L’humoriste belge a encore frappé sur le dos du bon contribuable français, ce cochon de payeur qui représente tout de même 32 % des électeurs. Qu’importe, Yannick Jadot, Fabien Roussel, Jean-Luc Mélenchon et Anne Hidalgo ayant obtenu leurs parrainages, elle peut enfin se lâcher et ironiser sur la situation tendue de Marine Le Pen et d’Éric Zemmour. Ainsi clamait-elle, dans son micro de bobo : « C’est un scandale que les fachos ne puissent pas bousiller la démocratie. » Et puisqu'à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, elle enfonce des portes ouvertes sur Inter et poursuit sa consensuelle litanie de diabolisation : « C’est vraiment dommage qu’on demande de fournir des et pas des mises en examen » ; « Vous imaginez si tous les candidats d’ n’ont pas leurs signatures, c’est qui va devoir se taper la stigmatisation des musulmans pendant tout le reste de la campagne ! »

Bref, rien de nouveau pour l’animatrice de Inter qui nous avait déjà donné une belle leçon de résistance démocratique en dessinant une petite moustache sur les affiches d’Éric Zemmour et invitant ceux qui l’aiment à la suivre dans cette noble démarche de reductio ad hitlerum. On aurait aimé que ses trois semaines d’absence mystérieuse en janvier, poussant ses auditeurs inquiets à l'idée de ne plus savoir quoi penser, jusqu'à écrire pour demander « Où est Charline », puissent permettre à la dame de se renouveler un peu. Mais non. Toujours les mêmes ficelles que l'excellent Mathieu Bock-Côté résume comme une « brigade policière qui a pour fonction de lancer la meute sur celui qui pense mal [...] Il s'agit de se moquer de ceux qui ne communient pas à la puissance spirituelle du moment : le saint migrant, le saint non binaire, le saint minoritaire... ». Sur le plateau de Christine Kelly, entouré d'intervenants hilares, il analysait finement cette « tyrannie des humoristes subventionnés qui se distinguent par leur incapacité d’être drôle ».

Ce qui est très drôle, à l’inverse, ce sont les promesses de Sybile Veil, le cœur sur la main, d’assurer le pluralisme sur les ondes de la maison ronde. Là, l’auditeur comme l’électeur peuvent franchement rigoler et, s’il leur reste un peu de bon sens politique, reconnaître à la droite une vertu démocratique que la gauche ne possède désespérément pas. accorde son parrainage à l’extrême gauche, pendant que Inter se gausse de la représentation de l’extrême droite. Dans un entretien accordé, en 2016, à Téléobs, Charline Vanhoenacker confiait se reconnaître « ni en Jean-Luc Mélenchon, ni dans les Verts, ni dans le Parti socialiste. Je me sens plus proche de la gauche alternative. Je suis en train de virer anarchiste. » C’est peut-être sa meilleure blague, tandis qu’elle travaille dans une radio financée par l’État. La sortie date un peu, mais depuis, on rit jaune.

8105 vues

25 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

40 commentaires

  1. Je suis Belge francophone et fidèle lecteur de BV. Les interventions de ma compatriote Vanhoenacker m’attristent et me révoltent. Cousins Français, sachez qu’elle n’est pas représentative de l’opinion belge francophone et, à mon avis, encore moins néerlandophone.

  2. Vieille méthode Staliniste, la gauche ne se renouvelle pas beaucoup mais étonnamment les mêmes recettes totalitaires marchent toujours.

  3. nous avons en France, assez de chroniqueurs et chroniqueuses de gauche, pour ne pas encore allez les chercher chez nos amis Belges. Comme pour la medecine, il devrait y avoir un numerus closus pour cette profession de journalistes gauchistes.

  4. J’exècre cette insupportable prétentieuse. Dès que j’entends sa voix (quelle voix !) j’éteins ma radio. France Inter et « ses humoristes » quand les journalistes de plateau, se joignent à eux et rigolent de concert à toutes leurs turpitudes et stupidités, je me demande comment il peut rester un auditeur pour les écouter. Ceci dit, certaines émissions de France Inter sont bonnes et il est toujours instructif de savoir ce que pensent nos ennemis, raison pour laquelle je n’ai pas banni cette radio.

  5. Quelle honte, où est la démocratie dans ces paroles agressives, elle oublie qu’une grande partie des citoyens qui désirent que Marine Le Pen et Eric Zemmour participent à l’élection Présidentielle financent son salaire avec leur impôts.

  6. La macronie doit se réjouir de l’importation d’un tel élément pseudo-humoristique.
    Les belges n’ont pas fini de nous épater.

  7. La bécasse peut bien déblatérer ce qu’elle veut , je n’écoute jamais la radio et encore moins la radio d’état .

  8. Marre que mes impôts servent à payer « grassement » ces personnes qui ont la prétention de détenir le bien et le mal et qui me font des leçons de morale !! Et en plus elles ne me font pas rire du tout !! Privatisation de ces « pépinières à « Gauchos »

  9. Radio financée par l’état, écrivez-vous ? Certes mais l’état, c’est nous, les contribuables ! Il est urgent de privatiser l’ensemble des radios et télés publiques…

  10. France Inter n’a pas peur du ridicule pour la laisser sévir à l’antenne. En même temps, qui écoute encore F I ?

Les commentaires sont fermés.