Ils devaient être 500  invités à fêter le Nouvel An dans une annexe de la villa de luxe acquise par , à 130 km de Rio de Janeiro. Tout était calé : groupe de musique réservé pour un concert et consignes données aux convives ; leurs téléphones portables seraient confisqués à l’entrée pour éviter toute fuite dans la presse ou sur les . Selon le journal O Globo, le joueur aurait même fait installer un système d’isolation phonique pour ne pas déranger ses voisins. Mais c’était sans compter sur la magie des réseaux sociaux ! En pleine pandémie, même si, au Brésil, aucune loi ne s’oppose à l’organisation d’un tel événement, cette fiesta prévue durant cinq jours ne pouvait passer inaperçue et a suscité un véritable tollé.

Avec un peu plus de 191.000 morts et plus de 7,5 millions de personnes contaminées, ce pays est, après les États-Unis, le deuxième pays le plus touché par le nombre de dans le monde. Face aux nombreuses réactions d’indignation, l’agence Fábrica, en charge de l’organisation de l’événement, tente de désamorcer la polémique et se veut rassurante. Dans un communiqué de presse, elle précise que « l’événement est organisé dans le respect de toutes les normes sanitaires déterminées par les organismes publics » et « se déroule avec toutes les autorisations des agences compétentes nécessaires à sa réalisation ». Les chiffres relayés sont minimisés et ce réveillon n’aurait lieu qu’en présence « seulement » de 150 personnes. Le nom de Neymar n’est même pas cité.

Parmi les nombreux commentaires des internautes, l’on retiendra celui-là, inspiré : « Ça diminue… bientôt il y aura que son père et sa proche. » Il ne pensait certainement pas si bien écrire, puisque l’avocat de Neymar déclarait, récemment, à l’AFP : « Non !!! C’est un événement Fábrica. Il n’a aucun rapport avec Neymar. » Selon lui, le footballeur aurait prévu de passer la soirée du réveillon en famille. « Il est avec sa famille, avec son fils et son physiothérapeute. »

Être une célébrité comporte des droits et des devoirs, et parmi eux sans doute l’exemplarité. Voilà pourquoi, officiellement, Neymar ne participera pas à ce rassemblement organisé le 31 décembre dans le respect des règles sanitaires. Et au cas où, par le plus grand des hasards, Neymar devrait être contaminé, celui qui était sorti en pleurs sur sa civière au Parc des Princes, lorsqu’il jouait face à , le 13 décembre, pourrait toujours invoquer une cheville encore endolorie…

29 décembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.