La cour d'appel de Paris a statué, mercredi 16 février, condamnant Idriss Sihamedi (de son vrai nom Driss Yemmou) à une amende de 3.000 euros pour injures racistes, rapporte Le Monde

Idriss Sihamedi est le fondateur de l'ONG BarakaCity, dissoute fin 2020 par le gouvernement à la suite de l'assassinat de Samuel Paty, le 16 octobre de la même année, car accusée « d’inciter à la haine » et de « justifier des actes terroristes ».

Entre le 23 septembre et le 11 octobre 2020, Idriss Sihamedi avait envoyé plus de 80 tweets à la journaliste et militante anti-islamiste Zineb El Rhazoui. Il y exposait notamment des éléments de la vie privée de cette dernière, ajoutant les mentions #balancezinebelrhazoui ou #zinebgate. Parmi ces tweets, l'un deux traitait la journaliste d'« Arabe de service ».

Condamné pour « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion »

Idriss Sihamedi a été condamné, ce mercredi, à verser 5.000 euros d'amende, dont 2.000 avec sursis, pour « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ». La peine prononcée en mars 2021 a ainsi été légèrement alourdie. Idriss Sihamedi a également été condamné, comme en première instance, à verser 1.500 euros de dommages et intérêts et 3.000 euros de frais de justice à l’ex-journaliste de Charlie Hebdo.

Le coupable doit également être jugé dans deux autres affaires de cyber-harcèlement, l'une à l'encontre de Zineb El Rhazoui, l'autre à l'encontre d'une chroniqueuse chez RMC.

2924 vues

17 février 2022 à 11:08

Les commentaires sont fermés sur cette publication.