de la protection des chrétiens d’Orient.

    1. Pour moi CE PAPE ne défend pas le Catholicisme. Comment voulez vous qu’IL INTERVIENNE pour NOS Chrétiens d’Orient…..qui subissent la Haine INHUMAINE et la Barbarie des Islamistes

  17. Ce serait une bonne nouvelle….car il est vraiment très antipathique .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter