L’humilité et la réserve, c’est ce qui devrait inspirer les centaines de « virologues de plateau » – dont certains haut placés – qui, le nez collé à l’Hexagone au lieu de regarder ce qu’il se passe ailleurs, nous abreuvent quotidiennement de commentaires selon lesquels l’espoir d’une sortie de crise repose presque uniquement sur la vaccination.

Voyez le Chili qui, avec la moitié de la population ayant reçu une dose, et un tiers la seconde, était médaille de bronze de la vaccination derrière la Grande-Bretagne et , très loin devant la France. Mais depuis début mars, le pays connaît une forte remontée, avec 97 % des lits de soins critiques actuellement occupés : restent 150 lits pour 18 millions d’habitants, d’où un reconfinement strict ordonné depuis le 27 mars.

Plusieurs phénomènes pourraient expliquer cette bizarrerie, à commencer par l’utilisation massive du chinois CoronaVac, sans aucun effet significatif après la première injection et efficace seulement à 56 % après la seconde. Pas vraiment la panacée, et moins encore, sans doute, sur les nouveaux variants, à commencer par le brésilien tout proche, alors que les vols avec ce pays ont tardé à être interrompu là-bas comme ici. Vacciner, c’est bien. Avec un vaccin qui marche, c’est encore mieux !

Et avec, dans l’hémisphère sud, la fin des grandes vacances d’été, c’est l’automne qui commence, rappelant notre situation d’octobre 2020 qui imposa un deuxième confinement. Pour certains experts, le relâchement des mesures de protection chiliennes a été trop précoce.

Petite consolation : le fait qu’au Chili comme ailleurs les hospitalisés soient en moyenne plus qu’au début tendrait à démontrer l’efficacité des vaccins puisque, généralement, on a vacciné les seniors en premier. C’est l’avis d’Antoine Flahaut, épidémiologiste et professeur de publique à l’université de Genève, qui ajoute néanmoins, pour L’Express : « Les vaccins vont probablement changer la donne, mais ne miser que sur eux représente un pari risqué qu’il serait peut-être prudent d’accompagner. »

Pense-t-il aux divers traitements précoces avec d’anciennes molécules éprouvées, prônées par de nombreux praticiens dignes de foi, mais dénigrées voire interdites par des médecins de bureau au prétexte d’études délibérément biaisées ? Ce serait du

14 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

4.4 5 votes
Votre avis ?
7 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

À lire aussi

Justice : plus de moyens pour faire ça ?

Ce qui manque à notre Justice, ne serait-ce pas quelques logisticiens et directeurs des re…