Armées - Editoriaux - Environnement - 9 septembre 2019

L’armée française part en guerre… contre les gaz à effet de serre

La fièvre écolo s’empare de l’armée. Florence Parly, le ministre en charge de la Défense, s’est rendue tout spécialement au 2e régiment étranger de génie de Saint-Christol, dans le Vaucluse, afin de présenter son plan baptisé « Place au soleil ». La guerre aux nuages est déclarée. Tout cumulo-nimbus passant à moins de 500 mètres au-dessus du camp sera abattu sans état d’âme. Fini la rigolade. Avant d’en arriver à ces extrémités, l’opération consiste, pour l’instant, à installer des miroirs capteurs d’énergie solaire afin de réduire les gaz à effets de serre qui menacent d’envahir le pays. Clandestinement !

Vaincue mais écologiquement propre. L’honneur de l’armée sera sauf. Greta viendra se recueillir sur la tombe du Soldat connu pour ses constructions d’éoliennes. Il ne pouvait pas être sur tous les fronts. Les tirs de missiles en carton recyclable n’auront pas réussi à repousser l’assaillant. Émotion sous l’Arc de Triomphe. Récupération de larmes dans un bac prévu à cet effet… Mais ne dévoilons pas le « plan défaite » encore dans les cartons des hauts responsables du ministère.

Dans cette bataille impitoyable contre les fameuses émanations à effet de serre, le camp visité par le ministre a déjà obtenu une première victoire avec une réduction de 90 % de ceux-ci. Une paire de nattes tressées sera apposée sur la tête du colonel. Décoration très convoitée dans les milieux militaires engagés dans la lutte.

À noter que cette opération promotionnelle écolo s’est effectuée alors qu’une grande partie des effectifs étaient en mission à haut risque à l’étranger (notamment au Mali). Pendant que des soldats risquent leur vie, le ministre se déplace pour proclamer son ministère « résolument engagé » dans la transition écologique. Amateurs de décalage, bienvenue au club !

Sur le site concerné, 40 tonnes de pétrole sont économisées par an pour le chauffage des bâtiments grâce à l’installation solaire. Une avancée passée au rang de priorité des priorités de l’armée française. Rester au chaud en cas de conflit. Regarder la progression de l’ennemi à la télé devant une bonne infusion aux plantes bio cultivées par l’adjudant transgenre. Gaz à effet de serre anéanti. Mission accomplie.

Cinq hectares de panneaux photovoltaïques seront bientôt installés aux abords du camp. Un appel chaque matin. « Panneau 35 ? Présent ! Panneau 36 ?… Chef, le panneau 36 s’est évadé. » D’après Le Figaro, qui suit l’affaire de près, d’ici fin 2022, « le ministère des Armées s’engage à mettre 2.000 hectares à disposition pour des projets similaires ». Jardinage, plantation d’éoliennes, chasse au gaz à effet de serre avec un filet à papillons… Engagez-vous, rengagez-vous, qu’ils disaient…

À lire aussi

Les ministres fliqués par une application installée sur le smartphone présidentiel

Emmanuel Macron ne s'apprête-t-il pas à diriger la France en jouant à Candy Crush™ ?…