Dans l’actualité de ce début de semaine figure une étude de chercheurs de l'INSERM publiée dans la revue scientifique The Lancet : la France connaît une hausse inquiétante de la mortalité infantile. Entre 2012 et 2019, pour 1.000 naissances, notre pays est ainsi passé de 3,3 à 3,5 décès de nourrissons de moins d'un an, soit 0,04 mort supplémentaire et un « excès » de 1.200 décès chez les enfants de moins de 1 an, cela sans qu’on en connaisse exactement les raisons.

Élément qui ne figure pas dans cette étude mais a fait l’objet d’un rapport sur « les 1000 premiers jours » commandé (et largement ignoré) par le ministère de la Santé : une femme sur trois souffre désormais de dépression post-partum (Elle, 24/9/2021), au point que le suicide est devenu la deuxième cause de mort maternelle dans notre pays. Des données qui sont évidemment à mettre en rapport avec le sujet précédent. Le Pr Martin Chalumeau, pédiatre à l'hôpital Necker (Paris) et coauteur de l’étude du Lancet, rappelle que la France était, jusqu’au début des années 2000, la bonne élève de l’Europe, puis tout a commencé à se dérégler, pour parvenir à cette augmentation de 7 % de décès infantiles en moins de dix ans. Or, selon Le Point (1er mai), « pendant toutes ces années, les pays scandinaves, avec lesquels la France rivalisait d'ordinaire, ont continué à améliorer leurs résultats et atteint un taux de 2 décès de nourrissons pour 1.000 naissances en 2019 ».

Quelles en sont les raisons ? « Il n'y a aucun moyen de savoir précisément ce qui a participé à ces décès et donc aucun moyen, non plus, de savoir comment réagir pour les éviter », ajoute le Pr Chalumeau, cela parce qu’on se refuse à donner des informations pourtant cruciales sur « l'état de santé du nouveau-né avant sa mort, le parcours de soins ou l'état de santé de la mère ».

On sait seulement que la majorité des décès surviennent dans les vingt-huit jours après la naissance, alors des motifs viennent à l’esprit : on ne reste plus à la comme on y restait autrefois. Sans complications graves, c’est le retour chez soi après 48 heures, souvent sans personne pour accueillir une jeune mère paniquée. Plus âgées lors du premier accouchement, les femmes ont aussi davantage de grossesses multiples : 16 accouchements sur 1.000 concernent des jumeaux, soit 70 % d’augmentation depuis les années 70 (Le Point, 1er mai).

Enfin et surtout, il y a l’état désastreux de nos services hospitaliers, la question de « la déshumanisation de l'accouchement et du post-partum » étant devenue un véritable sujet de société qu’on ne peut séparer de la mortalité des nourrissons.

Dans la bouche des femmes comme dans celle des professionnels reviennent des mots terribles comme « violences », « humiliations », « boucherie » et même « abattage », pour reprendre les mots d’Adrien Gantois, président du Collège national des sages-femmes de France (CNSF) au magazine Le Point (9 février 2022). Selon la même source, le Pr Olivier Picone reconnaît « des situations où l'on est à la limite de la dangerosité, voire dans la dangerosité, parce qu'il n'y a pas assez de personnel pour surveiller tout le monde ». Et Anna Roy, sage-femme qui a exercé dix ans dans la réputée maternité des Bluets (Paris), l'affirme elle aussi : « Oui, on peut dire que les maternités sont devenues des lieux de maltraitance. » Elle résume ainsi la situation : « Aujourd'hui, accoucher revient à jeter un dé en l'air. Si vous avez de la chance, vous allez tirer le bon numéro et tomber sur une garde super, avec peu de monde en salles de naissance et une équipe aux petits oignons. Si vous n'avez pas de chance, vous allez être massacrée. »

4183 vues

2 mai 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

25 commentaires

  1. Et qu’en dit notre  » bon » docteur expert en humanitaire tous azimuts ? (muet) pourtant prolifique lui

  2. Où que l’on aille, quoi que l’on fasse c’est toujours le même constat, dans tous les domaines: tout part en vrille, tout le monde s’en fout, impossible d’avoir ce que l’on veut, impossible d’avoir quelqu’un de compétent et disponible. Alors il faut se faire une raison, pour ne pas être déçu ou révolté: ne rien demander, ne rien entreprendre.
    Le résultat d’un « quoi qu’il en coûte » catastrophique… La nouvelle France: bientôt à ranger dans les pays sous-développés.

  3. Même Apolline de Malherbe (c’est tout dire…) le clamait un de ces derniers matins sur RMC à propos de sa demande de renouvellement de passeport « En France, rien ne fonctionne plus correctement ».
    Il n’y a pas que la santé qui est abandonnée dans notre pauvre pays…
    CQFD

  4. Un scandale de plus au sein des hôpitaux. Rentabilité , économie , suppression de lits et de personnels .La politique de nos élus depuis plus de 40 ans , merci Mitterand et tous les autres depuis qui ne pensent qu’a se remplir les poches .

  5. Mais voyons, tout va bien en France ? Ceux qui ne sont rien, n’ont-ils même pas remarqué tous les progrès accomplis lors de ces dernières années en France ? Toutes les avancées, les baisses d’impôts, l’augmentation du niveau de vie, l’amélioration de la sécurité, du système de santé, des services publics, ect. et, évidemment, dans le pays el plus imposé au monde ! Mais peut-être que ces gueux illettrés sont incapables de comprendre ….

  6. Il naît chaque année en France plus d’un tiers de bébés dont l’un des parents au moins est étranger, ou français issu de l’immigration, soit plus de 300 000. Rendus à leur famille dans les jours qui suivent la naissance, un certain nombre de ces bébés ne reçoivent pas les soins et l’attention dont nous pensons à tort qu’ils vont de soi. Ceci suffit à expliquer la (très) faible variation de mortalité infantile enregistrée. La comme ailleurs, le phénomène migratoire au sens large est impliqué.

    1. D’où l’encombrement ( par des crottes qui n’ont pas légitimité à être ) , au détriment de nos jeunes mamans , l’exaspération des  » soignants » ; tout ça au nom de « égalité/fraternité

  7. Rien d étonnant tout passe , ils ont bien fini les vieux au rivotril pendant le confinement, ça n a pas fait plus de vague que ça tout le monde s y retrouve les plus jeunes ont eu les successions et l état a fait des économies de retraites, le but final des mondialistes étant de supprimer de la populace dont tout le monde se fout , en septembre le bon peuple retournera à l abattoir en bon ordre face à un nouveau variant en préparation

  8. Il semble qu’en 2021, ce ne soit plus une augmentation, mais une explosion. Or, qu’est -ce qui a changé en 2021? L’injection des femmes enceintes avec un produit dont on sait que la protéine spike qu’il génère se fixe sur les organes reproducteurs et passe en 15mn dans le placenta.
    Pour ce qui est de l’augmentation antérieure, y aurait-il corrélation avec la vaccination des femmes enceintes contre la grippe? Je connais plusieurs exemples qui confinent au chantage.

  9. hôpital public en ruine, maternité fonctionnant à l’abattage….vaccins covid…..c’est survivre qui est étonnant!!!
    bienvenue dans le monde de Macron et consorts!!

  10. Par économie eon a voulu modifier les maternités …. voilà le résultat .

  11. Une seule question :qu’est-ce qui fonctionne encore en France ? Nos sommes déclassés dans tous les aspects d’une société développée.

  12. Manque de moyens..? On comprime tout pour 7 millions d’assurés sociaux en plus de la population.. Qui sont-ils? 50 milliards de fraudes aux prestations sociales de toutes sortes.. Le budget de la France est de 300 milliards. Donc on jette à la poubelle 16 % du budget.. Cela ne suffit pas.. Macron a laisser rentrer 2 millions d’immigrés légaux… Tiens, pourquoi Marine le Pen a-t-elle mis ça sous le tapis pendant le débat d’entre deux tours?

    1. A adapter au sujet « chef, on est mal barrés » !
      Quelle belle dégringolade.
      Saluons au passage les politiques de nos gouvernants successifs des quarante dernières années.

  13. Serai ce un nouveau scandale que l’on cherchera y à étouffer ?
    N’y a t-il aucun lien avec ces fameux jus que l’on injecté à tout va ?
    N’est pas ce décrit le livre « Anthony Fauci, Bill Gates et Big Pharma – Leur guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique  » de Robert F. Jr. Kennedy, préfacé par Christian Perronne, traduit par Pierre Barois. ISBN 9782874341953
    Le parcours d’une machination d’incompétents criminels.
    Les médecins de plateau tv ont du soucis à se faire.

    1. Je pense pas qu ils ont du soucis à se faire dès septembre la vaccination sera obligatoire, un ministre de la santé pire que veran prendra la main et face à un nouveau variant sorti des tiroirs tout le monde courra à l abattoir

  14. Misère de l’hôpital public, manque de moyens, etc. cela continue. Cinq ans de plus de M. et on accouchera dans les ascenseurs, les couloirs, et dans les voitures (ça existe déjà) pour les mères qui habiteront loin de la maternité.
    Des études étrangères (pas françaises bien sûr, ou alors elles sont « oubliées ») indiquent que le vaccin Pfizer provoque de nombreuses fausses couches et font le rapprochement entre le vaccin et l’augmentation des morts chez les nourrissons.

    1. Pour les mères qui habitent loin de la maternité, une solution qui a fait ses preuves pendant des siècles : accoucher chez soi, bien sûr assistée par une sage-femme. L’ultra-médicalisation des naissances est une anomalie bien française qui coûte cher à l’assurance-maladie pour un piètre bénéfice. La preuve…

      1. « L’ultra-médicalisation des naissances est une anomalie bien française » faisant partie intégrante de l’hospitalo-centrisme, anomalie non française car pierre angulaire de toute dictature communiste.

  15. En début de ma carrière la médecine française était une référence mondiale. Depuis dix ans ce n’est que dégringolade pourtant dés l’essor extraordinaire des voyages aériens le monde médicale savait qu’il aurait eu tôt ou tard de gros problèmes épidémiques.
    Nous ne sommes qu’au début, Shangaï est là pour nous le montrer.
    Nous ne maitrisons rien. Le savoir et la décision sont parties en retraite.

    1. « Nous ne sommes qu’au début, Shangaï est là pour nous le montrer. » Tout comme le confinement macronien, le goulag chinois n’est en rien une mesure sanitaire, mais purement politique. Car on ne confine pas pour une « épidémie » qui touche 3% de la population et en tue 0.3%.

  16. Quel est le médecin courageux qui va faire le lien avec la piqûre obligatoire pour la future maman ou avec les 11 vaccins injectés aux nourrissons peu après leur naissance ? (mais peut-être suis-je un tantinet complotiste ??!!!)
    Désolé mais on ne m’empêchera pas de penser que des produits chimiques injectés dans le corps perturbent le développement de la constitution morphologique du nourrisson.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter