Ce n’est pas l’invention de quelque complotiste qui aurait lu trop de romans d’espionnage, c’est le JDD, généralement sérieux dans ses enquêtes, qui titre à la une : « Comment Erdoğan infiltre la . » À la lecture de ce dossier consacré à l’influence de la dans notre pays, on ne peut que constater et déplorer l’inconscience, la naïveté, l’incurie de l’exécutif face à cette menace.

Nos gouvernants – méritent-ils encore ce nom ? – sont d’autant plus impardonnables que les rapports des services de renseignement les ont depuis longtemps alertés. C’est une « véritable stratégie d’infiltration », selon le JDD, qui est impulsée depuis Ankara, avec l’appui de l’ambassade et des services d’espionnage turcs. En janvier 2018, le président Erdoğan avait lancé devant les dirigeants du CFCM : « Les musulmans de France sont sous ma protection. Ceux qui vous touchent me touchent. » Il tient son engagement, c’est le moins qu’on puisse dire, et se comporte, à l’égard de la communauté musulmane, en père attentionné et vigilant.

Cette mainmise lui permet, non seulement de surveiller les mouvements d’opposition à son régime, mais aussi de diffuser sa propagande. Elle repose sur un réseau d’associations acquises à sa cause et sur des écoles destinées à éduquer les enfants selon les préceptes de l’AKP, le parti islamo-conservateur. Aux établissements privés, censés favoriser le « rayonnement culturel de la Turquie », s’ajoute le dispositif des (enseignement langue et culture d’origine) que aurait – enfin ! – l’intention de supprimer. Certains des maîtres détachés par la Turquie seraient, en fait, des espions au service d’Erdoğan.

Propagande idéologique du régime et diffusion de l’ vont de pair. Non contents d’exercer leur pression, comme lors des négociations en vue de la rédaction de la « charte des valeurs », ces ennemis de l’intérieur cherchent à infiltrer les municipalités en faisant élire des colistiers turcs pour influencer les décisions politiques et défendre les intérêts d’Ankara. Cet entrisme, selon les services spécialisés, se pratique notamment par la présentation de candidats binationaux : plusieurs conseillers municipaux, sympathisants d’Erdoğan, auraient ainsi été élus en 2020.

Le JDD nous confirme aussi que Macron et Erdoğan tiennent un « dialogue de sourds ». Le président turc pousse l’insolence jusqu’à s’interroger sur la « santé mentale » de son homologue, réclame même que les Français « se débarrassent de Macron » ! Il ne lui opposera pas de résistance, voyons ! Il finit toujours par se coucher, empêtré dans ses contradictions et son absence de détermination. Si vous ne le saviez pas, vous apprendrez également qu’« un inquiétant activiste » se trouve « au sommet de l’islam de France » et qu’Erdoğan « considère les Turcs d’ comme ses sujets ».

Les réactions d’Emmanuel Macron ne sont pas à la hauteur de la situation : elle sont, à son image, fermes dans les mots, dérisoires dans les actes. La Turquie aurait tort de se gêner. Elle fait toujours partie de l’OTAN, les négociations pour son adhésion à l’ ne sont pas définitivement rompues et nos dirigeants continuent de se comporter en Munichois. Erdoğan peut se frotter les mains : ses sbires infiltrent la France, Macron exfiltre un professeur de philosophie de Trappes : tout est dans l’ordre !

7 février 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

S’ils veulent survivre, Les Républicains doivent renouer avec les principes de la droite

La droite n'a pas de désaccords fondamentaux avec le Rassemblement national sur des questi…